Maya Harris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maya Harris
Maya Harris at Kamala Harris inauguration as Attorney General.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Tony West (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Meena Harris (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Douglas Emhoff (beau-frère)
Sharada Balachandran Orihuela (d) (cousine germaine)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Maya Lakshmi Harris, née le à Champaign-Urbana (États-Unis), est une avocate, militante des politiques publiques et écrivaine américaine.

En 2015, Harris a été nommée l'une des trois conseillers politiques principaux pour diriger le programme politique de la campagne présidentielle 2016 d'Hillary Clinton[1]. Elle est la sœur de Kamala Harris, la 49e et actuelle vice-présidente des États-Unis.

En tant que représentant de campagne d'Hillary Clinton au Comité de la plate-forme du Parti démocrate, Harris a aidé à rédiger la plate-forme de 2016, considérée comme la plate-forme du parti la plus progressiste de l'histoire du Parti démocrate[2]. Elle a été analyste politique et juridique pour MSNBC de 2017 à 2018[3] et elle a été présidente de campagne pour la campagne 2020 de sa sœur à la présidence jusqu'à la suspension de la campagne. Elle a été appelée « le prochain Bobby Kennedy »[4] (en référence à Robert Kennedy). Harris était autrefois attachée au Center for American Progress[5] et chercheuse invitée à la Harvard Law School[6].

De 2008 à 2013, Harris a été vice-présidente pour la démocratie, les droits et la justice à la Fondation Ford. Avant de rejoindre la Fondation Ford, elle a été directrice exécutive de l'American Civil Liberties Union (ACLU) de Californie du Nord, la plus grande filiale de l'ACLU dans le pays[7],[8]. Avant de rejoindre l'ACLU, l'ancienne doyenne de la faculté de droit Lincoln Law School de San Jose était associée senior (Senior Associate) chez PolicyLink[9].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Née à Champaign-Urbana, dans l’Illinois, Harris grandit dans la région de la baie de San Francisco et à Montréal, au Québec. Elle est d'origine jamaïcaine et indienne. En tant que fille de Shyamala Gopalan Harris (1938–2009), chercheuse sur le cancer du sein qui a émigré de Chennai (anciennement Madras), en Inde en 1960 ; et Donald Harris, professeur d'économie jamaïcain à l'université Stanford, maintenant émérite[10]. Son grand-père maternel, PV Gopalan, était un fonctionnaire de carrière du gouvernement fédéral indien[11]. Elle et sa sœur aînée, Kamala, ont été élevées avec des croyances de confessions baptistes et hindoues[12]. À l'âge de huit ans, avec sa sœur, elle a persuadé la direction de leur immeuble à appartements d'ouvrir une cour inutilisée pour permettre aux enfants de jouer[13]. À 17 ans, elle a donné naissance à son unique enfant, Meena Harris. Elle a obtenu son baccalauréat ès arts de l' Université de Californie à Berkeley en 1989. Cette année-là, elle s'est inscrite à la Stanford Law School. À Stanford, elle a été rédactrice en chef de la Stanford Law Review et active avec le projet de droit communautaire d'East Palo Alto, en tant que co-coordinatrice de la clinique de violence domestique et coprésidente du comité directeur des étudiants[14],[15]. Elle a obtenu son diplôme de Juris Doctor (JD) en 1992 « avec distinction »[16].

Carrière[modifier | modifier le code]

Carrière liée au droit[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son diplôme de JD de la Stanford Law School, Maya Harris a été juriste pour le juge James Ware de la Cour de district des États-Unis dans le district nord de la Californie[9]. En 1994, Harris a rejoint le cabinet d'avocats de San Francisco de Jackson Tufts Cole & Black, LLP, travaillant dans le contentieux civil et pénal.

Harris a été professeur de droit adjoint à la faculté de droit de l'Université de San Francisco. Elle a également enseigné la discrimination fondée sur le sexe à l'UC Hastings College of the Law et le droit des contrats au New College of California School of Law et a été doyenne de la Lincoln Law School de San Jose[9].

Elle a ensuite été nommée doyenne et chef de la direction de la Lincoln Law School de San Jose.

À 29 ans, elle était l'une des plus jeunes doyennes de faculté de droit aux États-Unis et la seule femme noire à l'époque[17],[18].

