Maximilian von Schwartzkoppen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maximilian Schwartzkoppen
Schwartzkoppen3.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Conflit
Distinction
Ordre de l'Aigle rouge 1ère classe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Maximilian Friedrich Wilhelm August Leopold von Schwartzkoppen, né le à Potsdam et mort le à Berlin, est un officier prussien, General der Infanterie, et attaché militaire. Il est principalement connu pour son rôle dans l'Affaire Dreyfus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Maximilian von Schwartzkoppen est issu d'une famille bourgeoise, mentionnée sous la forme Swartekop vers 1500 à Brunswick, dont les membres sont anoblis en 1688 en accédant au rang de chevalier de la monarchie de Habsbourg. Il est le fils du futur General der Infanterie Emil von Schwartzkoppen (de) (1810-1878) et de son épouse Christiane Marie Hildegard, née von Brederlow (1833-1916) de la Maison de Tragarth à Merseburg.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il entre dans l'armée prussienne à la fin des années 1860. En 1870, il prend part à la guerre franco-allemande. De 1885 à 1888, il est capitaine de l'État-major. Il finit sa carrière comme conseiller militaire du grand-duc Ernest-Louis de Hesse.

Du 10 décembre 1891 au 15 novembre 1897, il est attaché militaire à Paris[1], chargé de l'entretien des relations militaires entre l'Empire allemand et la France. Officieusement, il s'emploie à fournir aux services de renseignement allemand des informations sur l'armée française. Au printemps 1894, un officier français, tout d'abord non identifié, propose de lui vendre des informations confidentielles. Un bordereau et des fragments de papier sont subtilisés de la corbeille à papier de Schwartzkoppen par Marie Bastian, femme de ménage employée à l’ambassade d’Allemagne, et transmis aux services de renseignement français. Le bordereau déchiré et non signé est reconstitué et est pour le renseignement français la preuve qu'un officier de l'État-major vend des informations aux Allemands.

L'officier d'origine alsacienne Alfred Dreyfus est accusé publiquement d'être l'informateur de Schwartzkoppen et condamné pour trahison, malgré les doutes sur sa culpabilité. Par la suite, l'innocence de Dreyfus est démontrée, tout comme le fait que des documents falsifiés ont été utilisés à charge dans un contexte d'antisémitisme. Des recherches ultérieures montrent que l'officier Ferdinand Walsin Esterhazy, commandant au 74e régiment d'infanterie à Rouen, est celui qui a fait une offre à Schwarzkoppen[2]. Schwartzkoppen lui-même confirme plus tard l'innocence de Dreyfus dans ses Mémoires publiées en 1930, à titre posthume par Bernhard Schwertfeger, gestionnaire de la succession de Schwartzkoppen. Ces Mémoires connaîtront un succès d'édition en France dans les années 1930 sous le titre Les carnets de Schwartzkoppen. La vérité sur Dreyfus, édités par Bernhard Schwertfeger et traduits sur le texte allemand par Alexandre Koyré, préface Lucien Lévy Bruhl.

Le 11 septembre 1907, Schwartzkoppen devient General der Infanterie. Il est également à la suite du Kaiser Franz Garde-Grenadier-Regiments Nr. 2 et titulaire de l'Aigle rouge de première classe avec feuilles de Chêne, de l'ordre de la Couronne de première classe et Chevalier de droit de l'ordre de Saint-Jean[3]. Pendant la Première Guerre mondiale, il devient le 6 juillet 1916 commandant de la 202e division d'infanterie[4] qu'il mène sur le Front de l'Est.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Maximilian von Schwartzkoppen, Bernhard Schwertfeger (Éd.) : Die Wahrheit über Dreyfus . Aus dem Nachlass bearbeitet von Bernhard Schwertfeger, Berlin 1930.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Alexis : Naturalisme pas Mort. Lettres inédites de Paul Alexis á Émile Zola, 1971, p. 447.
  2. (en)William Fortescue : The Third Republic en France, 2000, p. 53.
  3. (de)Rangliste der Königlich Preußischen Armee und des XIII. (Königlich Württembergischen) Armeekorps für 1909, Éd. : Kriegsministerium, Ernst Siegfried Mittler & Sohn, Berlin 1909, p. 139
  4. (de)Ehren-Rangliste des ehemaligen Deutschen Heeres. Éd. : Deutscher Offizier-Bund, E.S. Mittler & Sohn, Berlin 1926, p. 115.

Lien externe[modifier | modifier le code]