Maurice Rancès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Rancès
Biographie
Naissance
Décès
(à 66 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Frédéric-Maurice Rancès, parfois surnommé Papa Maurice par de jeunes élèves ou de jeunes sportifs, né le 14 décembre 1868 à Saintes (Charente-Maritime) d'une famille d'origine bretonne et décédé fin février 1935 à 66 ans, est notamment un dirigeant sportif français, enseignant de langues vivantes et modernes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève à La Sorbonne en langues vivantes (et vice-président de l'association des étudiants en 1892), il fut l'un des tout premiers élèves d'Alexandre Beljame. Rapidement licencié puis agrégé (notamment d'Anglais, en 1893), il partit exercer dans l'enseignement à Toulon, puis à Rouen les langues modernes, avant d'être appelé au lycée Condorcet. Il y posa sa candidature au Conseil Supérieur d'Administration cinq ans après son arrivée, s'y consacrant durant vingt ans en tant que représentant des langues vivantes.

Il enseigna également à l'École polytechnique, à l'École d'application du génie maritime (l'anglais), et fut examinateur d'entrée pour l'École Navale.

En 1909, il présida le Congrès international des professeurs de langues vivantes.

Durant le premier conflit mondial, il établit la liaison entre l'état-major anglais de la base de Rouen et l'état-major français, en qualité d'officier interprètre.

Il quitta son poste d'enseignant à Condorcet en 1929, après y avoir professé dès 1904.

Il consacra une partie de sa retraite à la traduction française de romans anglais[1], un autre de ses plaisirs étant alors d'assister à des matchs de football ou de rugby, prestigieux ou non.

Il fut marié à Blanche Kœll jusqu'en 1907, de laquelle il eut une fille[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Langues Modernes, n°3, 33°année, avril 1935, article nécrologique de C.C. (trois pages, p.213 à 215).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notamment "Geoffrey West" de H.G. Wells en 1932 chez Gallimard.
  2. La Lanterne, 7 avril 1911, p.3.

Lien externe[modifier | modifier le code]