Mbundu (peuple d'Afrique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Implantation des Mbundu (Ambundu ou Mbundu du Nord) en Angola (en jaune)
Le pays mbundu

Les Mbundu (ou Ambundu) sont un peuple bantou d'Afrique australe établi au nord-ouest de l'Angola. Ils sont particulièrement nombreux dans la région de Luanda, la capitale[1].

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

On les appelle aussi « Mbundu du Nord » pour les distinguer des « Mbundu du Sud », plus connus sous le nom d'« Ovimbundu ». Cependant l'ethnonyme mbundu est parfois employé pour désigner l'ensemble de ces populations. Un autre nom fréquent est ambundu (pluriel de mbundu en kimbundu) qui a donné le nom portugais ambundo[2].

Selon les sources, on observe en effet de très nombreuses variantes : ambundu, ambuun, bailundo, bailundu, bambundu, benguella, bimbundu, bmoundou, dongo, kimboundou, kimbundu, kyaka, mambari, mbundus, mbuni, nano, n'bundo, nbundu, ndongo, ngola, oumbundou, umbundu, ovimbali, ovimboundou, ovimbundu, vakuanano, viye[3].

En langue Mbundu du Nord[4]
Singulier (une personne mbundu du Nord) Mumbundu
Pluriel (peuple mbundu du Nord) Ambundu
Langue (la langue mbundu du Nord) kiMbundu

Langue[modifier | modifier le code]

Leur langue est le kimbundu, une langue bantoue, parlée à la maison par deux millions de locuteurs selon le recensement de 2014[5].

Influence[modifier | modifier le code]

Les Mbundu et leus voisins ont payé un lourd tribut à la traite négrière, notamment en direction du Brésil. Une des principales religions afro-brésiliennes, le candomblé bantou, ou candomblé de angola ou candomblé de congo, possède des influences mbundu, ce qu'atteste le vocabulaire rituel en partie kimbundu : les demi-dieux en sont les inquices (en kimbundu : nkisi), et les sacerdotes les taata/maama diá nkisi (père ou mère d'inquice).[6]

Ce vocabulaire s'est partiellement diffusé dans le candomblé yoruba ou nâgo, les autres cultes afro-brésiliens et plus généralement la culture afro-brésilienne. Ainsi du terme kalunga (mer, ou mort, ou grand seigneur en kimbundu)[7], nom porté par les « poupées » sacrées utilisées dans les défilés carnavalesques de maracatu[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ils étaient 77,07 % en 1960 selon Michel Cahen (dir.), 'Vilas' et 'cidades' : bourgs et villes en Afrique lusophone, L'Harmattan, Paris, 1989, p. 210
  2. «Ambundos». Dicionário da Língua Portuguesa da Porto Editora. Consultado em 28 de julho de 2012 mais cette forme est rejetée des publications scientifiques portugaises (mais pas de la littérature) parce qu'elle hybride le pluriel vernaculaire avec le -os pluriel du portugais (Essa forma reflete um desconhecimento do facto de que, em kimbundu, o prefixo A (ou Akwa) designa o plural, de modo que o acréscimo do sufixo português "-s" não apenas constitui uma hibridação, como também uma aberração gramatical. É por isso que o termo desapareceu desde 1975 da literatura científica, devido também ao empenho dos historiadores angolanos.)
  3. Source RAMEAU, BnF [1]
  4. (pt) Mateus Jacinto Marques Manuel, Conhecimento das Diferenças Sintáticas Entre a Língua Portuguesa e a Língua Kimbundu, Universidade da Beira Interior, Faculdade de Artes e Letras, Departamento de Letras, , p. 43
  5. (en) Fiche langue[kmb]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  6. (es) « Una aproximación al Candomblé », sur Curso de Especialista Universitario en Cultura y Pensamiento de los Pueblos Negros, (consulté le 6 mai 2021)
  7. (es) Centre de recherches interuniversitaire sur les champs culturels en Amérique latine Colloque international, Mémoire et culture en Amérique latine: Mémoire et formes culturelles, Presses Sorbonne Nouvelle, (ISBN 978-2-87854-302-5, lire en ligne)
  8. « Revista RAIZ. », sur web.archive.org, (consulté le 6 mai 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Beatrix Heintze, « Zur materiellen Kultur der Ambundu nach den Quellen des 16. und 17. Jahrhunderts », in Hermann Jungraithmayr, Andreas Kronenberg et Karl Heinz Striedter (dir.), Afrika-Studien : Eike Haberland zum 65. Geburtstag, Franz Steiner Verlag Wiesbaden, Stuttgart, 1989, p. 115-130
  • (en) David Birmingham, Trade and Conflict in Angola: the Mbundu and their neighbours under the influence of the Portuguese, 1483-1790, Clarendon Press, Oxford, 1966, 178 p.
  • (en) Joseph C. Miller, Kings and Kinsmen: early Mbundu States in Angola, Clarendon Press, 1976, 312 p. (ISBN 0-19-822704-3)
  • (fr) Michel Cahen (dir.), 'Vilas' et 'cidades' : bourgs et villes en Afrique lusophone (préface de Catherine Coquery-Vidrovitch), L'Harmattan, Paris, 1989, 299 p. (ISBN 2-7384-0431-6) (nombreuses références)
  • (fr) Christine Messiant, « Les Mbundu », in 1961. L'Angola colonial, histoire et société : les prémisses du mouvement nationaliste, Schlettwein Publishing, Bâle, 2006, p. 38-40 (ISBN 3-908193-17-6) (texte remanié d'une thèse de Sociologie, EHESS)
  • (pt) José Redinha, Etnias e culturas de Angola, Associação das Universidades de Língua Portuguesa, Lisbonne, 2009 (rééd.), 448 p. (ISBN 9898271000)
  • (pt) José Francisco Valente, Paisagem africana : uma tribo angolana no seu fabulário, Instituto de Investigação Científica de Angola, Luanda, 1973, 472 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :