Mektoub, My Love: intermezzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mektoub, My Love: Intermezzo

Réalisation Abdellatif Kechiche
Scénario Abdellatif Kechiche
Ghalia Lacroix
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 212 minutes

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mektoub, My Love: Intermezzo est un film dramatique français, co-écrit et réalisé par Abdellatif Kechiche, présenté au Festival de Cannes 2019, mais sans sortie officielle. C'est la suite de Mektoub, My Love: Canto Uno, reprenant les mêmes acteurs.

Synopsis[modifier | modifier le code]

C'est la fin de l'été et Amin vit une histoire d'amour sereine avec Charlotte. Ophélie, quant à elle, est confrontée aux conséquences de ses multiples relations amoureuses.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Festival de Cannes[modifier | modifier le code]

Le film suscite la controverse lors de sa présentation au Festival de Cannes le . De nombreux spectateurs quittent la salle, notamment à cause de la longueur de certaines scènes très crues et érotiques, voire pornographiques[2],[3]. Ce long-métrage expérimental et hypnotique de 3h27 est ponctué par une scène de cunnilingus non simulée de près d'un quart d'heure dans les toilettes de la discothèque. Cette séquence créé la polémique en raison de sa durée et de sa crudité. Plusieurs spectateurs et journalistes dénoncent le caractère très misogyne du film qui réduit les femmes à leur corps et à leurs parties intimes. En juin 2019, l'association Stop au porno demande l'interdiction du film aux moins de 18 ans du fait qu'il est « hautement pornographique »[4]. Elle dit se tenir prête à intenter une action en justice en déclarant « On justifie un certain nombre d’images pornographiques par leur qualité artistique. Mais ces scènes de sexe non simulées ont écœuré à Cannes des spectateurs alors qu’ils sont plutôt aguerris »[5],[6].

À Cannes, l'attitude de l'actrice Ophélie Bau, qui joue la scène de cunnilingus, suscite des interrogations. Aprés avoir monté les marches du Palais des festivals, elle s'éclipse pendant la projection et n'est pas présente le lendemain avec l'équipe du film lors de la conférence de presse du film. Dans une lettre diffusée sur les réseaux sociaux début juillet, Kechiche explique qu'Ophélie Bau n'avait « jamais, à aucun moment, manifesté la moindre gêne, ni quant à sa nudité […] ni quant à la dimension érotique de certaines séquences ». Il précise enfin que c'est à la demande de la comédienne que la séquence de sexe, prévue initialement avec un autre acteur, avait été réalisée avec le comédien Roméo De Lacour, devenu entre-temps son partenaire dans la vie. Selon la version des faits, Ophélie Bau déclare sur le plateau de « Clique » (Canal+) qu'elle n'a pas voulu assister à la projection « parce qu'(elle n'était) pas d'accord avec ce qui allait être projeté. Enfin… pas dans l'intégralité » et « C'était une histoire de contrat pas respecté »[7],[8].

Post-production et sortie compromise[modifier | modifier le code]

Malgré la polémique, Abdellatif Kechiche se dit prêt à remonter son film. La polémique lors du festival de Cannes 2019, l'insuccès du précédent opus et surtout la liquidation judiciaire en de Quat'sous Films, la société de production d'Abdellatif Kechiche, bloque toute sortie au cinéma[9] du film. Le blocage est toujours en cours en mai 2022 citant comme causes un conflit entre Kechiche et ses producteurs, un nouveau montage, la probable classification restrictive du long-métrage, et le coût élevé des ayants droit pour l'utilisation des nombreuses chansons composant la bande-son. Cette situation compromet fortement la sortie du film en salle ainsi que de sa suite Canto Due[10],[11].

En août 2022, il est annoncé selon le réalisateur belge Fabrice Du Welz que le film a été totalement remonté avec une nouvelle durée de 2h10 et pourrait enfin sortir en salles. Par ailleurs, la scène de cunnilingus non simulée de 13 minutes qui avait fait polémique lors de sa projection à Cannes a été totalement remontée pour ne durer finalement qu'une minute[12]. Au CINÉMED 2022, Kechiche déclare que le film et ses deux suites, confirmant alors Canto Tre, sont constamment remontés, exprimant le souhait de sortir le film[13] tout en regrettant le montage présenté à Cannes[14].

Critiques journalistiques[modifier | modifier le code]

La journaliste et écrivaine Sophie Avon écrit au sujet du film : « Abdellatif Kechiche a l'art de scandaliser. Avec lui, jaillissent les polémiques sans qu'il les prémédite — du moins veut-on le croire —, car il est avant tout un artiste dont l'œuvre mobilise toutes les forces. »[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation du film sur le site du festival de Cannes
  2. « “C’est un film porno” : Kechiche écœure le Festival de Cannes », sur Valeurs actuelles (consulté le )
  3. Claire Rodineau, « Scènes de sexe interminables et excuses du réalisateur: Mektoub, My Love indispose Cannes », Le Figaro,‎
  4. « L'association "Stop au Porno" veut interdire aux moins de 18 ans le film "Mektoub my Love : Intermezzo" jugé "hautement pornographique" | Jean-Marc Morandini », sur www.jeanmarcmorandini.com (consulté le )
  5. Nicolas Berrod, « Trop de sexe : ils veulent interdire le prochain film de Kechiche aux moins de 18 ans », sur leparisien.fr, (consulté le )
  6. « « Stop au porno » exige l’interdiction de Mektoub my Love - Intermezzo aux moins de 18 ans », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  7. AlloCine, « Mektoub My Love : la polémique relancée autour de la scène de sexe non simulée », sur AlloCiné (consulté le )
  8. Catherine Balle, « Pourquoi «Mektoub My Love : Intermezzo» n’est pas près de sortir », sur leparisien.fr, (consulté le )
  9. Catherine Balle, « Pourquoi « Mektoub My Love: Intermezzo » n’est pas près de sortir », Le Parisien, no 23470,‎ , p. 27 (lire en ligne)
  10. « Où sont passés les films de Kechiche ? Après le scandale à Cannes, les suites de « Mektoub My Love » dans les limbes », sur Le Parisien,
  11. « Après Kechiche, un autre grand réalisateur français voit la sortie de son film bloquée », sur Allociné,
  12. Gautier Roos, « Oui, Abdellatif Kechiche a bien remonté «Mektoub my love: intermezzo» - CHAOS », sur Chaos Reign,
  13. « Le réalisateur Abdellatif Kechiche espère sortir «bientôt» son sulfureux Mektoub My Love: Intermezzo », sur Le Figaro avec l'AFP,
  14. Brigitte Baronnet, « Abdellatif Kechiche : après 3 ans de silence, le retour polémique du réalisateur de La Vie d'Adèle », sur Allocine,
  15. Sophie Avon, « A la surface des épidermes », La Septième Obsession,‎ juillet 2019 (n°23), p. 66-67 (ISSN 2431-1731)

Liens externes[modifier | modifier le code]