RTL2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maxximum)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RTL2 (homonymie).
RTL2
Description de l'image RTL2.png.
Présentation
Pays Drapeau de la France France
Siège social 56 avenue Charles de Gaulle, Neuilly-sur-Seine
Propriétaire Groupe M6
Slogan « Le son Pop-Rock »
Langue Français
Statut Radio de catégorie C et D
Site web https://www.6play.fr/rtl2
Différents noms Maxximum (1989-1992)
M40 (1992-1995)
RTL1 puis M40 (1995)
RTL2 (depuis mars 1995)
Historique
Création
Diffusion
AM Non Non
FM Oui Oui
RDS Oui Oui
Numérique Oui Oui
Numérique terrestre Non Non (En DAB+ à partir de 2020)
Satellite Oui Oui
ADSL Oui Oui
Streaming Oui Oui
Podcasting Oui Oui

RTL2 est une station de radio privée française de catégories C et D émettant en France Métropolitaine, ainsi qu'en Guadeloupe, en Guyane et à La Réunion. Elle fait partie du pôle français de radios de RTL Group .

Avant de prendre son nom actuel, RTL2 a connu plusieurs changements de noms et de format (Maxximum depuis 1989, puis M40 et RTL1). Le réseau de radiodiffusion est constitué de la station de radio nationale et de 17 antennes locales, lesquelles disposent d'un décrochage quotidien. Le format de cette radio est musical, orienté pop-rock.

Depuis le , le pôle radio français de RTL est propriété du groupe M6.

Historique[modifier | modifier le code]

De Aventure FM à RTL1 (1987-1995)[modifier | modifier le code]

À l'origine, Aventure FM est une radio à Paris appartenant à l'armée. Rachetée par la Compagnie Luxembourgeoise de Télédiffusion (CLT)[Quand ?], elle a pour ambition de concurrencer les grandes radios destinées aux jeunes, telles NRJ, Skyrock ou Fun Radio, avec la programmation de musiques électroniques d'avant-garde (house, acid house, new beat et techno) de la fin des années 1980. En 1989, elle change alors de nom pour prendre celui de Maxximum. Joachim Garraud est à la production musicale, Laurent Garnier déambule dans les couloirs comme visiteur et, parmi d'autres, Fred Rister, Pat Angeli ou Éric Madelon sont à l’antenne. Avec un budget communication important, la CLT réussi à prendre des parts de marché en quelques mois[1]. Signant un partenariat avec Rage Age, Maxximum devient organisateur de rave parties en France et les diffuse en direct à l'antenne.[réf. nécessaire] C'est le début de la "culture rave" dont les protagonistes refusent un système culturel, idéologique ou politique basé exclusivement sur des valeurs mercantiles.[non neutre]

Le à minuit (début des émissions), le réseau Maxximum fusionne avec le réseau Metropolys pour donner naissance à M40. Les principaux actionnaires de la radio sont alors Prisa qui détient 48,05 % du capital et la CLT détenant 35,75 %. Axel Duroux est nommé directeur de la station M40 en 1994[2].

À la fin de 1994, le groupe Prisa souhaitant se désengager du marché radiophonique français, il met en vente ses parts du capital du réseau M40[3]. La CLT, qui a déjà racheté Fun Radio, se porte acquéreur. Pour se faire, elle souhaite profiter d'un assouplissement du seuil anti-concentration des médias[Note 1]. Sa volonté est de contrôler totalement la station M40 et de la reformater, afin de cibler les 25-45 ans[Note 2]. Mais le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) refuse le rachat au motif de la défense du pluralisme, étant donnée que le groupe possède déjà deux réseaux radiophoniques, RTL et Fun Radio[4]. Sans autorisation préalable, la CLT rebaptise le réseau M40 en RTL1 le , et adopte un nouveau format « music and news ». Le CSA lui adresse alors une mise en demeure d'en revenir à la dénomination autorisée[5] puis engage le 23 janvier une procédure d'urgence auprès du Conseil d'État[6]. D'autre part, le groupe Lagardère, propriétaire d'Europe 1, adresse à son tour une plainte auprès des « sages », trouvant le nom RTL1 trop proche du sien[3].

