Menchhoffen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Menchhoffen
Menchhoffen
Vue de Menchhoffen et son église.
Blason de Menchhoffen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes de Hanau-La Petite Pierre
Maire
Mandat
Alain Danner
2020-2026
Code postal 67340
Code commune 67289
Démographie
Gentilé Menchhoffenois(es) [1]
Population
municipale
635 hab. (2019 en augmentation de 10,24 % par rapport à 2013)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 37″ nord, 7° 29′ 57″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 233 m
Superficie 4,27 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Ingwiller
(banlieue)
Aire d'attraction Strasbourg (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ingwiller
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Menchhoffen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Menchhoffen
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Menchhoffen
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Menchhoffen
Liens
Site web www.cc.pays-de-hanau.com

Menchhoffen (prononcé [mɛnʃoːfən]) est une commune française de la plaine d'Alsace située à 36,0 km au nord-ouest de Strasbourg, dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

En 2019, la population légale est de 635 habitants. Village de milieu rural, Menchhoffen est intégrée dans la communauté de communes de Hanau-La Petite Pierre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Menchhoffen est située à 36 km au nord-ouest de Strasbourg, non loin de Bouxwiller (4 km)[2] dans la plaine d'Alsace. La commune est baignée par la Moder.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Menchhoffen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Ingwiller, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[6] et 5 109 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 268 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (74 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,9 %), forêts (17,6 %), zones urbanisées (9,2 %), zones agricoles hétérogènes (4,2 %), prairies (4,1 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Menchhoffen est composé de deux éléments. Le premier, mench- signifie « moine » et dérive du latin ecclésiastique monachus via le vieux haut allemand manic, devenu mänch, puis mench dans le moyen haut allemand. La seconde partie, -hoffen, provient du vieux haut allemand hofen, qui désigne littéralement un « espace enclos sur une hauteur », puis un domaine seigneurial, généralement à vocation agricole[13].

En dehors des évolutions linguistiques, le nom a peu évolué au fil des siècles : villa Manicoffa en 798, Menechenhoven en 1178, Mennichenhofen en 1435, Menchenhoffen en 1538. Menchen- apparaît sous sa forme raccourcie Mench- pour la première fois en 1833 avec Menchoffen et le doublement du h en 1843, ce qui donne la forme moderne Menchhoffen. Toutefois l’orthographe exacte change encore plusieurs fois par la suite : après avoir été fixé sous la forme Menchhoffen par la conseil municipal en 1852, celui le change pour Menchhofen en 1907 avant de revenir à la graphie précédente en 1933[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Menchhofen est mentionné pour la première fois dans une charte de 798 formalisant le don d’une manse située dans la villa Manicoffa fait par un seigneur local à l’abbaye de Lorsch[14]. Celle-ci étant une fondation de l’évêque de Metz, qui possède alors également l’abbaye de Neuwiller toute proche, le village a probablement été créé peu de temps auparavant afin d’assurer l’occupation des terres au plus près de la limite avec le territoire de l’abbaye concurrente de Wissembourg, fondation de l’évêque de Spire, qui possède Pfaffenhoffen[15].

Pendant tout le Moyen Âge, l’évêque de Metz demeure le suzerain du village, dont la majeure partie dépend d’abord de l’abbaye de Neuwiller. Au XIIIe siècle, voire dès le XIIe siècle, les seigneurs de Lichtenberg, prévôts de l’abbaye, reçoivent en fief de l’évêque de Metz une partie de ses terres, dont Menchhoffen[16]. Au cours du XIVe siècle, le village se trouve régulièrement impliqué dans les querelles familiales des Lichtenberg ou mis en gage pour payer leurs dettes. Ainsi, en 1391, le comte de Deux-Ponts-Bitche, en conflit avec les Lichtenberg pour une question d’héritage, l’occupe et rackette ses habitants[17]. À l’extinction des Lichtenberg, l’évêque de Metz transmet le fief à leurs héritiers les Hanau-Lichtenberg[16].

À la disparition des Hanau-Lichtenberg en 1736, le village passe à la famille de Hesse-Darmstadt[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1796 1796 Jacob Jud   officier public
1796 février 1798 Georges Lienhard   agent
1799 1800 Baltzer   agent
1801 1813 Georges Decker    
1814 1817 Joseph Kern    
1818 1821 Georges Dusch    
1822 1829 Feldmann    
1830 1830 Sébastien Recht    
1831 février 1838 Jacques Zanger    
1838 1877 Jacques Vogler    
1877 1904 Michel Vogler    
1905 1911 Jean Decker    
1912 1925 Jacques Merckling    
1926 1932 Georges Forrler    
1933 1941 Jacques Wittenmeyer    
1942 1945 Commune rattachée à Ingwiller    
1945 1947 Frédéric Forrler    
1947 1971 Michel Baltzer    
1971 1989 Charles Baltzer    
1989 2014 Michel Gangloff[18]    
2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Alain Danner [19]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  chef d'entreprise
Une partie des données est issue de la liste établie par Henri Heitz et Albert Kieffer dans Pays d’Alsace[20].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2019, la commune comptait 635 habitants[Note 3], en augmentation de 10,24 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,76 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266294319353385412383399369
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
355380390383371362362353372
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
342350343319319300302321324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
429447445460506505510511579
2017 2019 - - - - - - -
613635-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Menchhoffen est l'une des quelque 50 localités d'Alsace dotées d'une église simultanée[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Menchhoffen

Les armes de Menchhoffen se blasonnent ainsi :
« De gueules à la croix alésée d'argent, cantonnée en pointe de deux roses du même. »[26].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Heitz et Albert Kieffer, « Menchoffen : Identité d’une commune du Pays de Hanau », Pays d’Alsace, no 195bis,‎ , p. 3-4 (ISSN 0245-8411, lire en ligne)
  • Kiefer Albert, « L’origine du village : le nom de lieu Menchhoffen », Pays d’Alsace, no 195,‎ , p. 5-8 (ISSN 0245-8411, lire en ligne)
  • Kiefer Albert, « Seigneurs et manants », Pays d’Alsace, no 195,‎ , p. 14-23 (ISSN 0245-8411, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/bas-rhin-67
  2. Lion 1906, « Orthodromie », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 d'Ingwiller », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Strasbourg (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Kiefer 2001-1, p. 5.
  14. a et b Kiefer 2001-1, p. 6.
  15. Kiefer 2001-1, p. 7-8.
  16. a b et c Kiefer 2001-2, p. 15.
  17. Kiefer 2001-2, p. 16.
  18. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  19. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  20. Heitz et Kieffer 2004.
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. Bernard Vogler, « Liste de localités ayant de nos jours une église simultanée », in Antoine Pfeiffer (dir.), Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie, SAEP, Ingersheim ; Oberlin, Strasbourg, 2006, p. 298 (ISBN 2-7372-0812-2).
  26. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).