Max von Stephanitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Max von Stephanitz
Max von Stephanitz.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
DresdeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activités
Autres informations
Arme
Grade militaire
Max von Stephanitz Grab Dresden.JPG
Vue de la sépulture.

Max Emil Friedrich von Stephanitz, né le , mort le , est un éleveur allemand, connu pour être le créateur du standard de la race Berger allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

De noblesse allemande, il est né à Dresde, royaume de Saxe. Il est intéressé par l'agriculture mais ses parents le poussent à choisir la carrières des armes, comme officier de cavalerie. Il a, dans son parcours militaire, l'opportunité de travailler avec le Collège vétérinaire de Berlin. Il y acquiert des connaissances de biologie, d'anatomie et de science du mouvement. Il est promu au grade de capitaine en 1898. Il quitte l'armée la même année, à la suite de son mariage[1],[2].

Dans les années 1890, il avait acheté une propriété près de Grafrath. Revenu à la vie civile, il décide d'y installer un élevage de chiens. Il s'intéresse principalement à l'amélioration des chiens de berger, rêvant d'un chien utilitaire parfait, par ses sens aiguisés, sa capacité de travail et son intelligence. Il participe à des expositions de chiens, présentés par d'autres élevages, et constate qu'il n'y a aucune race de normalisée parmi ces chiens de travail.

Horand von Grafrath

Il achète son premier chien Hektor Linkrshein en 1899 et change son nom en Horand von Grafrath. L'apparence de loup, le regard, la forme des oreilles, et les qualités du chien intéressent Stephanitz. Horand est utilisé comme étalon et point de départ de la race des bergers allemands que nous connaissons[3],[4],[5]. Ce chien produit 53 portées avec 35 chiennes différentes, donnant 149 chiots enregistrés[2]. Stephanitz utilise les connaissances acquises à l'école vétérinaire berlinoise, pour améliorer progressivement les proportions et les qualités des chiens issus de son élevage[6]. Des chiens d'autres régions allemandes telles que la Franconie, le Wurtemberg et la Thuringe sont également utilisés comme reproducteurs[7].

Le , Stephanitz fonde le Verein Deutscher Schäferhunde avec son ami Artur Meyer. Quelques personnes (trois éleveurs de moutons, deux propriétaires d'usine, un architecte, un aubergiste, un magistrat, etc.) se joignent à eux en tant que co-fondateurs. Ils mettent au point le standard de la race puis déterminent dans les décennies qui suivent les conditions d'aptitude d'un chien pour la reproduction. Stephanitz s'emploie également à persuader les autorités allemandes d'utiliser cette race de chiens[8]. En 1914, Max von Stephanitz met en avant également les services que peut rendre ce chien aux troupes allemandes[9].

Stephanitz meurt à Dresde en 1936, le jour du 37e anniversaire du club, fondé avec Artur Meyer[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Resi Gerritsen et Ruud Haak, K9 Working Breeds : Characteristics and Capabilities, Brush Education, (lire en ligne), p. 35
  2. a et b Site riahorter.com
  3. (en) « Police Dog Service Training Centre, Depot Division », sur Rcmp-grc.gc.ca,
  4. (de) Ulrich Klever, Knaurs Grosses Hundebuch, Genehmigte Sonderausgabe. Droemer Knaur, (ISBN 3-8289-1553-1), « Deutscher Schäferhund », p. 217
  5. Guillaume de Lavigne, Les chiens célèbres, Réels et Fictifs, dans l'Art, la Culture et l'Histoire, Lulu.com, , 572 p. (lire en ligne), p. 325-326
  6. (en) « Jet of Iada », sur Jetofiada.tripod.com
  7. (en) « GermanShepherds.com »
  8. (en) Resi Gerritsen et Ruud Haak, K9 Working Breeds : Characteristics and Capabilities, Brush Education, (lire en ligne), p. 40
  9. (de) Stefan Burkhart, Der Hund im Krieg : 3'000 Jahre im Einsatz, BoD – Books on Demand, (lire en ligne), p. 165-166, 181, 204-206, 507
  10. (en) Resi Gerritsen et Ruud Haak, K9 Working Breeds : Characteristics and Capabilities, Brush Education, (lire en ligne), p. 50

Voir aussi[modifier | modifier le code]