Melanie Lynskey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Melanie Lynskey
Description de cette image, également commentée ci-après
Melanie Lynskey au Festival international du film de Toronto en 2015.
Nom de naissance Melanie Jayne Lynskey
Surnom Mel
Naissance (45 ans)
New Plymouth, Taranaki
Nouvelle-Zélande
Nationalité Drapeau de la Nouvelle-Zélande Néo-Zélandaise
Profession Actrice
Films notables Créatures célestes
Le Mystificateur
In the Air
Séries notables Mon oncle Charlie
Mrs. America
Yellowjackets

Melanie Jayne Lynskey est une actrice néo-zélandaise née le à New Plymouth.

Connue pour jouer des personnages excentriques, à la voix douce et têtue, et de travailler principalement sur des films indépendants, elle fait ses débuts au cinéma en 1994 en interprétant une adolescente meurtrière dans Créatures célestes de Peter Jackson. Après avoir emménagé aux États-Unis, Lynskey construit sa carrière d'actrice en jouant des rôles de soutien dans une variété de longs-métrages à gros budget à échelle modeste tels que À tout jamais, une histoire de Cendrillon, But I'm a Cheerleader, Coyote Girls, Fashion Victim, Le Mystificateur, Mémoires de nos pères, Away We Go, In the Air, The Informant!, Le Monde de Charlie et plus récemment Don't Look Up.

En 2012, elle reçoit les éloges de la critique pour sa performance de divorcée déprimée dans Hello I Must Be Going, qui s'avère être un tournant dans sa carrière[1]. Ses rôles principaux ultérieurs dans The Intervention et I Don't Feel at Home in This World Anymore entre autres l'ont établi comme une figure éminente de la communauté cinématographique indépendante américaine[2].

En dehors du cinéma, Melanie Lynskey est surtout connue pour son interprétation de la sociopathe mais amicale Rose dans la sitcom Mon oncle Charlie, mais aussi pour son rôle de Michelle Pearson dans la série Togetherness. Elle est également apparue dans la première saison de la série Castle Rock et a tenu le rôle de Rosemary Thomson dans Mrs. America. Depuis 2021, elle interprète le rôle de Shauna dans la série Yellowjackets, dont la prestation est acclamée par la critique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Née à New Plymouth, en Nouvelle-Zélande, elle est la fille de Kay, ancienne infirmière, et de Tim Lynskey, un chirurgien orthopédique[3]. Elle est l'aînée de cinq enfants et a trois frères et une sœur[3]. Son nom de famille est irlandais[3].

Pendant son enfance, la famille de Lynskey a emmenagé en Angleterre pendant un an avant de retourner en Nouvelle-Zélande[3]. Elle est scolarisée au New Plymouth Girls' High School, où elle a été impliquée dans le département d'art dramatique et des pièces de théâtre scolaires[3]. Après le lycée, Lynskey a étudié à l'Université Victoria de Wellington[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts au cinéma et à la télévision (1994-2002)[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Peter Jackson (ici en 2001), réalisateur de Créatures célestes.

Lynskey a fait ses débuts d'actrice professionnelle à 16 ans[5] en jouant dans le drame psychologique Créatures célestes de Peter Jackson, basé sur l'affaire Parker-Hulme. Lynskey interprète Pauline Parker, une adolescente qui commet un crime brutal avec l'aide de sa meilleure amie (jouée par Kate Winslet). Elle a auditionné pour le rôle lorsqu'un directeur de casting a visité son lycée[6] et avant cela, 500 filles avaient été considérées pour le rôle de Pauline, mais qu'aucune n'étaient parfaite[7]. La co-scénariste du film, Fran Walsh, a admiré « l'intensité tranquille » de Lynskey et a dit qu'ils savaient immédiatement qu'elle était parfaite pour le rôle[7]. Créatures célestes a été acclamé par la critique lors de sa sortie en 1994[8],[9]. Le critique Roger Ebert a félicité Jackson pour avoir choisi « deux bonnes actrices », notant qu'« il y a une façon pour Lynskey de lever les yeux sous les sourcils brillants qui vous laisse savoir que ses entrailles bouillonnent »[10]. Owen Gleiberman de Entertainment Weekly a décrit Lynskey comme étant « extraordinaire »[11], tandis que Richard Corliss a déclaré dans sa critique pour Time[12] que « le coup de chance du film a été de retrouver Winslet et surtout Lynskey, actrice pour la première fois », ajoutant qu'« elles sont parfaites, intrépides pour incarner l'hystérie adolescente »[12].

Créatures célestes est reconnu comme une référence dans le cinéma néo-zélandais[13],[14],[15]. Le long-métrage est nommé pour l'Oscar du meilleur scénario original[16] tandis que Lynskey a été nommée meilleure actrice New Zealand Film and Television Awards[1]. Elle considère le travail avec Jackson et Winslet comme une expérience d'apprentissage importante[17],[18]. Au cours de la réalisation du film, elle est devenue particulièrement proche de Winslet, qui a déclaré plus tard que Lynskey est « Mel est comme le côté gauche de [s]on corps » et qu'elles avaient « la relation exacte en termes de communication et d'amour » que Pauline et Juliet, dès la minute où elles se sont vues[19].

Après un intervalle de deux ans au cours duquel elle a fréquenté l'université, Lynskey auditionne pour un rôle dans La Chasse aux sorcières[18] et fait une apparition muette dans Fantômes contre fantômes de Peter Jackson (1996). L'année suivante, Lynskey obtient un rôle de premier plan dans le drame indépendant Foreign Correspondents, tourné à Los Angeles et qui a attiré l'attention pour son utilisation du financement participatif, une stratégie qui était considérée comme une « percée » à l'époque[20]. Cette même année, elle a été choisie pour incarner la demi-sœur « charmante et drôle » de Drew Barrymore dans À tout jamais, une histoire de Cendrillon, une épopée réinventant l'histoire de Cendrillon[21]. Le film a été à la fois un succès commercial et critique lors de sa sortie en 1998[22],[23].

Lynskey en 2002 lors du tournage de Claustrophobia.

En 1999, Lynskey est apparu dans quatre longs métrages : la comédie pour adolescents Detroit Rock City, une adaptation de La Cerisaie d'Anton Tchekhov, le film de gangsters britannique Shooters et le film culte indépendant But I'm a Cheerleader, qui est souvent considéré comme l'un des meilleurs films LGBT jamais réalisés[24],[25],[26]. Ensuite, elle a adopté un accent du New Jersey pour un rôle clé en tant que meilleure amie du personnage de Piper Perabo dans la comédie romantique Coyote Girls (2000)[27], avant de retourner en Nouvelle-Zélande pour jouer le rôle d'Alice - une vagabonde à l'esprit libre qui se lance dans un dangereux road trip - dans le film primé Snakeskin (2001)[28], qui est projeté au Festival de Cannes[29].Pour ce film, elle a reçu de solides critiques[30],[29] et une nomination pour la meilleure actrice aux New Zealand Film Awards[28].

En 2002, Lynskey a fait équipe avec le réalisateur Andy Tennant - avec qui elle avait déjà travaillé sur À tout jamais - pour jouer une connaissance d'enfance de Reese Witherspoon dans la comédie romantique Fashion Victim, qui a eu un premier week-end d'exploitation en salles record en Amérique du Nord[31]. Ces dernières années, la scène dans laquelle le personnage de Lynskey allaite son bébé dans un bar bondé a été notée pour sa pertinence culturelle[32]. Ensuite, elle est apparue aux côtés de Katie Holmes dans le thriller psychologique Abandon, premier film de Stephen Gaghan. Le film reçoit un accueil négatif de la part des critiques, mais la performance de Lynskey a été considérée comme l'un de ses points forts, Todd McCarthy de Variety soulignant qu'elle « fait du vol de scène conscient de soi »[33]. Cette même année, elle fait ses débuts à la télévision dans Rose Red, une mini-série écrite par Stephen King. La série a été un succès d'audience avec une moyenne de 18,5 millions de téléspectateurs sur trois nuits consécutives[34].

Rôles de soutien et Mon oncle Charlie (2003-2011)[modifier | modifier le code]

« Honnêtement, faire trois ou quatre épisodes par an m'a permis de payer mon hypothèque et de faire des films indépendants. J'avais cette double vie : j'avais tout ce côté indépendant de ma carrière, et les gens de ce monde ne savaient pas que j'étais dans cette énorme sitcom. Ensuite, les gens me reconnaîtraient dans Mon oncle Charlie et penseraient que je n'avais jamais eu d'autre travail. Mais je n'aurais pas pu faire l'un sans l'autre. »
— Lynskey explique comment le succès de Mon oncle Charlie lui a permis de poursuivre une carrière dans le cinéma indépendant[35].

En 2003, Lynskey a joué le rôle d'Amy Brand, journaliste pour The New Republic, dans Le Mystificateur, un film basé sur la carrière de l'ancien journaliste Stephen Glass (incarné par Hayden Christensen). Jeff Otto d' IGN l'a qualifié de « drame rempli de tension avec de grandes performances »[36], tandis qu'Andrew Sarris a estimé qu'il était « aussi bien exécuté que n'importe quel film que j'ai vu cette année », notant que « les performances de ... Mme. Sevigny , Mme Dawson et Mme Lynskey font plus que compléter la caractérisation centrale de M. Christensen ; ils fournissent une toile de fond saine pour que [ses] tromperies pathologiques se dénouent régulièrement »[37]. Plus tard cette année-là, elle décroche le rôle de Rose, la voisine sournoise mais adorable de Charlie Harper (joué par Charlie Sheen) dans la sitcom de CBS Mon oncle Charlie. Après être apparu initialement dans l'épisode pilote en tant que personnage invité, Lynskey a été invitée à devenir une habituée de la série et a continué à apparaître fréquemment tout au long des deux premières saisons de l'émission[38]. Bien qu'elle ait quitté le casting principal en 2005 pour se concentrer sur le travail cinématographique[39]– une décision pour laquelle le producteur exécutif Chuck Lorre a dit qu'il avait « beaucoup de respect »[40]- elle a continué à faire des apparitions dans la série jusqu'à son dernier épisode, diffusé en février 2015[41].

En 2006, Lynskey est apparue en tant qu'épouse de René Gagnon (joué par Jesse Bradford) dans le long métrage de guerre réalisé par Clint Eastwood, Mémoires de nos pères . Écrivant pour le Honolulu Star-Advertiser, Burl Burlingame l'a appelé comme « le témoignage le plus riche qu'Hollywood ait encore fait sur le paroxysme de la Seconde Guerre mondiale ... un film étonnant à tous les niveaux »[42] tandis que Peter Travers de Rolling Stone croit que c'est « un film d'une puissance impressionnante et d'une provocation fulgurante »[43]. L'année suivante, elle a joué l'un des personnages principaux - une femme désespérée de s'éloigner de son mari violent - dans la série télévisée de courte durée Drive, qui a été annulée par FOX au milieu de sa première saison[44]. Dans sa critique pour le Los Angeles Times des deux premiers épisodes de la série, Mary McNamara a décrit Lynskey comme « particulièrement irrésistible »[45].

Lynskey au Festival de Toronto pour la promotion de In the Air en 2009.

En 2008, Lynskey a joué un rôle de soutien dans la mini-série western en trois parties Comanche Moon, diffusée sur CBS . La série a reçu un accueil mitigée de la part des critiques, mais People a commenté que la performance de Lynskey était parmi les « meilleures » de la distribution.[46]. Plus tard cette année-là, elle est revenue une fois de plus en Nouvelle-Zélande pour jouer dans le drame romantique Show of Hands, pour lequel elle a remporté une nomination pour la meilleure actrice aux Qantas Film and Television Awards[47].

Lynskey a reçu de bonnes critiques[48],[49] en 2009 pour son apparition dans Away We Go, comédie dramatique de Sam Mendes, où elle a joué une femme qui a subi une série de fausses couches. Se référant à la scène dans laquelle son personnage exécute une pole dance devant son mari en deuil[50], Wesley Morris du Boston Globe a déclaré qu'elle « dramatise la tristesse et le dysfonctionnement avec une physicalité calme et émouvante » et que c'est « la meilleure performance du film » [51]. Ensuite, elle a joué le rôle de la femme du personnage de Matt Damon, Ginger, dans le biopic dramatico-comique The Informant!. Basé sur des événements réels, le film a été décrit comme « un plaisir diabolique » par Rolling Stone[52], tandis que Geoffrey Macnab de The Independent a noté que Lynskey a fourni un « soutien exceptionnel »[53]. Lors de la promotion du film en septembre de cette année-là, Soderbergh a déclaré au Los Angeles Times : « Elle est tellement regardable. Vous ne savez jamais vraiment ce que vous allez obtenir, vous savez juste que ça va être bon. Ses rythmes sont vraiment inhabituels, comme sa cadence et ses temps de réaction aux choses, et la façon dont elle formule une phrase. C'est vraiment, vraiment intéressant »[54].

Lors de la réalisation du film, Soderbergh a découragé Lynskey de contacter la personne réelle sur laquelle son personnage était basé, car il voulait qu'elle parvienne à sa propre conclusion quant à savoir si Ginger avait été complice des crimes de son mari. « J'ai décidé qu'elle n'avait aucune idée de ce qui se passait », a-t-elle déclaré plus tard, ajoutant « Elle faisait confiance, c'était le genre de femme qui pense que son travail consiste à rester à la maison et à s'occuper des enfants... même si certaines choses ne s'additionnaient pas forcément... Elle n'en demandait pas trop des questions »[55] . Lynskey compte son temps à travailler sur The Informant ! comme l'une de ses expériences professionnelles préférées[40].

Toujours en 2009, Lynskey est apparue comme la fiancée enceinte d'Edward Norton dans la comédie noire Escroc(s) en herbe de Tim Blake Nelson - avec Seongyong Cho de RogerEbert.com écrivant que sa performance était l'un des principaux contributeurs au « charme décalé » du film[56] —et en tant que sœur cadette du personnage de George Clooney dans In the Air. Ce dernier, qui a été réalisé par Jason Reitman, a été nominé dans six catégories, dont celui du meilleur film, lors de la 82e cérémonie des Oscars[57]. Reitman n'avait jamais choisi un étranger pour jouer un Américain dans l'un de ses films[54], mais Lynskey a dit qu'elle l'avait « trompé » pour qu'il lui donne le rôle en ne lui parlant pas pendant son audition, cachant ainsi son véritable accent. Reitman a dit qu'il était "ravi" par cela[58]. En octobre 2009, Lynskey a reçu un Spotlight Award au Hollywood Film Festival[59].

En 2010, Lynskey a joué le rôle principal dans Helena from the Wedding, que Jon Frosch du Hollywood Reporter a qualifié de «comédie sage et lumineuse à petit budget», ajoutant que « les acteurs forment un ensemble homogène, mais [le film] appartient à ... Lynskey »[60]. L'année suivante, elle a joué aux côtés de Kurt Russell dans le drame sportif Touchback, et a reçu des éloges pour son interprétation de Cindy - une toxicomane en convalescence - dans Les Winners[61],[62], où elle a partagé la vedette avec Paul Giamatti. Dans sa critique de ce dernier pour le Hollywood Reporter, David Rooney a félicité le réalisateur du film, Tom McCarthy, pour son « toucher infaillible avec la comédie basée sur des personnages mineurs et le drame émotionnellement honnête », tout en notant que Lynskey « apporte des nuances douces bienvenues à l'élément perturbateur de l'histoire »[63]. Pendant ce temps, Mary Pols a déclaré dans sa critique pour Time que « [Lynskey] est devenue l'une des actrices de soutien les plus intrigantes du cinéma ... elle a eu [des rôles dans] Away We Go, The Informant! et In the Air ... elle était merveilleuse dans les trois. Dans [ceci], elle donne un type de performance très différent et est encore meilleure »[64].

Transition vers les rôles principaux au cinéma et reconnaissance (2012-2016)[modifier | modifier le code]

« Matt Damon m'a dit quelque chose que j'ai vraiment vécu depuis ... "À la fin de votre carrière, quand quelqu'un regarde votre filmographie, tout ce qu'il se souvient, c'est si le film était bon ou pas. Ils ne disent pas, 'Oh, il [a joué] ce personnage fou!' [ou] "Oh, tous ces gens étaient dans ce film"... tout le monde sait si le film était bon ou pas"... donc, si vous choisissez systématiquement de bons scripts... vous allez construire un curriculum vitae très solide. »
—Lynskey sur le choix des rôles au cinéma, 2012[65]

En 2012, Lynskey est apparue aux côtés de Steve Carell dans la comédie de Lorene Scafaria Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare et tient un rôle clé en tant que tante sexuellement abusive du personnage principal adolescent dans Le Monde de Charlie, un drame basé sur le roman du même nom[66]. En raison de la nature de son personnage dans ce dernier, Lynskey a déclaré que cela avait été une décision difficile de prendre le rôle[67]. Cette année-là également, elle a joué dans la comédie romantique Putzel, avec Mark Hinson du Tallahassee Democrat écrivant que sa performance - dans le rôle de Sally, une danseuse professionnelle et l'intérêt amoureux du personnage principal - « vole la vedette ... [le film] prend vie chaque fois que la charmante Lynskey arrive à l'écran »[68] tandis que dans son examen pour Redefine , Allen Huang l'a décrite comme « délicieuse » et « adroitement crédible »[69].

L'interprétation par Lynskey d'Amy Minsky - une femme divorcée qui doit retourner vivre avec ses parents - dans Hello I Must Be Going (2012) a été particulièrement bien accueilli par la critique[70],[71]. Pour la première fois dans sa carrière, l'actrice est apparue dans chaque scène tout au long du film; elle a décrit l'expérience comme « beaucoup de pression » et a déclaré qu'elle avait initialement supposé que le rôle serait confié à quelqu'un comme Michelle Williams ou Maggie Gyllenhaal[72]. En parlant de sa décision de lancer Lynskey, le réalisateur Todd Louiso a déclaré: « Je savais que si je la choisissais pour le rôle, le film avait le potentiel de résonner à mille niveaux différents »[72]. Dans son examen pour le Los Angeles Times, Kenneth Turan a écrit : « Si vous connaissez le nom de Melanie Lynskey, vous avez déjà prévu de la voir dans Hello I Must Be Going. Si vous ne le faites pas, ce film vous fera rattraper le temps perdu. C'est comme ça qu'elle est bonne actrice »[73].

USA Today a fait l'éloge du film pour être « drôle, bien écrit, impliquant et émotionnellement honnête », tout en notant que « Lynskey apporte dimension et intelligence » et un « mélange sympathique d'humour, de dignité et de naturel au rôle »[74]. La performance lui a valu une nomination pour le Gotham Independent Film Award de la meilleure révélation d'un acteur[75]. En 2015, Screen Rant a placé la représentation d'Amy par Lynskey à la sixième place des « 20 meilleures performances d'acteur des 5 dernières années »[76].

Lynskey remportant le Prix Spécial du jury au Festival de Sundance en 2016 pour sa prestation dans The Intervention.

En 2013, Lynskey a joué un rôle principal dans The Big Ask, une comédie dramatique indépendante. Le film a reçu un accueil mitigé de la part des critiques, mais la représentation d'Hannah par Lynskey a été saluée[77],[78],[79]. En avril de l'année suivante, elle a été nommée lauréate du Master émergent au Festival international du film RiverRun[80]. Son prochain rôle était dans Happy Christmas (2014), où elle a joué Kelly, une romancière en herbe dont la passion pour l'écriture est ravivée lorsque sa belle-sœur (jouée par Anna Kendrick) vient lui rendre visite. Le film a attiré l'attention pour être presque entièrement improvisé[81]. Stephen Holden du New York Times a commenté que « les performances de Happy Christmas sont si naturelles que les acteurs se fondent dans leurs personnages »[82] tandis que d'autres critiques ont choisi Lynskey comme un point culminant[83],[84]. Plus tard cette année-là, elle est apparue comme la meilleure amie d' Amy Poehler dans They Came Together de David Wain et a joué les rôles principaux féminins dans We'll Never Have Paris et Goodbye to All That. Dans sa critique de ce dernier, Bilge Ebiri a décrit Lynskey comme « fantastique »[85]. Ensuite, elle a fourni la voix de Beatrice, un oiseau bleu de mauvaise humeur, pour la mini-série de Cartoon Network La Forêt de l'Étrange. Kevin Johnson de The AV Club a noté que « Lynskey vole la vedette avec ses incroyables dénigrements et son agressivité passive, évitant intelligemment l'impertinence ou le sarcasme exagéré »[86]. La série a continué à recevoir trois Creative Arts Emmy Awards, dont le meilleur programme d'animation[87].

De 2015 à 2016, Lynskey a joué Michelle Pierson dans la série de HBO Togetherness, qui parlait de la vie de deux couples vivant sous le même toit. Le programme - qui a été créé par les frères Duplass - a duré deux saisons et a été salué pour sa narration intime et les performances de ses acteurs[88],[89]. La performance a valu à Lynskey une nomination en 2015 pour le Critics' Choice Television Awards dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle dans une série comique[90]. Bien qu'elle ait raté une nomination aux Primetime Emmy Awards en 2016, elle a été désignée comme une candidate digne à l'approche de la cérémonie de cette année-là[91],[92],[93]. En mars 2016, il a été annoncé que HBO avait décidé de ne pas renouveler Togetherness pour une troisième saison[94]. Lynskey a comparé plus tard cela au fait d'avoir « le cœur brisé par quelqu'un dont je suis toujours amoureuse »[95].

Pour son rôle dans The Intervention (2016), Lynskey a reçu le US Dramatic Special Jury Award for Individual Performance au Festival de Sundance[96]. Dans sa critique pour IndieWire , Russ Fischer a souligné le « timing comique extrêmement bon » de l'actrice[97], tandis qu'Ethan Anderton de /Film a noté que « Lynskey est la vedette, livrant une performance qui est authentique, drôle et touchante tout en même temps »[98]. Pour sa première réalisation, l'actrice Clea DuVall, a écrit le personnage d'Annie, une alcoolique tendue, spécifiquement pour Lynskey[99]. Elle a demandé l'aide d'un thérapeute avant que le film n'entre en production pour se préparer à travailler avec DuVall, une amie proche depuis plusieurs années : « Je ne voulais pas qu'il arrive quoi que ce soit à notre amitié et c'était un grand défi était de pouvoir tenir le coup pour moi-même et mon point de vue par rapport au scénario et à ce personnage »[99]. Cette année-là également, elle a joué aux côtés de Robert Webb dans le pilote pour une série comique de la BBC Two, Our Ex-Wife[100] et a tenu un des rôles principaux dans les longs métrages indépendants Rainbow Time, Little Boxes et The Great & The Small. Joe Leydon de Variety a décrit sa performance dans ce dernier comme « tranquillement dévastatrice »[101].

Continuation, éloges de la critique et Yellowjackets (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

La performance de Lynskey dans le thriller de Netflix I Don't Feel at Home in This World Anymore (2017) a été chaleureusement saluée par la critique[102],[103]. Le réalisateur du film, Macon Blair, a écrit le personnage de Ruth, une justicière opprimée qui fait équipe avec son voisin (joué par Elijah Wood) pour traquer un cambrioleur, avec Lynskey à l'esprit[104]. Le rôle s'est avéré physiquement difficile, car il impliquait des cascades et l'utilisation de prothèses[104],[105]. Le critique Peter Debruge de Variety a félicité Blair pour avoir donné à Lynskey « quelque chose d'inoubliable à faire » et a estimé qu'elle avait livré son « meilleur travail à ce jour »[106], tandis que Time Out la décrivait comme « bouillonnante et magnétique »[107]. Le film a reçu le Grand Prix du Jury à Sundance[108], tandis que Lynskey a reçu une nomination pour le Gotham Independent Film Award de la meilleure actrice[109].

Après la sortie de I Don't Feel at Home in This World Anymore, Lynskey a eu des rôles principaux la même année en tant que parent d'un lycéen en difficulté dans le drame controversé And Then I Go[110], une avocate de la défense dans la mini-série australienne Sunshine, pour laquelle elle a reçu une nomination au Golden Nymph Award [111], la mère d'une fille aux pouvoirs surnaturels dans The Changeover et dans le film d'horreur XX, dans lequel son personnage essaie frénétiquement de cacher le corps de son mari après l'avoir trouvé mort. Dans sa critique de ce dernier long-métrage, Stephanie Zacharek de Time a écrit: « le film a une charge ironique et comique, et Lynskey, formidable comme toujours, apporte une note de grâce pathétique au traitement méchant »[112].

Lynskey a joué un rôle principal dans le drame indépendant Sadie en 2018, jouant une femme qui lutte pour élever sa fille pendant que son mari est en mission en Afghanistan. Variety a décrit le film comme « tranquillement absorbant », ajoutant que le travail de Lynskey était « fort » et « convaincant »[113] tandis que Frank Scheck du Hollywood Reporter a écrit qu'« il n'est pas surprenant que Lynskey, qui s'est tranquillement imposée comme l'une des meilleurs actrices du cinéma indépendant, soit à nouveau superbe dans son virage émotionnellement complexe »[114]. Ensuite, elle est apparue dans le rôle principal de Molly Strand dans la première saison de Castle Rock, série d'horreur psychologique basée sur des personnages et des décors des romans de Stephen King[115]. La série a été diffusée sur Hulu en juillet 2018 et a recueilli des critiques positives, en particulier pour le casting, Paste a qualifié Lynskey de « délicatement complexe »[116], tandis qu'Alan Sepinwall de Rolling Stone a estimé que la série était « le dernier exemple en l'humanité et l'enracinement que [Lynskey] peut apporter aux histoires les plus surréalistes et macabres ... un tradition qui remonte à son adolescence dans Créatures célestes »[117]. La série a été renouvelée plus tard pour une deuxième saison[118] cependant, en raison du caractère anthologique de la série, il comportait un ensemble différent d'acteurs[119].