Dans un souci « d'apaisement », la station reprend le nom de M40[7], mais diffuse un programme non identifié où le nom M40 n'est prononcé que quatre fois par heure (deux fois deux) entre les publicités et les décrochages régionaux[3].

RTL2 (depuis 1995)[modifier | modifier le code]

Le , le CSA autorise la station à prendre le nom de RTL 2[8]. La CLT passe de 37,5 à 48,5 % du capital de la radio, et en devient l'actionnaire majoritaire[9].

Dominique Duforest, ancien animateur d'NRJ, est le directeur d'antenne de RTL 2. À ses débuts, sa programmation se compose d'environ 40% de chansons françaises et 20% de « nouveaux talents ». Les programmes musicaux sont entrecoupées de flashs d'informations et de différentes chroniques (cinéma, théâtre, littérature, etc)[10].

En juillet 1995, l'actionnaire Prisa vend définitivement ses parts à des financiers[11].

À partir de 1997, RTL2 se positionne en une radio grand public diffusant une programmation à tendance pop et rock. Un nouveau logo fait son apparition. En septembre, elle gagne trois points d'audience et multiplie son chiffre d'affaires par trois[12].

Axel Duroux, à l'origine de la transformation de RTL2, quitte la présidence le 31 janvier 2000 pour rejoindre Endemol[13]. L'intérim est assuré par Stéphane Duhamel, jusqu'à l'arrivée de Jean-Baptiste Jouy le 20 avril 2000[14].

L'animateur et producteur Francis Zégut arrive en 2001 avec l'émission Pop-Rock Station[15]. En 2002, c'est Alexandre Devoise qui rejoint RTL2. Il anime la matinale de la radio musicale durant quatre saisons[16].

Après Benjamin Castaldi, une nouvelle matinale s'installe à la rentrée 2007 : Le Grand Morning, animée par Stéfan Caza et Alessandra Sublet[17].

Sur la période septembre-octobre 2007, RTL2 obtient un record d'audience avec un score de 5,1 points (+0,3 pts par rapport à l'an passé)[18]. .

En juin 2008, RTL2 connaît une vague de départs avec les non-renouvellements de Julien Haultcoeur, Cyril Keller, Alexandra Dayan et les départs d'Alessandra Sublet, Sébastien Folin et Stéfan Caza. Christophe Nicolas et Agathe Lecaron sont recrutés à la matinale. Entre le 31 août 2008 et le 2 mai 2010, l'émission Pop-Rock Station devient hebdomadaire.

En février 2014, RTL2 devait arriver au Luxembourg[19], mais l'ALIA (Autorité Luxembourgeoise Indépendante de l’Audiovisuel) l'a interdit[20].

La radio recrute à la rentrée 2016 Éric Jean-Jean, déjà animateur sur RTL pour son émission musicale Le Drive RTL2. Il succède à Grégory Ascher qui prend la tête de la matinale en remplacement de Christophe Nicolas[21].

En , il est annoncé[22] que RTL 2 devrait prochainement lancer une antenne locale sur sa fréquence toulousaine, le CSA ayant donné son aval en , pour permettre ainsi un décrochage local dans la programmation sur Toulouse. La précédente autorisation de décrochage local, pour RTL 2, avait été donnée sur Le Mans en [22].

Elle doit faire face à une chute de son audience sur la vague novembre / décembre 2017[23] mais remonte à 4,2 % d'audience cumulée l'année suivante[24].

Identité de la station[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le , RTL 2 s'installe dans ses nouveaux studios à Neuilly-sur-Seine[25]. Précisément, il s'agit du 56 avenue Charles de Gaulle, à Neuilly-sur-Seine.[réf. souhaitée]

Capital[modifier | modifier le code]

RTL2 appartient à 100 % au groupe M6, filiale à 48,9 % de RTL Group[26].

