Max's Kansas City

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Max's Kansas City est une discothèque et restaurant ouvert entre 1965 et 1981 à New York. Il est devenu un lieu de rencontre pour les musiciens, poètes, artistes et politiciens dans les années 1960 et 1970.

Le premier album live du Velvet Underground, Live at Max's Kansas City (1972), y a été enregistré.

La scène du club accueille les concerts de nombreux groupes comme Iggy and The Stooges, Aerosmith ou les New York Dolls.

À partir de 1974, des musiciens de la scène punk rock et new wave de New York commencent à s'y produire, tout comme au CBGB. On peut y voir notamment Patti Smith, Television, Blondie (Deborah Harry y a aussi été serveuse), Johnny Thunders And The Heartbreakers Talking Heads, Lydia Lunch, Teenage Jesus and the Jerks, Devo, The Fleshtones, The B-52's, etc.

En 1976, le club édite une compilation intitulée Max's Kansas City 1976[1]. Cet album enregistré en studio, regroupe quelques-uns des groupes qui y ont joué, à savoir : Wayne County and the Electric Chairs (qui interprète le titre éponyme Max's Kansas City 1976), The Fast, Harry Toledo, Pere Ubu, Suicide, The Brats et Cherry Vanilla[2]. L'année suivante parut Max's Kansas City 1977 avec des groupes moins connus.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvonne Sewall-Ruskin, High on Rebellion: Inside the Underground at Max's Kansas City, 1998, Thunder's Mouth Press. (ISBN 1-56025-183-2)
  • Steven Kasher, Max's Kansas City: Art, Glamour, Rock and Roll, 2010, Abrams Image. (ISBN 0-8109-9597-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eric Smets, Mouvance punk 1976-1978, 100 des meilleurs albums, Éditions du Camion blanc, 2014
  2. (en) [1] - chronique de Greg Prato sur Allmusic