Max Olivier-Lacamp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Max-Olivier Lacamp)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Max Olivier-Lacamp
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Meudon, France
Nom de naissance
Max Olivier
Nationalité
Activités
Enfant
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Max Olivier-Lacamp, né Max Olivier le au Havre et mort le à Meudon, est un journaliste et écrivain français, lauréat du prix Renaudot en 1969 et du prix Albert-Londres en 1958.

Biographie[modifier | modifier le code]

Max Olivier est, sous le nom de Max Olivier-Lacamp, un grand reporter au Figaro. Cofondateur de l'Agence France-Presse à la Libération de la France, il arrive en Inde en comme correspondant de l'agence de presse française pour l'Asie moyenne (Pakistan, Afghanistan, Népal et Birmanie) et de l'Agence Havas. Il assiste notamment à la Partition des Indes, lorsque l'Empire des Indes gouverné par les Britanniques obtint son indépendance et fut scindé en 1947 pour créer l'Inde et le Pakistan.

Très marqué par son séjour en Inde, il déclare « Lorsque je suis arrivé en Inde, il m'a fallu un temps assez long pour m'adapter. Ma première impression a été, tout à la fois, de fascination et d'horreur... » et déclare « Les maharadjahs avaient droit de vie et de mort sur tous leurs sujets, et il se passait, dans le secret des cours princières, des scènes d'horreur dignes de la féodalité (...). En Inde, la plupart des gens sont sans nom, sans état-civil, et même pas comparables à des chiens qui, chez nous, sont identifiés »[1]. Ces événements et les drames qui leur sont associés l'ont inspiré dans son œuvre. Son ouvrage, Entre les deux Asies, est consacré à la différence entre l'Asie indienne et l'Extrême-Orient.

Il a résidé en Corée et épousé une Coréenne[réf. nécessaire]. Il est le père de l'écrivain Ysabelle Lacamp.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

À Monoblet, une rue porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 Jours, no 554, 5 décembre 1970, pages 80 et 81, à l'occasion de la diffusion du film Kim (1951) de Victor Saville le 11 décembre 1970 dans le cadre des Dossiers de l'écran ayant pour thème l'Inde.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]