Maurupt-le-Montois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maurupt-le-Montois
Maurupt-le-Montois
La mairie et le monument aux morts.
Blason de Maurupt-le-Montois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Vitry-le-François
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dizier Der et Blaise
Maire
Mandat
Jérôme Roussel
2020-2026
Code postal 51340
Code commune 51358
Démographie
Gentilé Mauruptois
Population
municipale
584 hab. (2019 en augmentation de 2,28 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 00″ nord, 4° 50′ 58″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 173 m
Superficie 18,12 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Dizier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sermaize-les-Bains
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Maurupt-le-Montois
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Maurupt-le-Montois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maurupt-le-Montois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maurupt-le-Montois

Maurupt-le-Montois est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est. Les habitants de Maurupt-le-Montois s'appellent les Mauruptois et les Mauruptoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Maurupt-le-Montois est à environ 22 km au nord-ouest de Saint-Dizier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par la Bruxenelle[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Maurupt-le-Montois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Dizier, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 72 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (64,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (65,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (57,2 %), prairies (20,6 %), terres arables (11,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7,3 %), zones urbanisées (2,5 %), zones agricoles hétérogènes (0,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Malru en 1174[9], Malus Rivus en 1179[9], Maurupt en 1793 et 1801, Maurupt-le-Montoy en 1835[10].

Comme pour les autres noms en -rupt, cet élément est une graphie tardive d'après un rapprochement étymologique erroné avec le latin ruptus, alors qu'il s'agit d'un mau ru, autrement dit « mauvais ruisseau »[9]

Histoire[modifier | modifier le code]

Maurupt-le-Montois comptait quelques tuileries ces deux derniers siècles, tout comme sa commune voisine de Pargny-sur-Saulx. La commune a été rasée à 90 % lors de la Première Guerre mondiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Lors de sa création, la commune est comprise dans le canton d'Étrepy. En 1801, elle rejoint celui de Thiéblemont, qui devient au milieu du XIXe siècle le canton de Thiéblemont-Farémont, dans l'arrondissement de Vitry-le-François[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Sermaize-les-Bains.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1877 après 1879 Denizot[11]    
2001 2014 Catherine Giraldo[12]    
2014[13] 2020 Michèle Gillet    
26/05/2020 En cours
(au 26/05/2020)
Jérôme Roussel[14]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2019, la commune comptait 584 habitants[Note 3], en augmentation de 2,28 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500513477526579636680720728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
746734680664690705679673703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
670690689514595599578638655
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
676650571600605556564566568
2017 2019 - - - - - - -
582584-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église de l'Assomption.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Assomption date des XIIe et XVIe siècles[18]. Elle est classée monument historique en 1875 (classement par liste)[19].
Son maître autel et les murs du cimetière classés[réf. nécessaire]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Engel, cycliste professionnel mobilisé en tant que caporal au 72e régiment d'infanterie. Il est tué par l'ennemi à Maurupt le [20].
  • Étienne Burnet, médecin et bactériologiste français né le à Maurupt-le-Montoy. Membre de l'Institut Pasteur à Tunis. Il meurt le à Tunis. En 1961, à la demande du gouvernement tunisien, Burnet est inhumé dans le jardin de l'Institut Pasteur de Tunis.
  • Charles Eggermann (1907-1966), militaire français, membre des Forces françaises libres et auteur de plusieurs livres. La commune de Maurupt-le-Montois a donné son nom à la salle des fêtes (Complexe Charles-Eggermann).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Maurupt-le-Montois.

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d'azur au chevron d'or chargé de trois molettes de sable, accompagné de trois roses d'argent.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Données sur le territoire de la commune », sur SIGES - Seine-Normandie (consulté en ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 443a.
  10. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Almanach historique administratif et commercial...Matot-Braine, Reims, 1879, p236.
  12. [xls]« Liste des maires au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le ).
  13. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  14. « Jérôme Roussel a été élu maire à Maurupt-le-Montois », sur lunion.fr, L'Union, (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. « Circuit de Maurupt-le-Montois », sur Tourisme en Champagne (consulté le ).
  19. « Église », notice no PA00078743, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 14 avril 2013.
  20. « La fiche d'Émile Engel », sur Mémoire des hommes (consulté le ).