En 2020, Lynskey a partagé la vedette avec Cate Blanchett dans la mini-série en neuf parties Mrs. America, un drame politique centré sur la carrière de l'activiste conservatrice Phyllis Schlafly[120]. La série a été diffusée sur FX on Hulu et a été largement acclamée par la critique, James Poniewozik du New York Times la qualifiant d'« époustouflante ... une peinture murale méticuleusement créée et observée qui trouve le germe de l'Amérique contemporaine dans les efforts de femmes folles à juste titre ». La représentation de Lynskey de la véritable Rosemary Thomson, une fervente partisane de Schlafly, a été décrite comme « délicieuse »[121] et qui « ressort » parmi les acteurs[122]. Elle déclarera tard que travailler avec Blanchett était « l'une des grandes expériences » de sa vie[123].

En 2021, Lynskey a joué le rôle principal d'Hannah - une stoner paresseuse qui décroche involontairement un emploi de guide touristique dans un manoir historique - dans la comédie Lady of the Manor, qui marque les débuts en tant que réalisateur de l'acteur Justin Long et de son frère, Christian. Lynskey a déclaré qu'elle avait accepté de jouer le rôle parce que « l'idée d'être en pantalon de survêtement et d'agir comme si j'étais défoncée pendant tout un film était tellement libératrice »[124]. Les critiques ont rejeté la dépendance du film à l'humour scatologique[125], mais la performance de Lynskey a été bien accueillie, avec Angie Han du Hollywood Reporter commentant qu'elle « apporte le même engagement hermétique au désordre pour Hannah qu'elle fait pour tous ses rôles variés » et trouvant que son alchimie avec Judy Greer était « chaleureuse et authentique »[126], tandis que Screen Rant a estimé qu'elle « brille comme ... la merde sans gouvernail, sans classe .... [Elle] embrasse sans vergogne l'humour physique ... et s'engage vraiment dans les gags. Il y a quelques éclats de rire -des moments forts dans le film, et Lynskey est au centre de chacun d'eux »[127].

Le traitement satirique d'Adam McKay de la crise du changement climatique, Don't Look Up : Déni cosmique, est le deuxième rôle cinématographique de Lynskey en 2021. Sa performance en tant que June, épouse de Randall, incarné par Leonardo DiCaprio - a été choisi comme un point culminant parmi la distribution d'ensemble, avec David Rooney du Hollywood Reporter la décrivant comme « formidable »[128] et David Ehrlich de IndieWire écrit dans sa critique, qu'elle « brillante en étant discrète comme [l'épouse lucide de DiCaprio], sa performance solide ouvrant la voie à un [climax] étonnamment poignant »[129]. En janvier 2022, il a été rapporté que Don't Look Up a établi un record du plus grand nombre de visionnements de n'importe quel film sur Netflix, le distributeur du film, en une seule semaine, ce qui en faisait le troisième élément le plus regardé de l'histoire de la société[130].

Dans la série Yellowjackets, qui est diffusé sur Showtime à partir du , Lynskey joue le rôle de Shauna, une femme au foyer et mère de banlieue qui, avec trois vieilles amies (jouées par Tawny Cypress, Christina Ricci et Juliette Lewis) a gardé des secrets sur un accident d'avion survenu il y a vingt-cinq ans. La série a été saluée par Judy Berman de Time pour son « réalisme psychologique » et sa capacité à mélanger différents genres avec succès[131], tandis que Lacy Baugher Milas de Paste a estimé que c'était « l'une des nouvelles offres les plus convaincantes de la saison télévisée d'automne, un mystère sinueux qui… fonde son histoire sur une expérience spécifiquement féminine d'une manière que d'autres [émissions] comme celle-ci n'ont jamais pris la peine d'essayer »[132]. Les acteurs ont été unanimement félicités pour leurs performances, mais Rolling Stone a estimé que « la vedette… est Lynskey » car « elle est toujours géniale, mais Shauna se sent comme le… rôle qu'elle a attendu toute sa carrière pour jouer »[133]. Dans une critique similaire, The Guardian a convenu que « Lynskey fait de loin le gros du travail le plus émouvant de la série »[134]. Lynskey a déclaré que c'était la « rage intériorisée » du personnage qui l'avait attirée vers le rôle, ainsi qu'« un vrai trait sombre que j'aimais ... et dont j'étais aussi terrifiée »[135]. Elle a déclaré au New York Post : « J'ai 44 ans, et ici je joue quelqu'un qui est complexe et intéressant et qui a une vie amoureuse et une histoire… Et c'est une émission sur quatre femmes d'âge moyen [qu'un] grand réseau est prêt à faire… J'ai maintenant des opportunités que j'aurais été ravi d'avoir quand j'étais [plus jeune] »[136].

Il a été annoncé le 7 décembre 2021 que Lynskey avait été nominée pour le Critics 'Choice Award de la meilleure actrice dans une série dramatique pour son interprétation de Shauna[137], prix qu'elle remporte lors de la cérémonie du 13 mars 2022[138]. Elle obtient également sa première nomination aux Emmy Awards dans la même catégorie.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2001, Lynskey rencontre l'acteur américain Jimmi Simpson lors du tournage de Rose Red, dans lequel ils apparaissent tous les deux[139]. Ils se sont fiancés en 2005 et se sont mariés le 14 avril 2007, dans une chapelle du lac Hayes, près de Queenstown en Nouvelle-Zélande[140]. Lynskey a demandé le divorce le 25 septembre 2012, invoquant des différences irréconciliables[141]. Le divorce a été finalisé le 23 mai 2014[142]. En février 2017, Lynskey a annoncé qu'elle était fiancée à l'acteur Jason Ritter, avec qui elle sortait depuis quatre ans[143]. En décembre de l'année suivante, ils sont devenus parents d'une fille[144],[145] et le couple s'est marié en 2020[146].

Lynskey vit à Los Angeles[147]. Elle est une amie proche de Clea DuVall et de Natasha Lyonne, qu'elle a rencontrée lorsqu'elles sont apparues ensemble dans But I'm a Cheerleader[148]. Elle est également une amie proche d'Emily Deschanel, rencontrée sur le tournage de Rose Red[149], qui a été sa demoiselle d'honneur lors de son mariage avec Simpson[150],[151]. Lynskey est devenue végétarienne à l'âge de 10 ans après avoir appris l'élevage de moutons[152], mais s'identifie maintenant comme une pesco-végétarienne[152]. Elle souffre de misophonie[17],[153].

Lynskey a été ouverte sur sa lutte contre un trouble de l'alimentation, qui a duré plusieurs années. S'exprimant en 2016, elle a déclaré qu'elle était « très malade pendant longtemps »[154].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Années 2020[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Mini-séries[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Voix francophones[modifier | modifier le code]

En France, Natacha Muller est la voix française régulière de Melanie Lynskey. Edwige Lemoine l'a doublée à deux occasions.

Au Québec, Violette Chauveau est la voix québécoise récurrente de l'actrice.

