Merab Mamardashvili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Merab Mamardashvili
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
მერაბ მამარდაშვილიVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Parti politique
Directeur de thèse

Merab Mamardashvili (en géorgien : მერაბ მამარდაშვილი) 1930-1990)[1] est un philosophe géorgien, docteur ès sciences (1968), professeur (1972)[Note 1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans la ville de Gori, en Géorgie dans une famille de tradition militaire : sa mère est enseignante.

Études[modifier | modifier le code]

Après ses études à Tbilissi, il rejoint la faculté de philosophie de l'université d'État de Moscou et en sort diplômé en 1955. Il obtient son doctorat à l'université d'État de Tbilissi en 1968[2]

Activités professionnelles[modifier | modifier le code]

En 1952, Merab Mamardashvili est l’un des fondateurs de l’École de logique de Moscou.

De 1968 à 1987, il est éditeur dans le journal scientifique Voprossy Filossofii (Questions de philosophie) et professeur à l’université d'État de Moscou.

De 1987 à 1990, il directeur du Département de l’Institut de philosophie Tsereteli de l'Académie des sciences de Géorgie et professeur de l'université d'État de Tbilissi.

Il a donné des conférences en Allemagne et en France[Note 2].

Merab Mamardashvili a subi l’influence de la philosophie allemande classique, et notamment celle de Kant. Ses cours universitaires et ses réflexions métaphysiques sur Descartes, Kant, Proust, la conscience, et la méthodologie etc. sont nettement empreints d’un esprit socratique[3].

Hommage[modifier | modifier le code]

Depuis 1998, un programme annuel d'aide à la publication d'ouvrages français en langue géorgienne porte son nom, pris en charge aujourd'hui par l'Institut français de Géorgie[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La revue française Philosophie Magazine a consacré une partie de son numéro de février 2013 à Merab Mamardashvili, sous le titre "Socrate chez Staline", à la signature de Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef
  2. La revue European Scientific Journal a consacré une partie de son numéro de novembre 2014 à Merab Mamardashvili, sous le titre "European values in Georgia (in the light of Merab Mamardashvili view)", à la signature de Daredjan Labuchdze, professeur d'université

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie et liens externes[modifier | modifier le code]