Max Schur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schur.
Max Schur
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à Ivano-FrankivskVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
à New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité AutricheVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Médecin et psychanalysteVoir et modifier les données sur Wikidata

Max Schur, né le à Stanislav et mort le , est un médecin et psychanalyste américain d'origine autrichienne. Il est connu comme ayant été le médecin de Sigmund Freud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille s'installe à Vienne en 1914, pour fuir l'avancée de l'armée russe[1]. Il fait ses études de médecine à l'université de Vienne (1915-1920)[1] et ses stages post-universitaires à la Policlinique, où il travaille ensuite comme médecin jusqu'en 1938. Il s'intéresse à la psychanalyse après avoir assisté aux conférences de Sigmund Freud. Il fait une analyse avec Ruth Mack Brunswick (1924-1932) et est accepté comme membre de la Société psychanalytique de Vienne (1932). Cette double compétence en médecine et en psychanalyse l'amène à devenir le médecin de Sigmund Freud pendant dix ans (de 1929 à la mort de Freud en 1939). Il quitte Vienne au moment de l'Anschluss et suit Freud à Londres.

Après la mort de Freud, il émigre aux États-Unis, et prend un poste de médecin au Bellevue Hospital (New York). Il est nommé professeur de psychiatrie clinique à l'Université d'État de New York en 1953[1]. Il est rédacteur du Journal of the American Psychoanalytic Association. Il est cofondateur de la Psychoanalytic Association of New York (PANY) en 1955[2] et en est le président en 1967.

Il a notamment publié, en 1972, un ouvrage de référence sur les derniers jours de Sigmund Freud[1]. Il est co-éditeur et auteur de plusieurs chapitres de l'ouvrage d'hommages à Marie Bonaparte (cf. bibliographie) et de l'ouvrage d'hommages à Heinz Hartmann, en 1966.

Publications[modifier | modifier le code]

  • The Id and the Regulatory Principles of Mental Functioning, Monography JAPA/International Universities Press, 1966 (ISBN 978-0823624409)
  • La Mort dans la vie de Freud, Gallimard, coll. « Tel », 1982 trad. fr. Brigitte Bost (Freud : living and dying, New York, International Universities Press, 1972) (ISBN 978-2070257942)
  • (éd.) Drives, Affects, Behavior T.2 : Essays in Memory of Marie Bonaparte, New York, International Universities Press, 1960, 502 p.
  • In memoriam: Ernest Jones (1879-1958), Journal of the American Psychoanalytic Association, vol.6, n°4, 1958
  • (coll.) Psychoanalysis. A General Psychology, New York, International Universities Press, 1966

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Roy K. Lilleskov, « Schur, Max », p. 1539-1540, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z., cf. bibliographie.
  2. Page de la PANY, sur le site de la NYU, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roy K. Lilleskov, « Schur, Max », p. 1539-1540, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • (mélanges) Mark G. Kanzer, The Unconscious today : essays in honor of Max Schur, New York, International Universities Press, 1971, 544 p., (ISBN 978-0-8236-6680-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]