Maurice de Vlaminck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maurice Vlaminck)
Maurice de Vlaminck
Image dans Infobox.
André Derain et Maurice de Vlaminck en 1942.
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Maurice Devlaeminck
Nationalité
Activités
Autres activités
Écrivain (romans, essais, poèmes)
Représenté par
Mouvement
Influencé par
Enfant

Maurice de Vlaminck, pseudonyme de Maurice Devlaeminck, né à Paris le [1] et mort à Rueil-la-Gadelière (Eure-et-Loir) le est un peintre, céramiste, graveur et écrivain français.

Il s'est illustré dans les courants fauviste et cubiste. Peintre de figures, portraits, nus, paysages, paysages animés, paysages urbains, intérieurs, natures mortes, fleurs et fruits, peintre à la gouache, aquarelliste, graveur, dessinateur et illustrateur, il est aussi écrivain, publiant 26 livres : romans, essais et recueil de poèmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les parents de Maurice de Vlaminck — sa mère pianiste et son père Edmond Devlaeminck, violoniste —, émigrèrent de leur Flandre natale pour la France[2]. Sa sœur cadette, Solange de Vlaminck, sera un temps une star du cinématographe, et, devenue aveugle, sera épousée après la Première Guerre mondiale par un Élie-Joseph Bois volage, rédacteur en chef du Petit Parisien par lequel le peintre accédera à la notoriété, avant de divorcer et de tomber dans une indigence dont son frère refusera de la sortir.

Il passe son enfance au Vésinet mais surtout à Chatou de 1893 à 1905 où il réalisera ses premières œuvres. Il peint ses premiers tableaux vers 1893, mais gagne initialement sa vie en tant que violoniste et, parfois, en remportant des courses cyclistes[3]. Il se marie en 1896 avec Suzanne Berly, avec qui il aura trois filles. Vlaminck est un autodidacte qui refuse de se former en copiant dans les musées afin de ne pas perdre ou affadir son inspiration.

Le , à l'occasion du déraillement d'un train, il rencontre André Derain qui restera son ami pour la vie. Ils louent ensemble un studio à Chatou, dans l'actuelle Maison Levanneur qui abrite aujourd'hui le Centre national édition art image (Cneai)[4]. Derain quitte l'atelier commun un an plus tard, mais il conservera une relation épistolaire suivie avec Vlaminck[5],[6]). Derain retrouve Vlaminck vers 1904. Cette époque (1900-1905) reste une période difficile financièrement pour le peintre, chargé de famille, et il est obligé de gratter d'anciennes peintures pour en récupérer les toiles. Par ailleurs, c'est à cette époque qu'il publie deux romans à l'esthétique décadente, voire pornographique. Cela dit, sa vraie passion reste liée à l'art primitif et au fauvisme.

En 1905, il s'installe à Rueil-Malmaison, tandis que Derain gagne le Midi, comme beaucoup d'artistes de ce temps. Vlaminck fait le choix de rester en région parisienne, peut-être par goût, mais également probablement par manque de moyens[6]. Il participe, cette année-là, à son premier Salon des indépendants. Vlaminck est l'un des peintres qui font scandale lors du salon d'automne de 1905, dit « La cage aux fauves », avec Henri Matisse, André Derain et Raoul Dufy. Le marchand de tableaux Ambroise Vollard s'intéresse à son œuvre dès l'année suivante, lui achète de nombreuses toiles et lui consacre une exposition en 1908. Vlaminck noue des liens également avec Daniel-Henry Kahnweiler, autre célèbre négociant en art. Il commence également une activité de céramiste. Il fait plusieurs expositions internationales durant ces années.

Vlaminck, ayant alors trois filles, n'est pas envoyé au front durant la Première Guerre mondiale. Il est affecté dans une usine de la région parisienne. À la fin du conflit, il divorce et se remarie avec Berthe Combe, qui lui donnera deux filles : Edwige et Godelieve. Il s'installe à partir de 1925 à Rueil-la-Gadelière jusqu'à sa mort. Son épouse y meurt en 1974 à l'âge de 82 ans.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, Maurice de Vlaminck préside le banquet des Vitalistes qui entendent défendre, entre autres, les pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline contre la loi de moralité déposée par le Sénat pour les interdire[7], au cours duquel est brûlé un portrait d’Adolf Hitler, « critique d’art qui s’est permis, en qualité d’ex-peintre en bâtiment, d’affirmer que tous les artistes de l’école française étaient des dégénérés[8] ».

