Max de Crinis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Max de Crinis (né le à Ehrenhausen près de Graz, mort le à Stahnsdorf près de Berlin) était un psychiatre et neurologue qui a exercé pendant le Troisième Reich nazi. Il avait fui l'Autriche et, au sein des psychothérapeutes de l'Institut Göring, le bruit courait qu'il avait dû quitter son pays après avoir participé à une tentative de putsch[1]. Il affichait des positions ouvertement antisémites. À l'instar de collègues comme Alfred Hoche, il était très virulent contre toute forme de psychothérapie, pour lui et a fortiori plus encore contre la psychanalyse freudienne qu'il voyait comme « une orientation juive » à bannir. Tout au plus pouvait-il admettre que la psychothérapie devait être une méthode accessoire pour une science nosologique et physiologique. Il s'était par ailleurs opposé à plusieurs reprises à son collègue Matthias Göring qui dirigeait l'institut de psychothérapie nazie.

Max de Crinis a dirigé la clinique universitaire neurologique de Cologne et la clinique psychiatrique et neurologique de la Charité à Berlin. Il était SS-Standartenführer et consultant ministériel pour les questions médicales au bureau scientifique du Ministère du Reich pour la science, l'éducation et la propagande (en allemand : Reichsministeriums für Wissenschaft, Erziehung und Volksbildung). C'est à ce titre qu'il a préparé le Programme Aktion T4 d'euthanasie et participé à sa réalisation. Il se suicide le 2 mai 1945[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geoffrey Cocks : La psychothérapie sous le IIIe Reich L'institut Göring, Ed.: Belles Lettres, 1987, Coll.: Confluents psychanalytiques, ISBN 225133436X
  2. Historia, no 361bis, Médecins SS

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de)Hinrich Jasper: „Maximinian de Crinis (1889 – 1945). Eine Studie zur Psychiatrie im Nationalsozialismus“, (Abhandlungen zur Geschichte der Medizin und der Naturwissenschaften 63), Husum 1991 (grundlegend mit allen Nachweisen)
  • (de)Volker Klimpel: „Ärzte-Tode“, Verlag Königshausen & Neumann 2005, ISBN 3826027698
  • (de)Ernst Klee: „Euthanasie“ im NS-Staat. 11. Auflage. Fischer-Taschenbuch, Frankfurt/M. 2004, ISBN 3-596-24326-2
  • (de)Ernst Klee: „Max de Crinis“ Eintrag in ders.: Das Personenlexikon zum Dritten Reich. Wer war was vor und nach 1945. Aktualisierte Ausgabe. Fischer-Taschenbuch, Frankfurt am Main 2005, ISBN 3-596-16048-0
  • (de)Götz Aly (Hrsg.): Aktion T4 1939-1945. Die „Euthanasie“-Zentrale in der Tiergartenstraße 4. Berlin 1989, ISBN 3-926175-66-4.
  • (de)Alexander Mitscherlich, Fred Mielke: Medizin ohne Menschlichkeit. Frankfurt am Main 1987, ISBN 3-596-22003-3

Liens externes[modifier | modifier le code]