Maurice Pescatore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Pescatore
Maurice Pescatore - Chasses et voyages au Congo, 1932 (crop page 16).jpg
Fonctions
Bourgmestre
Rollingergrund
-
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
DakarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mère
Isabelle Nothomb (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Gabrielle Barbanson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Distinctions

Maurice Pescatore, né le à Labarde (France) et mort le à Dakar (Sénégal), est un industriel, un responsable du sport, un auteur et un homme politique luxembourgeois, membre de la Ligue libérale (LL)[1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Pescatore est né au domaine viticole du Château Giscours près de Margaux. Il est le fils de Jean-Pierre Pescatore (1846-1905) et d'Isabelle Nothomb (fille de Jean-Baptiste Nothomb)[4].

En 1896, il épouse Gabrielle Barbanson (la sœur de Gaston Barbanson)[4].

De 1898 à 1915, il est directeur d'une faïencerie à Rollengergronn, dont il devient également bourgmestre en 1905. En tant que directeur de la faïencerie, il est membre de la Chambre des députés.

Maurice Pescatore est un homme politique libéral et est élu à la Chambre des députés en 1908 en tant que membre de la Ligue libérale, où il est rapporteur en 1912 pour la loi controversée sur les écoles. En 1918, il rejont le syndicat économique et du personnel belge dirigé par le roi Albert. À la suite du référendum de 1919 en faveur de la Grande-Duchesse Charlotte, il cesse de se porter candidat à la Chambre en 1919[5].

Maurice Pescatore est un ami du baron de Coubertin et, depuis 1910, membre du Comité international olympique. Il a été cofondateur du Comité olympique luxembourgeois en 1912 et son président en 1922-1925. De Rollengergronn, il s'est rendu au Scheedhof où il a vécu en tant que gentleman-farmer et d'où il a fait de longs voyages en Europe et en Afrique. Il était propriétaire de plantations de café en Abyssinie (aujourd'hui en Éthiopie)[6].

De retour d'Afrique, il est décédé à 58 ans à bord de l'Albertville.

Décorations[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Pescatore dans la Biographie nationale du pays de Luxembourg: Fascicule 02 - page 559 et ss.
  2. a b c d e et f « Avis mortuaire de Monsieur Jean-Maurice Pescatore », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2019).
  3. Maurice Pescatore sur autorenlexikon.lu
  4. a et b Charles Barthel 2006, p. 47.
  5. Evy Friedrich (1991): "Was bedeuten die Straßennamen der Stadt?" dans : ons stad Nr. 36, p. 30.
  6. E. Friedrich (1991).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Barthel, Bras de fer les maîtres de forges luxembourgeois, entre les débuts difficiles de l'UEBL et le Locarno sidérurgique des cartels internationaux : 1918-1929, Luxembourg, Saint-Paul, , 683 p. (ISBN 287996735X et 9782879967356, OCLC 496638249, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]