Maxime Dethomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maxime Dethomas
Henri de Toulouse-Lautrec 044.jpg
Henri de Toulouse-Lautrec : Maxime Dethomas au bal de l'Opéra, 1896, gouache sur carton, Washington, National Gallery of Art.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Mouvement
Distinction

Maxime Dethomas, né à Garges le [1] et mort à Paris le , est un dessinateur, peintre, graveur et décorateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maxime Dethomas (au centre), à Léry, milieu des années 1890, cliché d'Augustine Bulteau.

Fils d'Albert Dethomas, avocat et député de la Seine-et-Marne, et de Laure-Antoinette Béchet, fille d'un grand banquier parisien.

Maxime Dethomas était familier du salon parisien d'Augustine Bulteau, situé au 149 de l'avenue Wagram ; elle convia aussi son cercle en son chateau de Léry en Bourgogne, et attira de nombreuses célébrités : des écrivains comme Léon Daudet, Maurice Barrès, Pierre Louÿs, Henri de Régnier, ou Paul-Jean Toulet avec qui elle entretint une belle correspondance, des peintres comme Maxime Dethomas, Henri de Toulouse-Lautrec, Édouard Manet , des musiciens comme Gabriel Fauré, Léon Delafosse, etc.[2]

Maxime Dethomas fut un grand ami de Toulouse-Lautrec qui fit son portrait, de Vuillard et de Jacques Rouché.

Il est le beau-frère de Ignacio Zuloaga, qui épousa sa sœur cadette Valentine et que Dethomas introduisit auprès des artistes du groupe symboliste, comme Gauguin, groupe qui exposait chez Le Barc de Boutteville (Paris, 1892-1898).

Dethomas s'est d'abord fait connaître par des fusains rehaussés représentant des types de Paris et d'Italie, dans un style large et vigoureux, et son goût des maîtres vénitiens du XVIIIe siècle l'amena à illustrer les Esquisses vénitiennes de Henri de Régnier.

Il a participé à l'Exposition internationale des industries et du travail de Turin en 1911[3].

Décorateur pour des spectacles[modifier | modifier le code]

Dethomas est nommé directeur artistique de l'Opéra de Paris en 1912[4]. Il a donné de nombreux modèles de décors et de costumes au Théâtre des Arts, à la Comédie-Française, à l'Opéra-Comique, au Trianon-Lyrique (La Belle de Haguenau, 1924) et au Théâtre du Châtelet. Le musée de l'Opéra de Paris conserve une partie de son travail [5].

Il est nommé chevalier de la légion d'honneur, par décret du [6].

Durant la Première Guerre mondiale, Maxime perd son demi-frère, l'avocat Paul Dethomas (1882-1917), qui, en plein conflit, refuse le poste d’arrière-plan qui lui est proposé et demande à partir pour le front. Affecté dans le 234e Régiment d’infanterie au grade de sous-lieutenant, il meurt au combat le au Chemin des Dames[7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Conservation (France)[modifier | modifier le code]

Illustrations d'ouvrages[modifier | modifier le code]

Maxime Dethomas traduit ses dessins le plus souvent en tant que graveur sur bois, en taille-douce ou lithographe, sauf mention contraire :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sur le site du musée d’Orsay, il est dit que 1868 ou 1869 est parfois donné comme année de naissance. La date donnée ici provient du dictionnaire des illustrateurs Ides et Calendes
  2. « Maxime Dethomas - Augustine Bulteau. Livre d'or du château de Léry, 1883-1902 », vente du 13 décembre 2012 — sur Artcurial.
  3. source : site web du musée d’Orsay
  4. source : site web artlyriquefr
  5. source wikipedia en, mais Gauguin n'est pas dans la liste des Symbolistes sur la version française.[source insuffisante]
  6. « Cote LH/762/32 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  7. Mémoire 14|18, Portrait de Paul Dethomas (1882-1917).
  8. Notice no 000DE007095, base Joconde, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :