Maxime Lalanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lalanne.
Maxime Lalanne
Statue Maxime Lalanne par Pierre Granet - buste.jpg

Pierre Granet, Monument à Maxime Lalanne (détail),
jardin public de Bordeaux.

Naissance
Décès
Nom de naissance
François Antoine Maxime Lalanne
Nationalité
Activités
Maîtres

François Antoine Maxime Lalanne, né à Bordeaux le 27 novembre 1827, mort à Nogent-sur-Marne le 29 juillet 1886, est un peintre, graveur et illustrateur français, connu pour ses eaux fortes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maxime Lalanne est né à Bordeaux le 27 novembre 1827, d'Anne et Antoine Lalanne[1]. Il fut l'élève de Jean Gigoux.

On recense dans son œuvre gravé environ deux cents eaux-fortes et quarante lithographies, dont trente-six gravures d'interprétation d'après d'autres artistes comme Claude Gellée, John Constable et Jean-Baptiste Camille Corot. Il fournit également d'innombrables dessins préparatoires gravés pour des publications illustrées. Dans ses gravures originales, il se spécialise dans les paysages et les vues urbaines, notamment de Paris.

Maxime Lalanne est un des promoteurs du renouveau de l'eau-forte dans les années 1860. Membre enthousiaste[2] de la Société des aquafortistes de 1862 à 1865, il est l'auteur d'un Traité de la gravure à l'eau-forte, paru en 1866.

Il effectue tout au long de sa vie de nombreux voyages en France et en Europe.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1875.

Maxime Lalanne meurt en 1886 à Nogent-sur-Marne, ses cendres sont transférées à Bordeaux en 1889.

Henri Beraldi a inventorié plus de 150 pièces, qui, selon lui, sont dignes d'intérêt.

Galerie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l'amateur d'estampes modernes, Paris, L. Conquet, 1889, tome IX, p. 17-23.
  • Dictionnaire Bénézit
  • Janine Baill-Herzberg, Dictionnaire de l'estampe en France, 1830-1950, Paris, Flammarion, 1985, p. 175-176.
  • Michel Wiedemann, « Retour sur l'œuvre de Maxime Lalanne », dans Nouvelles de l'estampe, no 232, 2010, p. 60-66.
  • (en) Jeffrey Michael Villet, The Complete Prints of Maxime Lalanne. Catalogue raisonné, lithographs, etchings, Washington, Art at home, 2010, (ISBN 9781450734233)

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives nationales de France, base Léonore cote LH/1449/15, p. 1-5.
  2. H. Beraldi, ibid., p. 17.
  3. (en) « Rue des Marmousets (Vieux Paris) », notice sur le site du Cleveland Museum of Art
  4. Catalogue de la 27e Exposition d'Amiens de 1885, organisée par la Société des Amis des Arts de la Somme, p. 12.
  5. « Portrait de Maxime Lalanne », base Joconde, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :