Maurice Okoumba-Nkoghé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maurice Okoumba Nkoghe)
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Maurice Okoumba-Nkoghé
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Nationalité

Maurice Okoumba-Nkoghe, né le 6 août 1954 à Franceville, est un poète et un écrivain gabonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère s’appelle Ntigantsia Elisabeth. Elle est Obamba de Franceville. Son père s’appelait Nkoghe-Mve Moïse. Il était Fang de Mitzic. Il est mort en l’an 2000 à Libreville. Nkoghe-Mve Moïse a d’abord été instituteur, et son premier poste d’affectation était Franceville (de novembre 1949 à juin 1955). Ensuite, de 1967 à 1974, il est devenu député à l’assemblée nationale, où il a occupé les fonctions de vice-président. Plus tard, il sera nommé chef du personnel à Hévégab.

Okoumba-Nkoghe est le fils aîné de son père et de sa mère. Il a fait ses études à Franceville, jusqu’en classe de 1ère. Voulant se rapprocher de son père, il est allé faire sa terminale au lycée d’Etat d’Oyem. Après l’obtention en juin 1974 du baccalauréat, série A4, il s’inscrit à l’université nationale du Gabon. À l’époque appelée U.N.G. Il s’envole pour Lyon (France) deux ans plus tard. De 1976 à 1982, il passe la licence, la maîtrise et le doctorat 3ème cycle. Option lettres modernes. Il a soutenu une thèse dont le sujet est : « Saint-Exupéry et l’avion. »

Okoumba-Nkoghe rentre de Lyon en août 1982. Il est recruté à l’Université Omar-Bongo comme professeur de littérature française. Discipline qu’il enseigne jusqu’à ce jour. En début d’avril 1986, Jean-Émile Mbot, ministre de la culture, l’appelle à ses côtés en qualité de Conseiller technique. En 1987, il fonde, avec quelques confrères, l’Union des Ecrivains Gabonais (l’UDEG). C’est à la même époque qu’il est nommé Secrétaire Général de la Commission nationale pour le Centre international des civilisations bantu (CICIBA). En mars 1989, il est appelé à la Présidence de la République comme Conseiller chargé des affaires culturelles, aux côtés de Pierre Claver Akendengue, chef de département. Dès la rentrée académique 2003-2004, on lui confie la direction du Département des Lettres Modernes à la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Omar Bongo. Le 10/01/2004, ses confrères de l’UDG l’élisent à la tête de l’association afin de continuer l’œuvre de ses prédécesseurs.

Okoumba-Nkoghe a occupé de février 2006 à février 2009 le poste Directeur de Cabinet Adjoint du Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Ses frères et sœurs sont nombreux. De sa mère ils sont huit. Son père a eu trois femmes par la suite, qui lui ont donné une vingtaine d’enfants des deux sexes. Les rapports qu’Okoumba-Nkoghe entretient avec tous sont excellents. Ces deux familles sont le trésor unique que Ciel lui a donné.

Ce qui l’a poussé à écrire ? Les raisons sont multiples mais se complètent. Misère et absence traduisent un manque, qui, à son tour, exacerbe la sensibilité et l’oriente vers des objectifs divers. Élevé par le petit frère et la petite sœur de sa mère, (écoliers à l’époque de ses 5 ans, l’âge auquel ils l’ont « arraché » à leur aînée qui vivait au village), Okoumba-Nkoghe a très tôt connu les livres et trop tôt fréquenté des auteurs français. C’est cela, mais c’est aussi par ‘’hérédité’’ : le père écrivait déjà dans les différentes revues de l’A.E.F., dont la plus célèbre est certainement « Réalités gabonaises » (cf. I.P.N.)

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Paroles vives écorchées (poèmes), Arcam, Paris, 1978
  • Rhône-Ogooué (poème), Arcam, Paris, 1980.
  • Le soleil élargit la misère (poèmes), Arcam, Paris, 1980.
  • Siana (roman), édition, Silex, Paris, 1986.
  • Adia (roman), Akpagnon, Paris, 1985.
  • La mouche et la glu (roman), Présence Africaine, Paris, 1984.
  • Olendé (épopée), L’Harmattan, Paris, 1989.
  • La courbe du soleil (roman), Les Editions Udégiennes, Libreville, 1993.
  • Le chemin de la mémoire (roman), L’Harmattan, Paris, 1998.
  • Nzébi (épopée), Raponda Walker, Libreville, 2001.
  • Le signe de la source (roman), Ed. Clé de Yaoundé, 2007.
  • Elo la fille du soleil (roman), L’Harmattan, Paris, 2008.
  • Le pacte d’Afia (roman), La Maison Gabonaise du Livre, Libreville, 2009.
  • Le rêve de Nyenzi (roman), Editions Ntsame, Libreville, 2010.
  • Le destin de Doussala (roman à paraître), La Maison Gabonaise du Livre.

Notes et références[modifier | modifier le code]