Logos[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • « M40, la radio qui repeint la FM » (6 janvier 1992)[27] ;
  • « La musique qui rythme l'info, l'info qui rythme la musique » (Du 18 janvier 1995 - sur RTL1 puis RTL2 - jusqu'en 1997)[3] ;
  • « Ce n'est pas de la radio, c'est de la musique » (À partir de 1997[28]) ;
  • « Le son Pop-Rock »[Depuis quand ?], puis « La radio Pop-Rock » (depuis le 5 septembre 2018[réf. souhaitée]) ;

Voix d'antenne[modifier | modifier le code]

Équipes dirigeantes[modifier | modifier le code]

  • juin 1994 - 21 janvier 2000[29] : Axel Duroux
  • 22 janvier 2000 - 20 avril 2000 : Stéphane Duhamel (par ailleurs PDG de RTL, double direction provisoire)[30]
  • 20 avril 2000[14] - juillet 2001 : Jean-Baptiste Jouy
  • septembre 2001[31] - 16 juin 2005[32] : Olivier Jacobs[33]
  • juin 2005[33] - 2007 : Claude Sertorio / Sam Zniber
  • 2007 - 31 août 2014 : Jérôme Fouqueray[34]
  • 1er septembre 2014 - juin 2019: Tristan Jurgensen

aout 2019 Vincent soulet

Équipes à l'antenne[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Historique des départs et des arrivées[modifier | modifier le code]

Animateurs actuels[modifier | modifier le code]

Anciens animateurs[modifier | modifier le code]

Programmation[modifier | modifier le code]


