Max-Théodore Cerfberr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Cerfberr de Medelsheim.
Max-Théodore Cerfberr
Max-Théodore Cerfberr.jpg
Fonctions
Président
Consistoire central israélite de France
-
Liste des députés du Bas-Rhin
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Fratrie
Conjoint
Elisa Adèle Augustine Ratisbonne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinction

Max-Théodore Cerfberr (, Nancy - Paris), est un militaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils de Cerf Beer, il épouse sa cousine Elisa Adèle Augustine Ratisbonne, fille d'Auguste Ratisbonne, banquier et président du Consistoire israélite du Bas-Rhin, et d'Adélaïde Cerfberr. Son épouse était la sœur de Théodore et Alphonse Ratisbonne. Son frère Alphonse-Théodore Cerfbeer (1791-1859) sera capitaine d'artillerie et auteur dramatique.

Il se destine de bonne heure à la carrière des armes, fut fait officier par Napoléon, sans avoir passé par l'École, devint capitaine d'état-major en 1827, chef d'escadron en 1834, et fut attaché au ministère de la Guerre comme secrétaire du comité de l'état-major.

En 1839, le général Schneider, nommé ministre de la guerre, le prit pour son chef de cabinet. Il parvint au grade de lieutenant-colonel, et entra à la Chambre des députés, le 9 juillet 1842 ; le 6e collège du Bas-Rhin (Wissembourg), l'avait élu.

Il soutient le gouvernement de ses votes, et s'occupa spécialement de questions militaires ; il obtint notamment une augmentation de 150,000 francs sur le fonds destiné aux secours des vieux soldats. Le colonel Cerfberr est réélu le 1er août 1846 ; il soutenu de ses votes le ministère Guizot. La Révolution française de 1848 le rendit à la vie privée.

Il est président du Consistoire central israélite de France de 1846 à 1871, ainsi qu'administrateur du théâtre du Gymnase à Paris.

Publications[modifier | modifier le code]

  • De la nécessité de constituer le corps des officiers de santé dans l'armée et pour l'armée (1848)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]