Plaidoyers[modifier | modifier le code]

Maya Harris était associée principale chez PolicyLink, un institut national de recherche et d'action dédié à l'avancement de l'équité économique et sociale. À ce titre, elle a organisé des conférences sur les relations entre la police et la communauté[19] et a plaidé pour une réforme de la police[20] auteur de deux publications nationales[21].

Harris a été directrice exécutive de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) au nord de la Californie. Elle a été la première Américaine jamaïcaine à diriger l'ACLU de Californie du Nord et la première directrice exécutive sud-asiatique d'une filiale de l'ACLU[22]. Dans son rôle de chef du plus grand bureau affilié de l'ACLU, Harris a dirigé et coordonné les litiges, les relations avec les médias, le lobbying et le travail d'organisation à la base. Elle a auparavant occupé le poste de directrice du projet de justice raciale de la filiale, établissant des priorités, notamment l'élimination des disparités raciales dans le système de justice pénale et la réalisation de l'équité éducative dans les écoles publiques de Californie[23].

En 2003, Harris est la directrice de la Californie du Nord pour « No on 54 », la campagne réussie pour vaincre la proposition 54 (en), qui cherchait à interdire aux agences d'État de collecter des données raciales et ethniques[24].

En 2006, elle est l'avocate principale dans la Ligue des électrices de Californie c. McPherson, une affaire qui a rétabli le droit de vote à plus de 100 000 Californiens dans les prisons du comté en probation suite à des condamnations pour crime[25].

Philanthropie[modifier | modifier le code]

En 2008, Harris est nommée vice-présidente pour la démocratie, les droits et la justice à la Fondation Ford. Le programme est axé sur la promotion d'une gouvernance efficace, l'augmentation de la participation démocratique et la protection et la promotion des droits de l'homme dans le monde entier. Dans ce contexte, elle dirige une équipe mondiale et octroie des subventions de plus de 150 millions de dollars par an[26].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Tani Cantil-Sakauye (en) (gauche), Maya (centre) et sa sœur Kamala Harris (droite).

Maya Harris se marie avec Tony West (en) en . Harris et West étaient tous deux dans la classe de 1992 à l'école de droit de Stanford, où ils sont devenus amis, mais ils n'ont commencé une relation qu'après l'obtention de leur diplôme[9]. Sa fille Meena Harris (en) est diplômée de Stanford en 2006 et de l'école de droit de Harvard en 2012[27]. Sa sœur, Kamala Harris, est la vice-présidente des États-Unis depuis janvier 2021, sous la présidence de Joe Biden[28],[29].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Community-Centered Policing: A Force for Change, PolicyLink, (lire en ligne [PDF])
  • (en) Organized for Change: The Activist's Guide to Police Reform, PolicyLink, (lire en ligne [PDF])
  • (en) The Covenant with Black America,
  • (en) Making Every Vote Count: Reforming Felony Disenfranchisement Policies and Practices in California, American Civil Liberties Union of Northern California, (lire en ligne [PDF])
  • (en) « The Gender Wage Gap: A Civil Rights Issue for Our Time », dans The Shriver Report: A Woman's Nation Pushes Back from the Brink,

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 1997, la division des jeunes avocats de l'Association nationale du barreau lui décerne le prix Junius W. Williams du jeune avocat de l'année[22]. L'année suivante, elle est nommée parmi les vingt meilleurs avocats de moins de quarante ans du San Francisco Daily Journal[30].

En 2006, Harris est nommée l'une des dix notables Désis de l'année[31].

Elle reçoit le prix Women Who Dare (« femmes qui osent ») de Girls, Inc. en 2008[32].

En 2009, Harris est nommée dans la première promotion de The Root 100, célébrant « le leadership, le service et l'excellence des hommes et des femmes afro-américains dont la passion, le dévouement et le travail novateur les ont distingués »[33].