En France
et aussi

Au Québec
et aussi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Maris James, « The Playlist Profile: Melanie Lynskey Talks Hollywood, 'Hello I Must Be Going,' 'Heavenly Creatures' & More », The Playlist,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Bob Strauss, « How Melanie Lynskey's risky instincts brought her to Netflix », Daily News,‎ (lire en ligne)
  3. a b c d et e Marc Maron, « Episode 564 - Melanie Lynskey » [archive du ], sur WTF with Marc Maron, (consulté le )
  4. Rebecca Flint Marx, « Melanie Lynskey - Biography », AllMovie (consulté le )
  5. « Interview: Melanie Lynskey talks Hello I Must Be Going », sur SuperMarcey.com,
  6. Jenelle Riley, « Away She Goes », Backstage,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Jeremy Olds, « Kiwi actress Melanie Lynskey on winning big at the Sundance Film Festival », Stuff.co.nz,
  8. David Rooney, « Heavenly Creatures », sur Variety,
  9. Desson Howe, « 'Heavenly Creatures' », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  10. Roger Ebert, « Heavenly Creatures », sur RogerEbert.com,
  11. Owen Gleiberman, « Heavenly Creatures », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  12. a et b (en) Richard Corliss, « A Heavenly Trip Toward Hell (1994) » [archive du ], Time (magazine), (consulté le )
  13. Charlie Gates, « The best New Zealand movies ever made », Stuff.co.nz,‎ (lire en ligne)
  14. Jonathan Knox, « The 10 Best New Zealand Movies of All Time », Taste of Cinema,‎ (lire en ligne)
  15. « The best films shot in New Zealand », MSN.com,‎ (lire en ligne)
  16. « The 67th Academy Awards », sur Oscars.org (consulté le )
  17. a et b Alexander Bisley, « Melanie Lynskey on Togetherness, realism and 'radical' nudity », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  18. a et b Ben Travers, « There's Only One Melanie Lynskey, But These 5 Stories Will Make You Wish There Were More », IndieWire,‎ (lire en ligne)
  19. Penelope Dening, « Winslet ways », Irish Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Filmmaker goes Hollywood on Internet », The Boston Globe,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « 12 Reasons Why I Watch 'Ever After' Over & Over Again », Bustle,‎ (lire en ligne)
  22. « Ever After: A Cinderella Story », Box Office Mojo (consulté le )
  23. « EVER AFTER - A CINDERELLA'S STORY », Rotten Tomatoes (consulté le )
  24. « Top Ten Best Lesbian Movies: 10 Queer Movies That Don't Suck. », Autostraddle,‎ (lire en ligne)
  25. Jude Dry, « The 15 Best Lesbian Movies of All Time, Ranked », IndieWire,‎ (lire en ligne)
  26. Alison Foreman, « 21 years later, 'But I'm a Cheerleader' is still the perfect fairytale », Mashable,‎ (lire en ligne)
  27. Michele Hewitson, « Melanie Lynskey comes out from the shadows », New Zealand Herald,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. a et b « 'Snakeskin' cruises into top film spot », The New Zealand Herald,‎ (lire en ligne)
  29. a et b « 1st Review of the Melanie Lynskey starring New Zealand film SNAKESKIN!!! », Ain't It Cool News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. David Stratton, « Review: 'Snakeskin' », Variety,‎ (lire en ligne)
  31. « Sweet Home Alabama tops the weekend box office », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  32. Mary Katharine Ham, « 15 Years Later, 'Sweet Home Alabama's' Baby In A Bar Is a Lifestyle, Not A Laugh Line », The Federalist,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. Todd McCarthy, « Abandon », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « 'Rose Red' tale haunts viewers again in ABC prequel », Seattle Post-Intelligencer,‎ (lire en ligne)
  35. Jude Dry, « Life After 'Heavenly Creatures': How Melanie Lynskey Keeps Finding Original Roles », Indiewire,‎ (lire en ligne)
  36. Jeff Otto, « REVIEW OF SHATTERED GLASS », IGN,‎ (lire en ligne)
  37. Andrew Sarris, « Ambitious Cub's Rise and Fall: Shattered Glass Cuts Fact From Fakery », Observer.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « Interview: Melanie Lynskey », The A.V. Club,‎ (lire en ligne)
  39. « Melanie Lynskey Could Have Been Just The Wacky Sitcom Neighbor. She Chose Otherwise. », Fast Company,‎ (lire en ligne)
  40. a et b Kate Arthur, « The Actress Who Can Do Everything », BuzzFeed,‎ (lire en ligne [archive du ])
  41. « 'Two and a Half Men series finale react: A winning end' », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne)
  42. Burl Burlingame, « Heroes by Chance », Honolulu Star-Advertiser,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. Peter Travers, « Flags of Our Fathers », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. Michael Schneider, « 'Drive' runs out of gas », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. Mary McNamara, « Relax and enjoy the ride », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « Picks and Pans Review: Comanche Moon », People.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. « Qantas Film and TV Award Winners », StopPress.co.nz,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. Rob Hunter, « Review: Away We Go », Film School Rejects,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. Debbie Lynn Elias, « AWAY WE GO », Behind The Lens (consulté le )
  50. Dahlia Lithwick, « The Pole Dance of Grief in Away We Go », Slate,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. Wesley Morris, « Away We Go review », The Boston Globe,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Peter Travers, « The Informant! », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  53. « The Informant!, Venice Film Festival », sur The Independent,
  54. a et b Mark Olsen, « Melanie Lynskey, Toronto's Triple Threat », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. Gareth Clark, « Melanie Lynskey interview », Time Out Abu Dhabi,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. « Varieties of Leaves of Grass », RogerEbert.com,‎ (lire en ligne)
  57. Simon Reynolds, « In Full: Oscars 2010 – The Winners », sur Digital Spy, Hachette Filipacchi (UK) Ltd, (consulté le )