Diffusion[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

Audiences en milliers d'auditeurs quotidiens et en part d'audience
Janvier - Février - Mars Avril - Mai - Juin Juillet - Août Septembre - Octobre Novembre - Décembre Moyenne annuelle cumulée/ PDA
2005 NC 4,8 %[36] NC
2006 4,5 %[37] 4,5 %[38] NC 4,8 %[39] 4,8 %[40] NC
2007 4,8 %[37] 4,8 %[38] NC 5,1 %[39] 4,9 %[40] NC
2018 2 391 / 2,9 %[41] 2 312 / 3,1 %[42] 2 500[43] 2 317 / 2,8 %[44] NC NC
2019 2 500 / 2,9 %[45] À venir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis le 1er février 1994, la loi no 94-88 dite « Carignon » élève le seuil de couverture d'un groupe radiophonique à 150 000 000 auditeurs cumulés pour l'ensemble de ses stations.
  2. Le groupe audiovisuel luxembourgeois veut ainsi détenir deux réseaux musicaux en complément de RTL ; le premier s'adressant aux moins de 25 ans (Fun Radio), le second pour les 25-45 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fred Rister, Faire danser les gens, Éditions Séguier, coll. « L'indéfinie », , 168 p. (ISBN 9782840497622), p. 81 à 84.
  2. « Les petits secrets du nouveau DG de TF1, Axel Duroux », sur Capital.fr, (consulté le 6 mars 2019)
  3. a b c et d « 18 janvier 1995 : naissance d’RTL1 », sur Le Transistor, (consulté le 5 mars 2019)
  4. « La CLT n'est pas autorisée à reprendre le réseau M40 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2019).
  5. « Le CSA met en demeure RTL1 de reprendre le nom de M40 », sur Libération.fr, (consulté le 5 mars 2019).
  6. « Le CSA renvoie RTL1 devant le Conseil d'Etat », sur Libération.fr, (consulté le 5 mars 2019).
  7. « RTL1 redevient M40 », sur lesechos.fr (consulté le 5 mars 2019)
  8. « Le CSA a autorisé le réseau M40 à prendre le nom de RTL 2 », sur Libération.fr, (consulté le 5 mars 2019)
  9. « RTL2 espère redorer le blason de M40 », sur Libération.fr, (consulté le 5 mars 2019)
  10. « RTL 2 s'avance dans le pré carré des radios adultes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2019)
  11. « Sony et l'espagnol Prisa quittent le capital de RTL 2 », sur Les Échos, (consulté le 5 mars 2019)
  12. « Les radios musicales cultivent leurs différences pour se développer », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2019)
  13. « Axel Duroux quitte la CLT-UFA pour rejoindre Endemol », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2019)
  14. a et b « Jean-Baptiste Jouy nommé directeur général de RTL2 et Fun Radio. »,
  15. « HR / RTL2 », sur radios.peuleux.eu (consulté le 6 mars 2019)
  16. « Alexandre Devoise quitte RTL2 », sur Le Parisien, (consulté le 26 mars 2019)
  17. « Il est 5 h, Alessandra Sublet, Stefan Caza, c’est le grand morning sur RTL2 », sur imedias.biz, (consulté le 26 mars 2019)
  18. L'audience de la Radio en Septembre-Octobre 2007 – Médiamétrie [lire en ligne (page consultée le 26 mars 2019)].
  19. « RTL2 arrive au Luxembourg dès le 1er février 2014 avec trois fréquences », sur jeanmarcmorandini.com,
  20. "L'Alia dit non à RTL2 sur paperjam.lu
  21. « Eric Jean-Jean aux commandes du Drive de RTL2 à la rentrée », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le 26 mars 2019)
  22. a et b « RTL 2 va lancer un décrochage local à Toulouse », sur www.technic2radio.fr, (consulté le 21 août 2017).
  23. « Audiences radio : RTL leader, France Inter remonte, Europe 1 à son plus bas historique, Fun Radio et RTL2 chutent », sur ozap.com (consulté le 26 mars 2019)
  24. L'audience de la Radio en Septembre-Octobre 2018 – Médiamétrie [lire en ligne (page consultée le 26 mars 2019)].
  25. « RTL 2 s'installe dans ses nouveaux studios », sur www.lalettre.pro, (consulté le 17 janvier 2018).
  26. « Le groupe M6 avale RTL group à partir du 1er octobre », sur www.20minutes.fr (consulté le 8 novembre 2018)
  27. « RTL2 story », sur www.resaprod.fr (consulté le 5 mars 2019)
  28. « Radio: l'auditeur donne le «la». Les stations programment la musique selon des«tranches» d'ages très ciblées. », sur Libération.fr, (consulté le 5 mars 2019)
  29. « Axel Duroux, Pdg de Fun Radio et RTL2, rejoint le groupe Endemol. », sur strategies.fr,
  30. « Fun et RTL2: le profil du futur Pdg »,
  31. « Olivier Jacobs, directeur général de RTL2 et Fun Radio. »,
  32. « Olivier Jacobs quitte la direction générale de Fun Radio et de RTL 2. »,
  33. a et b « Claude Sertorio, directeur général de RTL2 et Fun Radio. »,
  34. « Jérôme Fouqueray le remplace [Frederic De Vincelles] à W9 », sur satellifax.com, Paris, Satellifax, Fréquences,
  35. « RTL2 : un concert pour la dernière matinale », sur www.lalettre.pro, (consulté le 29 juin 2017).
  36. Guy Dutheil, « Les radios cherchent leurs marques pour atténuer l’érosion de l’audience », Le Monde,‎ , p. 18.
  37. a et b Emmanuel Torregano, « Les radios généralistes profitent de la campagne », Le Figaro,‎ , p. 28.
  38. a et b Marie-Christine Beuth, « RTL creuse à nouveau l’écart avec ses concurrents », Le Figaro,‎ , p. 22.
  39. a et b Marie-Christine Beuth, « Pari gagné pour les radios publiques », Le Figaro,‎ , p. 26.
  40. a et b Marie-Christine Beuth, « L’ensemble des radios gagne des auditeurs », Le Figaro,‎ , p. 28.
  41. « Audiences radio : RTL stable devant Inter en baisse, NRJ en lourde chute, Europe 1 talonnée par Skyrock », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2018).
  42. « Audiences radio : RTL leader devant France Inter, Skyrock passe devant Europe 1 au plus bas », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  43. « Audiences radio été 2018 : RTL leader rattrapé par Inter, RMC au top, catastrophe pour Europe 1, Chérie dévisse », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2018).
  44. « Audiences radio : RTL leader en baisse devant Inter en grande forme, catastrophe pour Europe 1 battue par Nostalgie », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2018).
  45. Kevin Boucher, « Audiences radio : France Inter détrône RTL, Europe 1 baisse encore, record pour France Culture », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.