Medjez el-Bab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Medjez el-Bab
Pont de Medjez el-Bab
Pont de Medjez el-Bab
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Béja
Délégation(s) Medjez el-Bab
Maire Khaled Dridi[1]
Code postal 9070
Démographie
Population 21 653 hab. (2014[2])
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 38′ 55″ nord, 9° 36′ 45″ est
Superficie 112 000 ha = 1 120 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Medjez el-Bab

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Medjez el-Bab
Liens
Site web www.commune-medjezelbab.gov.tn

Medjez el-Bab (arabe : مجاز الباب) est une ville du Nord-Ouest de la Tunisie comptant 21 653 habitants en 2014[2].

Rattachée au gouvernorat de Béja, elle est située à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de Tunis, sur le cours de la Medjerda, et constitue un maillon de l'axe reliant la capitale au nord-ouest de la Tunisie, en direction de l'Algérie, en passant par les villes du Kef ou de Jendouba. L'autoroute A3, d'une longueur de 67 kilomètres et inaugurée en 2005, la relie à la capitale.

Ville située sur le territoire de la tribu berbère des Béjaoua, elle est considérée comme sa seconde ville après Béja et se trouve près de la Medjerda qui marque la frontière au sud-est avec la tribu des Ouled Riah.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est dans les environs de la ville, alors appelée Membrassa, que le chef romain Mitulus défait Jugurtha, le roi des Numides, en 111 av. J.-C.[3].

En 701, Membrassa devient Medjez el-Bab après le passage du chef de guerre arabe Hassan Ibn Numan lancé à la poursuite de la Kahina, cheffe de la résistance berbère contre la conquête musulmane du Maghreb[3]. Les Hilaliens occupent le territoire jusqu'au XIIe siècle avant que la cité n'accueille, à l'époque d'Othman Dey (1554-1610), des familles de réfugiés morisques venues d'Andalousie ; cette communauté très active contribue à la modernisation de l’agriculture et à l'animation de la vie culturelle et religieuse[3].

Un pont à huit arches, qui enjambe la Medjerda, est achevé en 1677[4]. Il est construit pour permettre le passage des troupes tunisiennes et l'acheminement de leur matériel afin de prendre part à un conflit entre les régences de Tunis et d'Alger[3].

Le , après l'avènement du protectorat français, Medjez el-Bab prend le statut de municipalité[3].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville est connue pour avoir été, durant quelques jours en février 1942, le lieu d'affrontements violents de la campagne de Tunisie entre les forces alliées et celles de l'Axe[3]. Un cimetière militaire comptant 2 903 tombes de soldats du Commonwealth, dont 385 non identifiés, est situé à trois kilomètres en direction du Kef. Le mémorial célèbre également le souvenir de près de 2 000 soldats ne disposant pas de sépultures. Il s'agit de soldats morts durant les opérations survenues entre le 8 novembre 1942 et le 13 mai 1943. Des mémoriaux spécifiques rappellent le souvenir de trois soldats, dont deux furent inhumés au cimetière du Borgel, dont les tombes ont aujourd'hui disparu. Les tombes de cinq soldats morts durant la Première Guerre mondiale y ont par ailleurs été transférées depuis des cimetières de Tunis et Carthage en 1950.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 21 septembre 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire tunisien, Journal officiel de la République tunisienne, n°74, 30 septembre 2011, pp. 1989-1990
  2. a et b (ar) [PDF] Recensement de 2014 (Institut national de la statistique)
  3. a, b, c, d, e et f « Historique de la ville », sur commune-medjezelbab.gov.tn (consulté le 17 août 2016)
  4. « Pont de Medjez-el-Bab », sur fr.structurae.de (consulté le 7 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]