Mauro Gianetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mauro Gianetti
Mauro Gianetti.jpg

Mauro Gianetti lors du Paris-Nice 1997

Informations
Naissance
(51 ans)
LuganoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes professionnelles
1986 Cilo - Aufina
1987 Paini - Bottecchia
1988 Weinmann - La Suisse
1989-1991 Helvetia - La Suisse
1992 Lotus - Festina
1993 Festina - Lotus
1994 Mapei
1995-1996 Team Polti
1997-1998 La Française des jeux
1999-2000 Vini Caldirola - Sidermec
2001-2002 Team Coast
Équipes dirigées
2003 Vini Caldirola
2004-2008 Saunier Duval
2009 Fuji Servetto
2010 Footon Servetto
Principales victoires

Mauro Gianetti est un ancien coureur cycliste suisse, né le à Isone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professionnel de 1986 à 2002, Mauro Gianetti a remporté 17 victoires durant sa carrière.

La première partie de sa carrière est discrète, Mauro Gianetti endossant souvent le rôle d'un équipier suffisamment efficace pour lui valoir des participations dans les grands tours. Au printemps 1995, alors qu'il vient de rejoindre l'équipe italienne Polti, il montre une aisance et une force qu'on ne lui connaissait pas dans les courses difficiles. C'est ainsi qu'il remporte Liège-Bastogne-Liège, profitant du marquage dont Laurent Jalabert, grand favori, était l'objet, puis, récidive une semaine plus tard en s'imposant à l'Amstel Gold Race, réalisant un rare doublé. Il s'illustre à nouveau en fin de saison en figurant dans le groupe de tête du final de la course en ligne du Championnat du monde de Duitama en Colombie, parmi des coureurs tels que Miguel Indurain, Marco Pantani, Richard Virenque et Abraham Olano. Il prendra la quatrième place de cette édition.

Il connaît moins de réussite en 1996 mais se distingue à nouveau au Championnat du monde de Lugano, en Suisse, pratiquement à domicile, où il effectue avec le Belge Johan Museeuw une longue et décisive échappée sur un circuit particulièrement éprouvant. Il prendra la seconde place derrière le coureur belge.

En mai 1998, il est victime d'un malaise durant le Tour de Romandie, expliqué dans un premier temps par une « hypoglycémie doublé d'une gastro-entérite »[1]. Deux médecins effectuent une dénonciation pénale, suspectant une consommation de PFC, d'être à l'origine de ce malaise[2].

En 2003, il devient manager général de l'équipe Vini Caldirola, puis, de 2004 à 2008, il a été directeur sportif de l'équipe Saunier Duval. Celle-ci se retire au cours du Tour de France 2008 à cause d'une affaire de dopage impliquant notamment Riccardo Riccò, vainqueur de 2 étapes, et Leonardo Piepoli vainqueur de l'étape arrivant au sommet de Hautacam devant son coéquipier Juan José Cobo après avoir lâché tous les grands favoris. En 2009, il dirige l'équipe ProTour Fuji-Servetto qui devient en 2010 Footon-Servetto. Son fils, Noé Gianetti, 20 ans, intègre cette équipe en tant que coureur[3].

Il devient par la suite entraîneur, notamment de la Suissesse Nicole Brändli.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

5 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Impérial, Laurent Dufaux a allié science de la course et panache », La Tribune de Genève, 11 mai 1998
  2. (en) « A New Threat in Blood Doping », The New York Times, 18 octobre 1998
  3. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]