Melanorosaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Melanorosaurus readi

Melanorosaurus
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue d'artiste de Melanorosaurus readi.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Sauropsida
Super-ordre Dinosauria
Ordre Saurischia
Sous-ordre  Sauropodomorpha
Clade  Plateosauria
Clade  Massopoda
Clade  Anchisauria

Genre

 Melanorosaurus
Haughton[1], 1924

Nom binominal

 Melanorosaurus readi
Haughton[1], 1924

Melanorosaurus est un genre éteint de dinosaures sauropodomorphes du clade des anchisauriens, parfois rattaché à la famille dont il est le genre type, les Melanorosauridae. Il a vécu au Trias supérieur (Norien-Rhétien), et les restes fossiles de cet herbivore ont été découverts en Afrique du Sud[2].

Une seule espèce, l'espèce type, est connue : Melanorosaurus readi, décrite par S. H. Haughton en 1924[1].

Une autre espèce : Melanorosaurus thabanensis avait été créée en 1993[3]. En 2016, il a été démontré qu'elle était invalide car les fossiles ne pouvaient pas être rapportés au genre Melanorosaurus. Les ossements ont été attribués à un nouveau genre de sauropodomorphe basal : Meroktenos[4].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de genre Melanorosaurus est composé des mots du grec ancien μέλας (melas): noir, ὄρος (oros) : montagne et σαῦρος (sauros) : lézard pour donner « lézard de la montagne noire »[1].

Description[modifier | modifier le code]

Il mesurait jusqu'à 10 mètres de long et pesait 2 à 4 tonnes[5].

Classification[modifier | modifier le code]

Cladogrammes[modifier | modifier le code]

Celui réalisé par Alejandro Otero et ses collègues en 2015, extrait de leur analyse phylogénétique des saurischiens [6], place Melanorosaurus comme un Anchisauria Sauropodiformes, le plus proche des sauropodes :

Anchisauria

Anchisaurus


Sauropodiformes

Mussaurus




Aardonyx



Leonerasaurus



Sefapanosaurus




Melanorosaurus



Sauropoda






Le cladogramme de Blair McPhee et de ses collègues, établi en 2014[7], montre la position de Melanorosaurus dans le clade des Anchisauria :

 Anchisauria 

Anchisaurus




Aardonyx




Melanorosaurus




Blikanasaurus





Lessemsaurus



Antetonitrus





Gongxianosaurus



Sauropoda








Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) S. H. Haughton, « The fauna and stratigraphy of the Stormberg Series », Annals of the South African Museum, vol. 12,‎ , p. 323-497
  2. (en) S. H. Haughton, « The fauna and stratigraphy of the Stormberg Series », Annals of the South African Museum, vol. 12,‎ , p. 323-497
  3. (en) F.-X. Gauffre, « The most recent Melanorosauridae (Saurischia, Prosauropoda), Lower Jurassic of Lesotho, with remarks on the prosauropod phylogeny », Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie Monatshefte 1993, vol. 11,‎ , p. 648-654.
  4. (en) C. Peyre de Fabrègues et R. Allain, « New material and revision of Melanorosaurus thabanensis, a basal sauropodomorph from the Upper Triassic of Lesotho », PeerJ, vol. 4,‎ , e1639 (DOI 10.7717/peerj.1639)
  5. (en) Holtz, Thomas R. Jr. (2011) Dinosaurs: The Most Complete, Up-to-Date Encyclopedia for Dinosaur Lovers of All Ages, Winter 2010 Appendix.
  6. (en) Alejandro Otero, Emil Krupandan, Diego Pol, Anusuya Chinsamy et Jonah Choiniere, « A new basal sauropodiform from South Africa and the phylogenetic relationships of basal sauropodomorphs », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 174, no 3,‎ , p. 589 (DOI 10.1111/zoj.12247)
  7. (en) B. W. McPhee, A. M. Yates, J. N. Choiniere et F. Abdala, « The complete anatomy and phylogenetic relationships of Antetonitrus ingenipes(Sauropodiformes, Dinosauria): Implications for the origins of Sauropoda », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 171,‎ , p. 151 (DOI 10.1111/zoj.12127)