Maylandia lombardoi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maylandia lombardoi
Description de cette image, également commentée ci-après
Maylandia lombardoi mâle jaune
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Perciformes
Sous-ordre Labroidei
Famille Cichlidae
Genre Maylandia

Nom binominal

Maylandia lombardoi
(Burgess, 1977)

Synonymes

  • Pseudotropheus lombardoi Burgess, 1977
  • Metriaclima lombardoi (Burgess, 1977)[1],[2]

Statut de conservation UICN

( VU )
VU D2 : Vulnérable

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après
Le lac Malawi seul endroit où réside à l'état sauvage Maylandia lombardoi

Maylandia lombardoi est une espèce de poisson d'eau douce de la famille des cichlidae endémique du lac Malawi[3] en Afrique. Cette espèce est appelé « Mbuna » en Nyanja et Tonga au Malawi[4]. Ce cichlidé fait partie des espèces dites "Mbuna" (ou "M'buna") ou poisson brouteurs d'algues du lac Malawi. M. lombardoi est une espèce assez prisée du commerce aquariophile, principalement dû au fait d'avoir un dimorphisme sexuel très prononcé, le mâle devenant jaune vif a l'âge adulte et la femelle bleu.

Localité de pêche[modifier | modifier le code]

  • Maylandia lombardoi "Mbenji Island"[5]'[6]'[7]
  • Maylandia lombardoi "Nkhomo Reef"[5]'[6]'[7]

Taille[modifier | modifier le code]

Cette espèce mesure adulte une taille maximale avoisinant les 8,7 cm[8], parfois un peu plus en aquarium pour les plus vieux spécimens. Selon Aquabase[9] environ 13 centimètres pour le mâle et 11 cm pour la femelle[1].

Dimorphisme[modifier | modifier le code]

Adulte cette espèce de cichlidae est très simplement différentiable. En effet le mâle est clairement plus grand et surtout de coloration jaune avec des barres verticales noires, tandis que la femelle est bleue barrée de noir. Le mâle possède également la terminaison des nageoires impaires plus effilées.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Cette espèce est incubatrice buccale maternelle, les femelles gardent les œufs, larves et tout jeunes alevins environ 3 semaines, protégés dans leur gueule (sans manger ou en filtrant très légèrement les micro-détritus). Les mâles peuvent se montrer très insistants dès les premières maturités sexuelles des femelles, il est préférable de maintenir cette espèce en groupes de plusieurs individus (au moins en « trio » : 1 mâle pour 2 femelles), de manière à diviser l'agressivité d'un mâle dominant sur plusieurs individus. À la sortie de la bouche de la femelle tous les jeunes sont de coloration bleue et c'est que vers 5/6 centimètres que les premiers mâles se déclarent et commencent à changer de couleur pour devenir jaune.

Statut IUCN[modifier | modifier le code]

L'Union internationale pour la conservation de la nature IUCN place cette espèce en "Vulnérable" (VU) : "connu à partir de deux endroits restreints : l'Île Mbenji et Nkhomo récif."[3] (Selon fishbase : Introduit à l'île Namalenje[8])

Croisement, hybridation, sélection[modifier | modifier le code]

Il est impératif de maintenir cette espèce et le genre Maylandia seul ou en compagnie d'autres espèces, d'autres genre, mais de provenance similaire (lac Malawi), afin d'évité toute facilité de croisement. Le commerce aquariophile a également vu apparaître un grand nombre de spécimens provenant d'Asie et d'Europe de l'est notamment et aux couleurs des plus farfelus ou albinos. Dû à la sélection, hybridation et autres procédés chimiques et barbares de laboratoires.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :