Maurice Ripoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ripoche.

Maurice Ripoche (, Paris - 18 ou , Cologne) est un résistant français fondateur du mouvement Ceux de la Libération (CDLL), pseudo Dufour, arrêté puis décapité par les Allemands. Il fut aide de camp du général de Gaulle et aviateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur I.C.A.M de la promotion 1915, il fut pilote pendant la Première Guerre mondiale et dirigeant de l'entreprise Ripoche de fours électriques. Alors qu'éclate la Seconde Guerre mondiale, n'étant pas mobilisable, il revient comme capitaine aviateur[1]. Il fait partie de ceux qui veulent faire quelque chose, après l'armistice, contre les occupants. Maurice Nore[Qui ?]a un tabac à Paris et les premières réunions se tiennent là, et c'est là que le nom Ceux de la Libération fut trouvé. Bientôt le mouvement essaime en Manche, en Seine-et-Marne, dans l'Aube et doit s'organiser et mettre en place un service action sous la responsabilité du colonel Schimpf. Un temps son centre de commandement se trouve à la Turmellière, château de Montfaucon-Montigné qu'il a acquis mais qui est découvert le 9 octobre 1941. Il déplace celui-ci à Lyon, mais le fréquent passage de la Ligne de démarcation pose problème, c'est après l'un de ces voyages qu'il fut arrêté en décembre 1942 à Paris; une tentative de libération de Maurice Ripoche fut tentée en soudoyant ses gardiens[2], mais elle échoua. Transféré à la prison de Derendorf, il fut jugé et condamné à mort en mai 1944, décapité en juillet[réf. nécessaire]

Après la guerre[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Sa famille vient chercher son corps qui avait été enseveli par un aumônier allemand. Après une hommage rendu aux Invalides, son corps est transféré dans le caveau familial[Quand ?].

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Châlons sous la botte, souvenirs de la Résistance à Châlons-sur-Marne et dans son arrondissement 1940-1945, Pierre Gillet, Cahiers châlonnais N°3, 1983.
  2. [1]
  3. nauguration de l'espace-culturel "Maurice Ripoche" à Montfaucon-Montigné

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]