Elle reçoit le prix Champion of Justice d’Equal Rights Advocates (« avocats pour l'égalité des droits ») en 2014, un prix décerné chaque année à un héros du mouvement pour l'égalité des sexes[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David Nather, « Hillary Clinton names top three wonks for campaign », Politico,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2015)
  2. (en) « Democrats Advance Most Progressive Platform in Party History » [archive du ], NBC News (consulté le 17 novembre 2020)
  3. « Tuesday's Juice » [archive du ], Politico, (consulté le 21 novembre 2017)
  4. (en) « Who is Kamala Harris' younger sister and why do people call her the next 'Bobby Kennedy' » [archive du ], The Independent, (consulté le 17 novembre 2020)
  5. (en) « - The Washington Post »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Washington Post
  6. (en-US) October 29 et 2013, « Harvard Law School Names Civil Rights Lawyer Maya L. Harris Visiting Scholar » [archive du ], Harvard Law Today (consulté le 17 novembre 2020)
  7. « Maya Harris, ACLU-NC Executive Director », ACLU (consulté le 21 janvier 2010)
  8. Gwen Ifill, The Breakthrough: Politics and Race in the Age of Obama, New York, 1st, (ISBN 978-0-7679-2890-8, lire en ligne), p. 208
  9. a b c et d (en-US) Sharon Driscoll, « Tony and Maya: Partners in Public Service », Stanford Lawyer,‎ (lire en ligne, consulté le 24 décembre 2020)
  10. (en-GB) « PM Golding congratulates Kamala Harris-daughter of Jamaican - on appointment as California's First Woman Attorney General », sur Jamaica Information Service,
  11. (en) « Shyamala Harris Obituary (2009) - San Francisco Chronicle », sur www.legacy.com
  12. (en-US) « California Attorney General Kamala Harris Plans to be America's Next Black Female Senator », sur Essence,
  13. (en) Josh Dzieza, « Legal Power Sisters Credit Mom », The Daily Beast,‎ (lire en ligne)
  14. « Officially Speaking », Student Lawyer, Law Student Division, American Bar Association, vol. 27, no 2,‎ , p. 16 (lire en ligne[archive du ], consulté le 22 avril 2016)
  15. « Editorial Board », Stanford Law Review, vol. 44,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 17 novembre 2020)
  16. « Stanford Law School presents diplomas, honors » [archive du ], news.stanford.edu (consulté le 17 novembre 2020)
  17. (en-US) Jong-Fast, « A New Political Dynasty: How Maya and Kamala Harris Have Reinvented the Role of the Political Sibling » [archive du ], Town & Country, (consulté le 17 novembre 2020)
  18. Booker Simeon, « National Headliners », Jet,‎ (lire en ligne, consulté le 24 décembre 2020)
  19. « News: We Have to Talk About This », CityBeat,‎ (lire en ligne, consulté le 24 décembre 2020)
  20. « Researchers urge police reforms », The Cincinnati Enquirer,‎ (lire en ligne)
  21. « PolicyLink Guide Offers Innovative Strategies for Police Reform Advocates » [archive du ], PolicyLink, (consulté le 24 janvier 2013)
  22. a et b (en) « ACLU of Northern California Appoints New Executive Director to Lead Largest ACLU Affiliate in the Country » [archive du ], American Civil Liberties Union (consulté le 17 novembre 2020)
  23. The Covenant with Black America, Chicago, 1st, , 71–95 p. (ISBN 978-0-88378-277-4), « Fostering Accountable Community-Centered Policing »
  24. (en-US) « Prop. 54 soundly beaten: The tide turned when foes of the ballot measure shifted gears from bias to health care », The Sacramento Bee,‎
  25. (en-US) Egelko, « CALIFORNIA / Voting rights restored for thousands in state on probation / Problem started last year when state reinterpreted a law » [archive du ], SFGATE, (consulté le 17 novembre 2020)
  26. (en) School, « Stanford Law's First Black History Month Gala Explores the Next 50 Years of Civil Rights and Racial Justice: U.S. Associate Attorney General Tony West and Senior Fellow at American Progress Maya Harris Keynote » [archive du ], sur Stanford Law School (consulté le 17 novembre 2020)
  27. « Meena Harris '12 » [archive du ], Harvard Law Today (consulté le 22 novembre 2019)
  28. « Kamala Harris vice-présidente des États-Unis : l'ascension d'une pionnière », sur France 24, (consulté le 5 février 2021)
  29. « Etats-Unis : Kamala Harris, une vice-présidente en première ligne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2021)
  30. Equal Justice Society; Protecting Equally: Dismantling the Intent Doctrine & Healing Racial Wounds, Maya Harris[source insuffisante]
  31. (en-US) « Desis of the Year 2006 », sur India Currents, (consulté le 17 novembre 2020).
  32. (en-US) « Girls Inc. salutes local 'Women Who Dare », East Bay Times, (consulté le 17 novembre 2020).
  33. (en-US) « Who Would You Add To The Root 100? », sur On Being A Black Lawyer (consulté le 17 novembre 2020).
  34. (en-US) « Intergenerational feminism and the path ahead », Feministing (consulté le 17 novembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]