Maxmilián Pirner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maxmilián Pirner
Image dans Infobox.
Portrait photographique de Maxmilián Pirner avant 1880.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
SmíchovVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Maxmilián Daniel Karel Pirner
Nationalité
Activités
Enfant
Karel Pirner (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Maxmilián Daniel Karel Pirner (dit parfois « Max Pirner »), né le à Sušice (Royaume de Bohême) et mort le à Prague (Tchécoslovaquie), est un artiste peintre et un enseignant tchécoslovaque qui fut professeur à l'Académie des beaux-arts de Prague et une importante figure du Jugendstil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maxmilián Pirner étudie de 1872 à 1874 à l'académie des beaux-arts de Prague puis de 1875 à 1879 à l'académie des beaux-arts de Vienne, ville dans laquelle il demeure jusqu'en 1887 sans vraiment connaître le succès. Puis, le peintre Josef Matyáš Trenkwald (en), devenu directeur des Beaux-Arts de Vienne, le recommande au poste de professeur à l'académie de Prague. Là il participe activement aux nouvelles tendances qui émergent au sein de l'art nouveau.

Entre-temps, le style de Maxmilián Pirner avait commencé à s'affirmer : après une longue période de doute, il avait été gagné bien avant les années 1890 par le souffle de la modernité ; ses motifs empruntaient déjà aux lignes courbes, aux sinuosités, à un imaginaire presque fantastique voire macabre, qualifié parfois de « mysticisme exacerbé »[1].

Il est l'un des membres fondateurs de la Sécession viennoise, contribue à la revue Ver sacrum, et est un représentant actif du cercle artistique Mánes.

Il a laissé, outre de nombreux tableaux, des esquisses pour des vitraux.

Peintre et professeur réputé de son vivant puis tombé dans l'oubli, son art a été redécouvert à partir de la fin des années 1980 comme précurseur de l'esthétique fin de siècle.

Élèves[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Charles Holme (éd.), The Art Revival in Austria, Londres, Offices of The Studio, 1906, p.  XII - en ligne sur archive.org.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (cs) Jiří Kotalík, Maxmilián Pirner (1854-1924), Prague, Národní Galerie, 1987.
  • (cs) Marie Mžyková, Thérèse Burollet, Gérard-Georges Lemaire, Ségolène Le Men, Marketa Theinhardt, Petr Štembera, Claude Allemand-Cousneau, Pierre Vaisse, Křídla slávy : Vojtěch Hynais, čeští Pařížané a Francie, Prague, Galerie Rudolfinum, catalogue de l'exposition du au .

Liens externes[modifier | modifier le code]