En , Vlaminck participe au voyage en Allemagne avec entre autres Paul Belmondo, Charles Despiau, Paul Landowski, Louis-Aimé Lejeune, Kees van Dongen, André Derain, André Dunoyer de Segonzac, organisé par la Propagandastaffel, sous la conduite des officiers allemands Schnurr et Ehlmsen[9]. Vlaminck y apparait comme « un voyou riche et anciennement roux, buté comme un paysan[10] ». Vlaminck reçoit régulièrement à dîner chez lui à La Tourtillière, l'officier allemand Werner Lange de la Propagandastaffel et sous-directeur du musée des Beaux-Arts de Berlin qu'il a connu avant-guerre et à qui il confie sa fille pour découvrir Paris. Selon Werner Lange, qui était chargé de veiller et surveiller les artistes parisiens, « Vlaminck mange mieux pendant la guerre qu'avant ! », Werner laisse entendre que Vlaminck pratique le marché noir de viande[11].

En , Vlaminck publie un article intitulé « Opinions libres… sur la peinture » dans Comœdia où il accuse Pablo Picasso, « figure de moine à tête d'Inquisiteur » à « l'apparence d'un monstre » d'avoir conduit de 1900 à 1930 la peinture française « dans une mortelle impasse, dans une indescriptible confusion[12] ». L'article publié au moment de la rétrospective parisienne du sculpteur Arno Breker provoqua les réponses indignées de Jean Bazaine dans la NRF et confuses d'André Lhote. Vlaminck reprend ses attaques dans un second article le dans Comœdia, « Sur la peinture… l'invention et le don », puis dans son livre Portraits avant décès publié en 1943, où il dit tout le mal qu'il pense d'Edgar Degas, de Picasso et d'Henri Matisse.

Pour Laurence Bertrand-Dorléac : « Si le dessein de Vlaminck avait été d'en finir à tout jamais avec le démiurge, il ratait son coup, savourant en échange des joies malsaines de la dénonciation - et de la culpabilité. Car s'il s'agissait de régler ses vieux comptes avec le chef d'une famille des modernes, dont il avait été lui-même l'enfant prodige avant de la répudier, là comme ailleurs, chacun, de près ou de loin, avait appartenu au corps souillé en voie d'assainissement. Certes, confessait-il, Picasso a été “l'accoucheur” du cubisme ; “perversité de l'esprit, insuffisance, amoralisme”[13],[14]. »

À la Libération, le Comité national des écrivains[15] condamne Vlaminck à l'interdiction de publication[16].

Rueil-la-Gadelière[modifier | modifier le code]

Pierre tombale de Maurice Vlaminck, cimetière de Rueil-la-Gadelière.

Après la Seconde Guerre mondiale, Vlaminck vit retiré à la Tourillière à Rueil-la-Gadelière. Il y meurt en 1958, et est inhumé dans le cimetière de la commune. Un monument à sa mémoire avec son buste sculpté par Paul Belmondo est érigé en 1962 face à la mairie. Un circuit de randonnée à son nom[17] permet, au cours d'un trajet de huit kilomètres, d'observer de nombreux paysages qui ont inspiré ses œuvres.

Style pictural[modifier | modifier le code]

Grand admirateur de Vincent van Gogh, que son ami André Derain lui a fait découvrir, Maurice de Vlaminck s'en inspire fréquemment dans ses toiles de ses débuts, tant en utilisant une couleur très pure « sortie du tube » que par des effets de tourbillon. La Partie de campagne à Bougival (1905) en est un exemple frappant. Négligeant un peu les recherches de composition, il s'intéresse plus aux qualités spatiales et affectives de la couleur.

Vlaminck passe de l'impressionnisme au fauvisme, plus rebelle, plus débridé. Il reste surtout lui-même, unique, au cours des longues années de sa vie de peintre. La forte personnalité de Maurice de Vlaminck se traduit clairement, par sa fougue et sa robustesse, dans une peinture à la pâte grasse, généreuse, et aux touches larges et sûres.