  58. « Big Screen: Jason Reitman and the cast of "Up in the Air" », Columbus Alive,‎ (lire en ligne)
  59. « Hollywood Fest Honors Julianne Moore », Hollywood Film Festival,‎ (lire en ligne [archive du ])
  60. Jon Frosch, « Helena From the Wedding -- Film Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  61. Rodrigo Perez, « Sundance '11 Review: Tom McCarthy's 'Win Win' Balances Heartfelt & Hilarious Small Victories », The Playlist,‎ (lire en ligne)
  62. Philip Concannon, « Win Win », The Skinny,‎ (lire en ligne)
  63. David Rooney, « SUNDANCE REVIEW: Win Win », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  64. Mary Pols, « Win Win: Paul Giamatti Can't Lose », Time,‎ (lire en ligne)
  65. (en) Nick Newman, « [Interview] Melanie Lynskey Shares Transition From Character Actress To Lead In 'Hello I Must Be Going' », The Film Stage,‎ (lire en ligne)
  66. (en) « LAFF: MELANIE LYNSKEY TALKS PLAYING AUNT HELEN IN "THE PERKS OF BEING A WALLFLOWER" », IFC.com,
  67. (en) « Sundance: Melanie Lynskey Talks Making 'Hello I Must Be Going,' Teases 'Perks' & 'Seeking A Friend' », Indiewire,
  68. (en) « Lovely Melanie Lynskey saves cliched 'Putzel' », Tallahassee Democrat,
  69. (en) « Seattle International Film Festival (SIFF) 2013: Best & Worst Films Round-Up Reviews », sur Redefine,
  70. (en) Christy Lemire, « Review: Lynskey shines in 'Hello I Must Be Going' », Associated Press,
  71. (en) Moira Macdonald, « 'Hello I Must Be Going' is perfect for actress Melanie Lynskey », The Seattle Times,
  72. a et b https://www.nytimes.com/2012/01/21/movies/melanie-lynskeys-star-shines-at-sundance.html
  73. (en) Kenneth Turan, « Melanie Lynskey is highlight of 'Hello I Must Be Going' », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  74. (en) « 'Hello I Must Be Going' is a funny, well-written tale », sur USA Today,
  75. Dan Schoenbrun, « Nominees Announced for IFP's 22nd Annual Gotham Independent Film Awards » [archive du ], IFP,
  76. Scout Tafoya, « 20 Best Acting Performances of The Last 5 Years », Screen Rant,‎ (lire en ligne)
  77. (en) Brian Tallerico, « THE BIG ASK », RogerEbert.com,‎ (lire en ligne)
  78. (en) Rob Hunter, « 'The Big Ask' Review: How Far (In) Would You Let a Friend In Need Go? », Film School Rejects,‎ (lire en ligne)
  79. (en) Vadim Rizov, « The Big Ask », The Dissolve,‎ (lire en ligne)
  80. « Lynskey Honoured for Early Mastery of Her Craft », sur NZEdge.com,
  81. (en) Sean Hood, « Three Women Talk In A Basement: Happy Christmas' Melanie Lynskey On Improv, Lena Dunham, and Feminism », MovieMaker,‎ (lire en ligne)
  82. (en) Stephen Holden, « Holiday Visitor Who's a Tough Sort of Gift », New York Times,‎ (lire en ligne).
  83. (en) Claudia Puig, « 'Happy Christmas' isn't exactly merry but Yule like it », USA Today,‎ (lire en ligne)
  84. (en) Jason Bailey, « Sundance 2014: Kendrick, Lynskey, Dunham Shine in Swanberg's 'Happy Christmas' », Flavorwire,
  85. Bilge Ebiri, « Indie Romantic Comedies Are a Dime a Dozen, But Goodbye to All That Is Charming, Beautiful, and Sad », Vulture.com,‎ (lire en ligne)
  86. « Over The Garden Wall », A.V. Club,‎ (lire en ligne)
  87. « Cartoon Network's Over the Garden Wall Wins Three Emmys », Cartoon Brew,‎ (lire en ligne)
  88. (en) Brianna Wellen, « A motley crew of cohabitants do not a gimmick make on Togetherness », Chicago Reader,‎ (lire en ligne [archive du ])
  89. (en) « Review: The Quietly Radical 'Togetherness' Season 2 », The Playlist,‎ (lire en ligne)
  90. « 2015 Critics' Choice TV Award Nominations Are Outstanding & More Than Make Up For Some Big Emmy Snubs », Bustle,‎ (lire en ligne)
  91. « Here's What This Year's Emmy Nominations Should Look Like », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  92. « IF I HAD AN EMMY BALLOT 2016 », RogerEbert.com,‎ (lire en ligne)
  93. (en) « 2016 Emmys: Lady Gaga, 'The Good Wife' and More of the Most Shocking Snubs & Surprises », Entertainment Tonight,‎ (lire en ligne)
  94. (en) « 'Togetherness' Cancelled After Two Seasons on HBO », Variety,‎ (lire en ligne)
  95. (en) « [WATCH] Melanie Lynskey ('Togetherness') on heartbreaking end of HBO show & Sundance prize for 'The Intervention' », Gold Derby,‎ (lire en ligne)
  96. « The Birth of a Nation Takes Home Sundance's Top Awards », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  97. (en) « Sundance Review: Clea DuVall's 'The Intervention' Starring Melanie Lynskey, Cobie Smulders, Natasha Lyonne, More », Indiewire, IndieWire,‎ (lire en ligne)
  98. (en) « 'The Intervention' Trailer: Melanie Lynskey Gets By with a Little Help from Her Friends », /Film,‎ (lire en ligne).
  99. a et b Chris Lombardi, « The 'Intervention' Interview: Clea DuVall and Melanie Lynskey Tell-All », Film Independent, (consulté le )
  100. « 'Hate-filled' Robert Webb marital comedy part of new BBC2 sitcom season », What's on TV,
  101. Joe Leydon, « Film Review: 'The Great & the Small' », Variety,‎ (lire en ligne)
  102. (en) Gregory Ellwood, « Melanie Lynskey Kicks Serious Ass In 'I Don't Feel At Home In This World Anymore' [Sundance Review] », The Playlist,‎ (lire en ligne)
  103. (en) « Melanie Lynskey raises hell in the bloody dark comedy 'I Don't Feel at Home in This World Anymore' », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  104. a et b (en) Erin Oliver Whitney, « Melanie Lynskey on Playing an Action Star and Wearing a Vomit Machine in Her Netflix Movie », ScreenCrush,‎ (lire en ligne)
  105. (en) James Croot, « Melanie Lynskey gets physical for new Netflix role », Stuff.co.nz,‎ (lire en ligne)
  106. (en) Peter Debruge, « Sundance Film Review: 'I Don't Feel at Home in This World Anymore' », Variety,‎ (lire en ligne)
  107. (en) Joshua Rothkopf, « I Don't Feel at Home in This World Anymore », Time Out,‎ (lire en ligne)
  108. (en) « 2017 Sundance Film Festival Award Winners », Sundance.org (consulté le ).
  109. (en) Gordon Cox, « 'Get Out' Leads 2017 Gotham Awards Nominations », Variety,‎ (lire en ligne)
  110. (en) David Alm, « 'And Then I Go' Offers A Troubling New Look At A School Shooting, From The Shooters' Perspective », Forbes,‎ (lire en ligne)
