Medtronic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Medtronic
illustration de Medtronic

Création 1949
Fondateurs Palmer Hermundslie (en) et Earl Bakken (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société ouverte à responsabilité limitéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Action New York Stock Exchange (MDT)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan "Alleviating Pain • Restoring Health • Extending Life"
Siège social Dublin
Drapeau d'Irlande Irlande
Activité Medical device industry (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Produits Dispositif médicalVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Covidien, Medtronic (Ireland) (d), Medtronic (Switzerland) (d), Medtronic (Italy) (d), Medtronic (Germany) (d), Medtronic (Israel) (d), Medtronic (Netherlands) (d), Medtronic (Spain) (d), Medtronic (United Kingdom) (d), Medtronic (Canada) (d), Medtronic (France) (d) et Medtronic (Luxembourg) (d)
Effectif 84 000 (Mars 2015)
Site web www.medtronic.com

Chiffre d'affaires 23 milliards de dollars (2018)
Siège social de Medtronic, Fridley.

Medtronic est une entreprise active dans les technologies médicales. L'entreprise est représentée au niveau mondial.

Le siège social du groupe se trouve à Dublin en Irlande. Le siège pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique se trouve à Tolochenaz en Suisse. Pour la région Asie/Pacifique, le siège se trouve à Singapour.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1940, Earl Bakken crée avec son beau-frère Palmer Hermundslie un atelier de réparation d'appareils médicaux dans un garage. Ils découvrent dans une revue les plans d'un métronome électrique. C'est le déclic : délivrer une impulsion à un rythme régulier permettrait de lutter contre des problèmes d'arythmie cardiaque. En 1949, ils fondent Medtronic.

En 1957, Medtronic crée le premier pacemaker (stimulateur cardiaque) portable. En 1961, Medtronic déménage à St. Anthony Village à Minneapolis.

En 2001, inauguration d’un nouveau siège international à Fridley, dans le Minnesota, dix fois plus grand

que l'ancien siège.

En , Medtronic annonce l'acquisition de Covidien, entreprise de matériel médical et ancienne filiale du groupe Tyco International, pour 42,9 milliards de dollars[1].

En , Smith & Nephew annonce la vente de ses activités liés à la gynécologie pour 350 millions de dollars à Medtronic[2]. En , Medtronic annonce l'acquisition de HeartWare, une entreprise spécialisée dans le matériel médical cardio-vasculaire, pour 1,1 milliard de dollars[3].

En , Medtronic annonce l'acquisition de Mazor Robotics, une entreprise israélienne pour 1,64 milliard de dollars[4].

Le chiffre d'affaires augmente fortement à partir des années 1990 (données en millions de dollars) :

Organisation actuelle[modifier | modifier le code]

Omar Ishrak est le PDG de la société, tandis que Laurence Comte-Arassus est la présidente de Medtronic France.

Le chiffre d'affaires de l'entreprise, qui a doublé en dix ans, atteint en 2018 23 milliards de dollars[5] et elle emploie près de 84 000 personnes à travers le monde.

Produits[modifier | modifier le code]

  • Stimulateurs cardiaques (3 millions jusqu'à aujourd'hui[Quand ?])
  • Défibrillateurs
  • Stents
  • Valves cardiaques
  • Stimulateurs neuronaux
  • prothèses de remplacement de disques vertébraux
  • pompes à insuline
  • Injecteurs automatisés
  • Prothèses vasculaires et coronaires (stents)

Activités en France[modifier | modifier le code]

La société Medtronic finance la construction et le fonctionnement de salles d'intervention spécialisées dans des centres hospitaliers :

  • CHU de Rouen: salle dédiée au traitement des troubles des rythmes cardiaques (financement à hauteur de 800 000 euros)[6],[7],[8]
  • Hôpital Marie Lannelongue au Plessis-Robinson (financement de 2 millions d'euros)[9]
  • Clinique Pasteur à Toulouse (financement à hauteur de 750 000 euros)

Les contrats prévoient le versement d'un pourcentage des actes qui est reversé à Medtronic.

Des clauses prévoient également qu'un pourcentage minimum des produits de la marque soit prescrits aux patients parmi les opérations qui sont effectuées, et notamment en ce qui concerne les valves aortiques qui sont posées. Pour certains contrats, des pénalités sont également prévues si des volumes minimum annuels ne sont pas respectés.

Lobbying[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying de Medtronic aux États-Unis s'élèvent en 2017 à 3 920 000 dollars[10].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Medtronic est inscrit depuis 2014 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 300 000 et 400 000 euros[11].

En France[modifier | modifier le code]

Medtronic déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 300 000 euros sur le premier semestre 2018[12].

Le quotidien Le Monde indique, dans le cadre de l'enquête sur les Implant Files, que Medtronic « a développé une stratégie commerciale qui vise à modifier les systèmes de santé en s’imposant comme un acteur désintéressé »[5].

Medtronic est un des financeurs principaux du CHAM (Convention On Health Analysis and Managment). Ce rassemblement international se tient annuellement depuis 2009 au mois de septembre à Chamonix (évènement fondé par le professeur Guy Vallancien). La société fait partie des partenaires Or pour les éditions de 2018[13], 2017 et 2016.

Condamnations judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2006, Medtronic est menacé d'une amende de 40 millions de dollars, en raison de soupçons de pots de vin versés à des chirurgiens. La plainte est déposée au tribunal de Memphis (Tennessee). Medtronic récuse ces accusations mais paiera le montant pour faire cesser les poursuites.

En 2008, Medtronic paie la somme de 75 millions de dollars au gouvernement fédéral des Etats Unis pour clore une plainte concernant une fraude.[14],[15]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Susan Kelly et Greg Roumeliotis, Medtronic to buy Covidien for $42.9 billion, rebase in Ireland », Reuters, 16 juin 2014.
  2. Smith & Nephew to sell gynaecology unit to Medtronic, Reuters, 18 mai 2016
  3. Medtronic to buy HeartWare International for $1.1 billion, Reuters, 27 juin 2016
  4. « Medtronic to acquire Mazor in $1.64 billion deal », sur Reuters,
  5. a et b Stéphane Horel et Laetitia Cherel, « Implants médicaux : comment le géant Medtronic s’est imposé comme le leader du secteur », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2018)
  6. « Le CHU de Rouen signe un partenariat global avec Medtronic », sur techopital.com, (consulté le 16 décembre 2018)
  7. « Le CHU de Rouen fraternise avec le privé pour la rythmologie », sur paris-normandie.fr, (consulté le 16 décembre 2018)
  8. « Le CHU de Rouen, lauréat des trophées de l’achat Hospitalier 2017 », sur chu-rouen.fr (consulté le 16 décembre 2018)
  9. « Au Plessis-Robinson, des opérations sans ouvrir à l’hôpital Marie-Lannelongue », sur leparisien.fr, (consulté le 16 décembre 2018)
  10. (en) « Opensecrets.org », sur le site du Center for Responsive Politics (consulté le 29 novembre 2018)
  11. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 29 novembre 2018)
  12. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 29 novembre 2018)
  13. « Cham 2018 syntheses », sur canalcham.fr (consulté le 15 décembre 2018)
  14. (en) « Medtronic Spine, Formerly Kyphon Inc., to Pay U.S. $75 Million to Resolve Allegations of Defrauding Medicare », sur www.justice.gov, (consulté le 16 décembre 2018)
  15. (en) « Medtronic unit will pay $75 million to settle whistleblower Medicare fraud case », sur philipsandcohen.com, (consulté le 16 décembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]