À partir de 1907, Vlaminck perçoit les limites du fauvisme et découvre l'œuvre de Paul Cézanne. Son graphisme va en être profondément influencé et sa palette deviendra plus sombre. Il peint alors une quantité de paysages aux ciels tourmentés et orageux, exsangues des couleurs éclatantes de ses débuts.

Vlaminck est l'un des premiers collectionneurs d'art africain. Il commence l'acquisition d'objets dès le début des années 1900. Son rôle pionnier comme découvreur de l'« art nègre » est reconnu par Guillaume Apollinaire en 1912[18]. Cependant, cela n'influence guère sa peinture, contrairement à celle d'André Derain ou de Pablo Picasso.

Œuvres[modifier | modifier le code]

La partie de campagne

Peinture[modifier | modifier le code]

La chronologie des œuvres est souvent incertaine, Maurice de Vlaminck n'ayant que peu souvent daté ses tableaux[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Avec Fernand Sernada, Âmes de mannequins, Éditions P. Douville, 1907.
  • Avec Georges Duhamel, Désobéir, Éditions Corrêa, 1936.
  • Histoires poèmes de mon époque, avec cinq bois gravés de l'auteur, 1927.
  • Tournant Dangereux, Stock, 1929.
  • Poliment, Stock, 1931.
  • La Haute-Folie, Stock, 1934.
  • Radios clandestins, Éditions Denoël, 1935.
  • Le Ventre ouvert, Éditions Corrêa, 1937.
  • Pour une peinture lisible, vivante, humaine, René Debresse, 1939.
  • La Mort de Mindrais, Éditions Corrêa, 1941.
  • Portraits avant décès, Flammarion, 1943.
  • Le Bœuf, Éditions Corrêa, 1944.
  • Paysages et personnages, Flammarion, 1953.
  • La Tête tournée, Éditions André Sauret, 1956.
  • Fausse couleur, Flammarion, 1957.
  • Les Pensée et la voix, Éditions Georges Burnier, 1958.
  • Le garde-fou, Flammarion, 1958.
  • Avec Fernand Sernada, D'un lit à l'autre, Éditions Du Cap, 1956.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 1/489/1876, date et lieu du décès mentionnés en marge de l’acte (consulté le )
  2. « Hommage à l'artiste d'origine belge Maurice de Vlaminck en région parisienne » (consulté le 4 février 2015)
  3. Maurice de Vlaminck sur siteducyclisme.net.
  4. cneai.com.
  5. Les lettres de Derain furent publiées mais celles de Vlaminck sont perdues.
  6. a b et c M.Vallès-Bled, « Vlaminck, l'instinct fauve », L'Objet d'Art, hors-série no 35, .
  7. Le « Vitalisme » était un mouvement littéraire et artistique initié depuis quelques mois par Marcel Sauvage, auquel avaient adhéré des écrivains comme François Dallet, Albert Simonin, Jean de Bosschère, Robert Desnos, ou Carlos Larronde ; chez les artistes, Maurice de Vlaminck avait apporté sa caution. Le manifeste de Loiselet avait été signé par de nombreux écrivains et éditeurs — dont Denoël — qui craignaient qu'une telle loi permît de faire le procès d'auteurs contemporains (cf. thyssens.com).
  8. Cat. Maurice de Vlaminck, exposition 2015, Rueil-Malmaison.
  9. Laurence Bertrand Dorléac, L'Art de la Défaite, Seuil, 1993, pp. 75-77.
  10. Laurence Bertrand Dorléac, op. cit., p. 76.
  11. Werner Lange, Les artistes en France sous l'occupation, Éd. du Rocher, 2015, pp. 93 à 101.
  12. Cité in: Laurence Bertrand Dorléac, op. cit., pp. 188-189.
  13. Laurence Bertrand Dorléac, op. cit., p. 189.
  14. Les dénonciations publiques de Vlaminck se révélaient sans effet, puisque Picasso était protégé par Arno Brecker, Jean Cocteau et Werner Lange lui-même, qui refusa d'arrêter Picasso puisque celui-ci était espagnol et non français (cf. Laurence Bertrand Dorléac, op. cit., p. 189, et Werner Lange, op. cit..
  15. Pierre Assouline, L’épuration des intellectuels, Bruxelles, Éditions Complexe, 1985, p. 161, annexe 5 : « Liste des écrivains indésirables dressée par le Comité National des Écrivains » ; source : Mémoire de Pascal Mercier, Le Comité National des Écrivains, 1941-1944, université de Paris III, 1980, pp. 76-84.