  111. Michael Idato, « Australian shows and actors among nominees for prestigious TV festival », Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  112. (en) Stephanie Zacharek, « Review: XX, a Creepy Quartet of Horror Films by Women, Might Rob You of Sleep », Time,‎ (lire en ligne)
  113. (en) Joe Leydon, « SXSW Film Review: 'Sadie' », Variety,
  114. (en) Frank Scheck, « 'Sadie': Film Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  115. (en) Nellie Andreeva, « 'Castle Rock': Melanie Lynskey To Star In Hulu's J.J. Abrams/Stephen King Series », Deadline Hollywood,‎ (lire en ligne)
  116. (en) Jacob Oller, « Hulu's Stephen King-Inspired Castle Rock Is Easy to Watch and Hard to Forget », Paste,‎ (lire en ligne)
  117. (en) Alan Sepinwall, « 'Castle Rock' Review: Hulu's Horror Anthology Show Is Fit for a King », Rolling Stone,
  118. (en) « Castle Rock: season 2 confirmed », Den of Geek!,
  119. (en) « Castle Rock's Melanie Lynskey: 'I've never really felt like I've made it' », Stuff.co.nz,‎ (lire en ligne)
  120. (en) « Sarah Paulson, Uzo Aduba Among 11 to Join Cate Blanchett in FX's 'Mrs. America' », Variety,‎ (lire en ligne).
  121. (en) James Poniewozik, « 'Mrs. America' Review: The Voice of an E.R.A. », The New York Times,
  122. (en) Emma Fraser, « Mrs America is a powerful look at the never-ending fight for equal rights », Little White Lies,‎ (lire en ligne)
  123. (en) Kerry Harvey, « How Cate Blanchett supported Melanie Lynskey as they filmed Mrs America », sur Stuff.co.nz,
  124. (en) « Critically-acclaimed actress Melanie Lynskey on pinch-me moments, measuring success and trusting your gut », sur denizen, (consulté le )
  125. (en) Nell Minow, « Lady of the Manor », RogerEbert.com,‎ (lire en ligne)
  126. (en) Angie Han, « 'Lady of the Manor': Film Review », The Hollywood Reporter,
  127. (en) Sarah Bea Milner, « Lady Of The Manor Review: Lynskey & Greer Shine As A Stoner & Her Ghost Friend », Screen Rant,‎ (lire en ligne)
  128. (en) David Rooney, « Leonardo DiCaprio and Jennifer Lawrence in Adam McKay's 'Don't Look Up': Film Review », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne)
  129. (en) David Ehrlich, « 'Don't Look Up' Review: Adam McKay's Depressing Netflix Comedy Slogs Toward the Apocalypse », IndieWire,‎ (lire en ligne)
  130. (en) Allison Prang, « 'Don't Look Up' Breaks Netflix Record for Weekly Viewership », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  131. (en) Judy Berman, « Showtime Survival Thriller Yellowjackets Is the Best New Show in Months », Time,
  132. (en) Lacy Baugher Milas, « Yellowjackets: Showtime's Series Skillfully Stirs in Sports, Suburbs, Survival, and the Supernatural », Paste,‎ (lire en ligne)
  133. (en) Alan Sepinwall, « The Girls of 'Yellowjackets' Survive a Plane Crash. What Happens Next Still Haunts Them. », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  134. (en) Adrian Horton, « Yellowjackets review – gory Lord of Flies series gets lost in the wilderness », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  135. (en) Meredith Jacobs, « 'Yellowjackets' Stars Introduce the Teen & Adult Versions of the Plane Crash Survivors », sur TV Insider,
  136. Lauren Sarner, « Melanie Lynskey: 'I was told if you're over a particular age, you're done' », New York Post,‎ (lire en ligne)
  137. (en) Michael Schneider, « 'Succession,' 'Mare of Easttown,' 'Evil' Lead 27th Annual Critics' Choice Awards TV Nominations », Variety,‎ (lire en ligne)
  138. (en) Kelly Wynne, « Melanie Lynskey Thanks Husband Jason Ritter and Her 'Angel' Nanny in Critics Choice Speech », People,‎ (lire en ligne)
  139. (en) « Melanie Lynskey knows how to accentuate positive », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne)
  140. (en) « Celebrity Wedding: Melanie Lynskey and Jimmi Simpson », InStyle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  141. (en) « Melanie Lynskey Files For Divorce From Jimmi Simpson », Inquisitr.com (consulté le )
  142. (en) « 'Two & A Half Men' & 'Always Sunny' Stars -- Nicest Divorce EVER », TMZ,
  143. (en) Corinne Heller, « Jason Ritter and Melanie Lynskey Are Engaged », E! Online, (consulté le )
  144. (en) Jessica Vacco-Bolanos, « Jason Ritter and Melanie Lynskey Quietly Welcome Their First Child », US Weekly, (consulté le ).
  145. (en) « Melanie Lynskey's baby mystery solved on Twitter » [archive du ], New Zealand Herald (consulté le )
  146. (en) « Jason Ritter Calls Melanie Lynskey His Wife: Their Relationship Explored », Hollywood Mask
  147. (en) Anthony Breznican, « Melanie Lynskey makes sexy splash in 'Hello I Must Be Going' », Entertainment Weekly, (consulté le )
  148. (en) « Melanie Lynskey Is Always Willing to Wait for the Right Part (And It's Paying Off) — Girl Talk », IndieWire,‎ (lire en ligne)
  149. Jean Bentley, « Emily Deschanel on Biggest ‘Bones’ Lessons, Working With David Boreanaz and Returning to TV », Hollywood Reporter,‎ .
  150. (en) Melanie Lynskey sur l’Internet Movie Database (consulté le 12 avril 2022).
  151. (en) Jay S. Jacobs, « Emily Deschanel: The Doctor is In », sur PopEntertainment, (consulté le )
  152. a et b « Melanie Lynskey, Actress » [archive du ], Sansceuticals.com, (consulté le )
  153. « Melanie Lynskey's fiance Jason Ritter reveals she suffers from misophonia », sur New Zealand Herald,
  154. (en) « Melanie Lynskey Opens Up About Past Body Image Issues: 'I Was Losing My Mind' », sur ABC News, (consulté le )
  155. a b c d e f g h i et j « Comédiennes ayant doublé Melanie Lynskey en France », sur RS Doublage.com (consulté le ).
  156. a b et c « Comédiennes ayant doublé Melanie Lynskey en France », sur Doublagissimo.com (consulté le ).
  157. « À tout jamais: Une histoire de Cendrillon (Andy Tennant, 1998) », sur Nouveau Forum Doublage Francophone (consulté le ).
  158. « Fiche de doublage de « Coyote Girls » », sur Voxofilm.free.fr (consulté le ).
  159. « Fiche de doublage de « Fashion victime» », sur Voxofilm.free.fr (consulté le ).
  160. a b c d et e « Comédiennes ayant doublé Melanie Lynskey au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 17 juin 2019.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :