Maximilien de Hénin-Liétard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 27 février 2020 à 15:56 et modifiée en dernier par Bot de pluie (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Maximilien de Hénin-Liétard
Maximilien de Hénin-Liétard, by Johannes Wierix.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Maximilien II de Hénin-LiétardVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Militaire, homme d'ÉtatVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Jean V de Hénin, comte de Boussu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Pierre II de Hénin, comte de Boussu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinction

Maximilien de Hénin-Liétard, comte de Boussu (1542 - Anvers, le ) était un militaire et homme d'État des Pays-Bas, originaire du comté de Hainaut. Pendant la Guerre de Quatre-Vingts Ans, il fut gouverneur royaliste de Hollande, de Zélande et d'Utrecht, de 1567 jusqu'à ce qu'il soit fait prisonnier de guerre, pendant la bataille sur le Zuiderzee en 1573. Libéré aux termes de la Pacification de Gand, il change de camp et est désigné comme commandant en chef de l'armée des États-Généraux.

Biographie

Il est le fils de Jean V de Hénin, le petit-fils d'Adolphe de Bourgogne et le neveu de Maximilien II de Bourgogne. Il est désigné amiral des Flandres et stathouder de Hollande, Zélande et Utrecht de 1567 à 1573. Il était amiral des Pays-Bas, au sens ancien du terme, c'est-à-dire d'un territoire comprenant, outre les Pays-Bas actuels, une partie du Nord-Pas de Calais (à présent français), la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg .

Il joue un rôle dans l'adoption de l'Union de Bruxelles en 1577, par laquelle est ratifiée la Pacification de Gand. Boussu réussit, par la négociation, le , à faire partir la garnison espagnole du château assiégé de Vredenburg et de la sorte à faire passer la ville d'Utrecht (ainsi que plus tard, Schoonhoven, Muiden et Weesp) dans le camp des États Généraux. Après la bataille de Gembloux, il défend Bruxelles en se réfugiant avec une armée de mercenaires anglais et écossais dans Rijmenam, ensuite près de Malines, et en 1577, met en échec une offensive espagnole à la bataille de Rijmenam. Cette victoire permet aux États-Généraux de récupérer les territoires perdus lors de la Bataille de Gembloux. Il se retire à Anvers, où il décède le .

Sources