  16. liste publiée le 16 et , in: Pierre Montagnon, Dictionnaire de la Seconde Guerre Mondiale, Pygmalion, 2008.
  17. « Sur les pas de Vlaminck », sur tourisme-avre-eure-iton (consulté le 17 avril 2014).
  18. M.Jakobi, « Vlaminck “inventeur” de l'art nègre ? », L'Objet d'Art, hors-série no 35, 2008, pp. 52-55.
  19. « Portrait du père Bouju | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  20. « Peinture française 20eS - Maurice de Vlaminck « Sur le zinc » », sur www.musee-calvet-avignon.com (consulté le 16 janvier 2019).
  21. « La cuisine (Intérieur) | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  22. « Portrait of Guillaume Apollinaire | LACMA Collections », sur collections.lacma.org (consulté le 16 janvier 2019).
  23. (en) « Houses at Chatou », sur The Art Institute of Chicago (consulté le 16 janvier 2019).
  24. « Musée d'Orsay: Notice d'Oeuvre », sur www.musee-orsay.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  25. « Une rue de Marly-le-Roi | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  26. « Châtaigniers à Chatou », sur RMN-Grand Palais, (consulté le 16 janvier 2019).
  27. « Les arbres rouges | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  28. « Les coteaux de Rueil | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  29. (en) « The Seine at Chatou », sur The Met, (consulté le 16 janvier 2019).
  30. (en) « André Derain », sur The Met, (consulté le 16 janvier 2019).
  31. (nl) « Paysage de Bougival », sur Stedelijk Museum, (consulté le 16 janvier 2019).
  32. « La maison dans les arbres | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  33. « Bord de rivière | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  34. « Notice d'oeuvre. Nature morte au pichet et à l'orange », sur Musée d'Orsay, (consulté le 16 janvier 2019).
  35. « Le Pont de Meulan | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  36. « Les peupliers | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  37. « Portrait de Madame Lucie Kahnweiler | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  38. « The Old Port of Marseille », sur www.nga.gov (consulté le 16 janvier 2019).
  39. « Chaumières | Centre Pompidou », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 16 janvier 2019).
  40. « La Baie des Trépassés », sur https://webmuseo.com (consulté le 1er février 2019).
  41. « Les amis du Musée d'Art Moderne de Troyes - Peintures », sur www.musee-troyes.com (consulté le 16 janvier 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays.
  • Georges Duhamel, Maurice De Vlaminck, Les écrivains réunis, 1927.
  • André Mantaigne, Vlaminck, Éd. G. Crès, 1928.
  • Maurice Genevoix, Vlaminck, Flammarion, 1954.
  • Robert Rey, Maurice De Vlaminck : né en 1876, Flammarion, 1955.
  • Marcel Sauvage, Vlaminck, sa vie et son message, 1956.
  • Jean Selz, Vlaminck, Flammarion, 1963.
  • Sigmund Pollag, Mes souvenirs sur Vlaminck, Genève, Pierre Cailler, 1968.
  • Katalin De Walterskirchen, Catalogue Raisonné de l'œuvre gravé de Maurice de Vlaminck, Flammarion, 1974.
  • Pierre Assouline, L’épuration des intellectuels, Bruxelles, Éditions Complexe, 1985.
  • Maïthé Vallès-Bled, Maurice de Vlaminck : œuvres 1900-1956, Éditions Celiv, 1991.
  • André Derain, Lettres à Vlaminck, suivies de la correspondance de guerre, Flammarion, 1993.
  • Laurence Bertrand Dorléac, L'art de la Défaite 1940-1944, Seuil, 1993.
  • Véronique Alemany, Maurice de Vlaminck, Ville de Rueil-Malmaison, impr. Corlet, janvier-, 127 p. — Catalogue de l'exposition de l'Atelier Grognard à Rueil-Malmaison.
  • Werner Lange, Les artistes en France sous l'Occupation, Éd. du Rocher, 2015.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]