Mega Track

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mega Track
Marque Drapeau : France Mega
Années de production 1992-2000
Production 5 ou 6 exemplaire(s)
Classe Super-sportive
Usine(s) d’assemblage Aix-les-Bains
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) V12
Position du moteur Longitudinale centrale arrière
Cylindrée 5 987 cm3
Puissance maximale 395 ch DIN (290 kW)
Couple maximal 570 Nm
Transmission Intégrale
Boîte de vitesses Automatique à 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 2 280 kg
Vitesse maximale 250 km/h
Châssis - Carrosserie
Coefficient de traînée 0,39
Suspensions Triangles superposés
Direction À crémaillère avec assistance
Freins Hydraulique à disques ventilés (376mm)
Dimensions
Longueur 5 080 mm
Largeur 2 220 mm
Hauteur 1 400 mm
Empattement 3 120 mm
Voies  AV/AR 1 800 mm  / 1 880 mm
Volume du coffre 250 dm3
Vue de l'avant.
Vue de l'arrière.

La Track est une voiture française conçue par la marque Mega entre 1992 et 2000.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette voiture se caractérise par son gigantisme, à tous les niveaux. De très grande taille (plus de 5 mètres de longueur pour plus de 2 mètres de largeur pour plus de 2 tonnes), elle est propulsée par un moteur V12 à 60°, le M120 (en) de Mercedes-Benz ayant été monté sur la classe S modèle S600, délivrant une puissance de 395 ch[1],[2],[3]. La capacité de son réservoir de carburant, 110 litres, est à la hauteur de sa consommation : de 20 litres sur route à 50 litres en tout-terrain.

De plus, grâce à sa suspension contrôlée réglable qui permet de modifier la garde au sol de la voiture, celle-ci gagne 34 cm de hauteur et peut donc s'aventurer sur des parcours tout-terrain, en plus de la route et des circuits.

Des pneus de 20 pouces (285/55 ZR20 à l'avant et 325/50 ZR20 à l'arrière[4]) spécialement fabriqués par Michelin et uniquement pour ce modèle sont nécessaires à son lancement, ce qui en faisait les plus grands pneus pour une voiture.

La vitesse maximale atteinte par la voiture s'élève à 250 km/h, cependant elle résulte d'un bridage. Elle parcourt les 1 000 mètres 28 secondes[réf. nécessaire].

Chaque véhicule était fabriqué à la main dans l'usine d'Aix-les-Bains.

Cette voiture a été un échec commercial. Commercialisée plus de 2 millions de francs de l'époque à son lancement en 1992, il semble qu'il s'en soit vendu 5 ou 6 exemplaires dans le monde, dont deux sont au siège du groupe Aixam. Un des exemplaires, gris, avec des plaques autrichiennes, a été vu à plusieurs reprises dans la principauté de Monaco. Une rumeur dit qu'un exemplaire serait au Moyen-Orient, un autre en Russie et un troisième en Asie, sans plus de précision. Il est possible que ces véhicules ne soient plus là en 2020. Il s'agit donc d'un modèle extrêmement rare.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La fabuleuse histoire MEGA by Aixam », sur www.aixam.com (consulté le 5 octobre 2020)
  2. Paul Clément-Collin, « Mega Track : de la voiturette à la supercar », sur CarJager, (consulté le 5 octobre 2020)
  3. Francois Piette, « Un modèle, un flop : La Mega Track, le flop sidéral », sur VROOM.be, (consulté le 5 octobre 2020)
  4. « Fiche technique Mega Track », sur www.autotitre.com (consulté le 5 octobre 2020)