Médiouna (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mediouna (Maroc))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mediouna.
Médiouna
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Noms officiels
(ar) مديونة
MediounaVoir et modifier les données sur Wikidata
Noms locaux
(ar) ‫مديونة‬, (tzm) ⵍⵀⵔⴰⵡⵉⵢⵉⵏVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Région
Ancienne région
Préfecture ou province
Altitude
170 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
22 442 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Nombre de ménages
5 042 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut

Médiouna est une ville du Maroc, chef-lieu de la province de Médiouna, dans le Casablanca-Settat. Elle est limitrophe de la ville de Casablanca, du côté de Derb Sultane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Population et démographie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La ville est connue pour sa plus grande décharge de déchets de Casablanca[1]. Tous les déchets collectés à Casablanca sont réceptionnés et traités dans le site de la décharge de Médiouna[1].  Elle reçoit chaque jour des déchets provenant du service public de propreté ainsi que des organismes privés[1]. Suite au manque de maîtrise de cette décharge qui est censée être « contrôlée » par l’état, les citoyens de Casablanca, notamment ceux des provenances de Médiouna (Nouacer, Deroua, Bouskoura…), se sont mobilisés pour dénoncer cette négligence des responsables communaux et ont essayés d’ouvrir un débat public concernant les risques écologiques et leur impact sur la santé du citoyen[2]. Beaucoup d’associations réclament la fermeture définitive de cette décharge[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Portail de la ville de Casablanca-La décharge publique de Médiouna », sur www.casablancacity.ma (consulté le 6 novembre 2018)
  2. a et b « Décharge de Médiouna: La société civile se mobilise », L'Economiste,‎ (lire en ligne)