Max Beauvoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beauvoir.
Max Beauvoir
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Titre de noblesse
Grand prêtre (en)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Max Gesner Beauvoir, né le , et mort le , est un biochimiste, houngan et membre de l’Académie haïtienne. Il a tenu un des titres les plus élevés de Supreme servitur comme chef spirituel vaudou.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, il quitte le pays d'Haïti. En 1958 il obtient une licence de chimie au City College of New York[1]. Il continue ses études à La Sorbonne de 1959 à 1962 où il obtient un diplôme en biochimie. En 1965, au Weill Medical College, il supervise une équipe travaillant sur dans la synthèse des stéroïdes métaboliques. Cela le conduit à prendre un emploi dans une société d'ingénierie dans le nord du New Jersey, et ensuite pendant un certain temps en tant qu'ingénieur dansla société Digital dans le Massachusetts. Son intérêt pour les stéroïdes l'a amené à expérimenter l'hydrocortisone synthétisée à partir de plantes ; toutefois, la mort de son père l'amène à retourner en Haïti en janvier 1973 et il devient prêtre vaudou[1].

En 1974, il fonde Le Péristyle de Mariani[2], temple vaudou Oufo à son domicile (qui a également servi de clinique de village) dans le village de Mariani. Il avait une relation difficile avec la famille Duvalier au pouvoir. Bien qu’il ait insisté pour qu’ils fassent davantage pour répondre aux besoins médicaux des pauvres, son statut de houngan l’empêche de subir une grande partie des violences injustifiées commises par les Tonton Macoute contre les critiques.

Durant cette période, il fonde le Groupe d'Études et de Recherches Traditionnelles, GERT) avec un groupe de scientifiques, et plus tard le Bòde Nasyonal en 1986 pour contrer les effets de l'après-Duvalier, la violence de dechoukaj qui est dirigée envers ceux qui pratiquent le Vodou et les paramilitaires Tonton Macoutes. Les deux régimes avaient été utilisés par le régime Duvalier pour opprimer le peuple haïtien.

En 1996, Beauvoir fonde Le Temple de Yehwe, une organisation à but non lucratif basée à Washington pour la promotion de la religion Afro-Américaine. En 1997, il s'implique dans la création du groupe KOSANBA à l'Université de Californie à Santa Barbara.

À Port-au-Prince, Beauvoir meurt le samedi 12 septembre 2015, à l'âge de 79 ans.

Engagement dans la KNVA[modifier | modifier le code]

En 2005, il lance la Fédération Nationale du Vaudou Haïtien, qu'il renommera en 2008 en Confédération Nationale du Vaudou Haïtien. Il agit comme "chef Suprême" ou "Ati Nasyonal" de l'organisation. C'est une tentative pour organiser la défense du Vaudou[3]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La1ere.fr (avec AFP), « Haïti : décès de Max Gesner Beauvoir, le "chef suprême" du vaudou », La 1re.fr,‎ (lire en ligne)
  • Evens Pierre-Louis, « Haïti-Décès : Max Beauvoir s’en va avec les hommages de la république », Haiti Press Network,‎ (lire en ligne)
  • « Funérailles Nationales de l’Ati Max Beauvoir », Radio Kiskeya,‎ (lire en ligne)
  • (en) Sarah Kaplan, « Max Beauvoir, the biochemist who became Haiti’s chief voodoo priest, dead at 79 », Washington Post.com,‎ (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]