Max Alhau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Max Alhau, né le 29 décembre 1936 à Paris, est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son recueil de nouvelles "La ville en crue" a obtenu le Grand Prix SGDL de la Nouvelle[réf. nécessaire]. Il fut récompensé également du Prix Antonin-Artaud pour son recueil de poésie Sous le sceau du silence ainsi que du prix Charles Vildrac de la SGDL[réf. nécessaire] pour son recueil Proximité des lointains (L'Arbre à paroles).

Max Alhau rencontre en 1960 le poète Louis Guillaume qui l'encourage à écrire, lit ses premiers poèmes et préface en 1961 son recueil: "Sur des rives abruptes". Par la suite la découverte de la poésie d'Alain Borne à qui il consacrera son mémoire de Diplôme d'Études Supérieures (1967) l'oriente vers une conception du tragique qui est marqué par la hantise de la mort. Il faudra la découverte des Alpes et de ses paysages pour que son écriture célèbre les grands espaces et l'unité entre l'homme et le monde. Si la mort est toujours présente, elle est entrevue comme une sorte de fusion avec le cosmos. Ce ne sont pas les voyages lointains qui bouleverseront son paysage intérieur: il reste fidèle à la montagne, à ces lieux qui constituent un havre paisible. Sa poésie d'un lyrisme discret n'en est pas moins humaine. Ayant banni de son écriture le "je", il parle au nom de tous ceux en qui il se reconnaît. Sa poésie est aussi marquée par l'empreinte du temps, par le retour vers un passé jamais oublié et par son goût pour l'infini. Ce sont les caractéristiques de ses derniers recueils : Proximité des lointains (l'Arbre à paroles, 2006), D'asile en exil (Voix d'encre, 2007), Du bleu dans la mémoire (Voix d'encre, 2010).

Il participe à de nombreuses revues de poésie et contribue à la traduction de poètes espagnols ou sud-américains (Porfirio Mamani-Macedo, Mario Campaña, etc.)

Il est membre de l'Académie Mallarmé.

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Si loin qu'on aille, L'Herbe qui tremble, 2016
  • En bref et au jour le jour, La Porte, 2015
  • Le Temps au crible, L'herbe qui tremble, 2014
  • La lampe qui tremble, Éditions Tipaza, 2015
  • Aperçus - Lieux - Traces, Éditions Henry, 2012
  • Du bleu dans la mémoire, Voix d'encre, 2010
  • Un éclair furtif, La Porte, 2007
  • D’asile en exil, Voix d'encre, 2007
  • Proximité des lointains, L'arbre à paroles, 2006
  • Horizons et autres lieux, Encres Vives, 2004
  • A la nuit montante, Voix d'encre, 2002
  • Nulle autre saison, L'arbre à paroles, 2002
  • Le temps des jardins, Alain Lucien Benoît, 2002
  • Ocres, La Porte, 2001
  • Après le temps, gravure de Yarmila Vesovic, éd. Signum, 2000
  • Le fleuve détourné, L'arbre à paroles, 1998
  • Cette couleur qui impatiente les pierres, Voix d'encre, 1998
  • Sous le sceau du silence, Rougerie, 1995, Prix Artaud
  • D'un pays riverain, Rougerie, 1990
  • L'inaccompli, Sud, 1989
  • Ici peut-être, Rougerie, 1987
  • L'instant d'après, Brandes, 1986
  • La part initiale, Les Cahiers du Confluent, 1985
  • Les mêmes lieux, Rougerie, 1982
  • Passages, Rougerie, 1980
  • Trajectoire du vent, Brandes, 1979

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Des traces dans la mémoire, Editions Petra; 2016


Liens externes[modifier | modifier le code]