Mer de Tourgaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lors de la Grande Coupure, de nombreux mammifères asiatiques empruntent le détroit de Tourgaï.

La mer de Tourgaï ou détroit de Tourgaï, également connue sous le nom de mer de Sibérie orientale, est une étendue d'eau salée peu profonde, dite épicontinentale ou mer intérieure, du Mésozoïque et du Cénozoïque. Elle s'étendait du nord de l'actuelle mer Caspienne jusqu'à la zone paléartique, et a existé depuis le Jurassique moyen jusqu'à l'Oligocène, c'est-à-dire il y a 160 à 29 millions d'années[1].

Durant cette période, la mer de Tourgaï n'eut pas une présence permanente, demeurant néanmoins un élément caractéristique persistant de la région. Elle « fragmenta l'Europe du Sud et le Sud-Ouest asiatique en de nombreuses îles et sépara l'Europe de l'Asie »[2].

Impacts sur la faune[modifier | modifier le code]

La division du continent eurasiatique par la mer de Tourgaï eut pour effet d'isoler certaines populations animales, comme les dinosaures à cornes (Ceratopsia) du Crétacé dont l'ère de développement était réduite à l'Asie et à l'ouest de l'Amérique du Nord, alors connectés[3].
L'existence de la mer de Tourgaï influença également la répartition de certaines espèces de poissons d'eau vive et d'amphibiens.

Lors de la Grande Coupure (extinction de masse de la fin de l'Éocène), le détroit de Turgaï s'assèche partiellement, ce qui réunit « l'île Europe » au continent asiatique et favorise la migration en Europe de mammifères d'origine asiatique aux « caractères modernes » (rhinocéros, ruminants, porcins, hamsters, écureuils, lapins). Cette vague migratoire entraîne une quasi-disparition des mammifères endémiques européens[4] mois adaptés au froid, les températures ayant subi une chute rapide — à l'échelle des temps géologiques — de l'ordre de 4 à 6 °C en environ 500 000 ans[5].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la mer de Tourgaï provient de ceux existants dans le Kazakhstan d'aujourd'hui, la rivière de Tourgaï et la vallée de Tourgaï.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John C. Briggs, Global Biogeography, Amsterdam, 1995, Elsevier Science, p. 71 et suivantes
  2. (en) William Edward Duellman, Biology of Amphibians, Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1994, p. 480
  3. (en) Stephen J. Culver et Peter Franklin Rawson, Biotic Response to Global Change: The Last 145 Million Years, Cambridge University Press, Cambridge 2000, p. 319
  4. Jean-Louis Hartenberger, Une brève histoire des mammifères. Bréviaire de mammalogie, Belin, , p. 87.
  5. (en) Michael T. Hren, Nathan D. Sheldonc, Stephen T. Grimesd, Margaret E. Collinsone, Jerry J. Hookerf, Melanie Buglerd, Kyger C. Lohmannc, « Terrestrial cooling in Northern Europe during the Eocene–Oligocene transition », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 110, no 19, 2013, p.  7562–7567, doi : 10.1073/pnas.1210930110, http://www.pnas.org/content/110/19/7562.full

Articles connexes[modifier | modifier le code]