Mentaphobie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La mentaphobie est un concept inventé par le zoologiste américain Donald Griffin[1], fondateur de l'éthologie cognitive, pour désigner les très fortes réticences de ses pairs à faire référence à la conscience animale lorsqu'il s'agit de décrire le comportement des animaux[2].

Définition[modifier | modifier le code]

La notion a été reprise par les tenants de l'antispécisme, qui la définissent comme :

« la peur de reconnaître la pensée de celui dont on ne veut pas qu’il devienne « autrui », et qu’on veut assimilable à une chose[3]. »

Ce concept est donc essentiellement utilisé dans le cadre de la réflexion sur la place des animaux dans les sociétés humaines.

De fait, des études[4] ont relevé que plus une espèce animale est exploitée, moins on lui reconnaît la capacité de penser. Par exemple, un cochon peut déduire la position d'une source de nourriture, placée hors de sa vue, de son reflet dans un miroir[5], ce qui révèle son intelligence. Mais, dans l'imaginaire collectif, le cochon, considéré comme un animal comestible, est vu comme peu intelligent, comme le révèle la langue (on dit « bête comme cochon »). Si, dans le domaine scientifique, des progrès ont permis de mieux connaitre les capacités cognitives des animaux, cela n’a pas provoqué d’évolution notable dans la vision que la société a des animaux, en particulier de ceux destinés à l’alimentation[6].

Psychologiquement, la mentaphobie peut être considérée comme une tentative d'évitement de dissonance cognitive au sens où il s'agit pour le sujet d’atténuer la portée morale de ses actes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Donald R. Griffin, « From cognition to consciousness », Animal Cognition, vol. 1, no 1,‎ , p. 3–16 (ISSN 1435-9448 et 1435-9456, DOI 10.1007/s100710050002, lire en ligne).
  2. D. Griffin, Animal Minds: Beyond Cognition to Consciousness, University of Chicago Press, 1992, revu et réédité en 2001.
  3. Voir sur revue-klesis.org.
  4. Voir sur psp.sagepub.com.
  5. Voir sur futura-sciences.com.
  6. David Chauvet, Contre la mentaphobie, L’Âge d’homme, , 144 p..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]