Maurice Mourlot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Mourlot
Maurice Mourlot au travail.png
Maurice Mourlot au travail, photographie anonyme.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Maurice Mourlot, né le à Paris où il est mort le , est un peintre, lithographe, graveur et dessinateur français.

Son frère, Fernand Mourlot (1895-1988), est le dirigeant de l’imprimerie lithographique Mourlot.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice est le benjamin d’une famille de neuf enfants. Son père, Jules Mourlot, imprimeur-lithographe, remarque très tôt le talent de dessinateur de son plus jeune fils et reporte sur la pierre lithographique plusieurs de ses dessins. Bien qu’admis à l’école Estienne à Paris, le jeune garçon va à l’école primaire supérieure Turgot, plus proche du domicile familial (1920-1923).

En 1922, il commence à travailler à l’imprimerie familiale, no 18 rue de Chabrol à Paris, dirigée par Fernand, le frère aîné, après la disparition de leur père en 1920. Y travaillent également leurs frères et sœurs : Georges, Berthe, Jeanne et Andrée.

Entre 1928 et 1958, Maurice réalise de nombreuses affiches d’expositions pour les musées nationaux[1] : le musée du Louvre, les musées Carnavalet et Marmottan, la Bibliothèque nationale, et de nombreux musées de province – illustrées par Le Petit déjeuner de Pierre Bonnard, Le Fifre d'Édouard Manet, La Récureuse de Jean Siméon Chardin. En copiant ainsi à l’huile les œuvres des grands peintres pour les reporter ensuite sur la pierre, il acquiert une parfaite maîtrise des techniques picturale et lithographique. En 1934, sa première exposition a lieu à la galerie Le Balcon à Paris.

Membre du Salon des indépendants de 1936 à 1946 (sauf pendant les années de guerre), il reçoit, en 1937, le prix de peinture de la ville de Paris, qui consiste en un séjour d’une année en Afrique du Nord d’où il rapporte une centaine d’œuvres (huiles, aquarelles, dessins).

Le 3 septembre 1939, il est mobilisé dans la compagnie du génie chargée du camouflage avec d'autres peintres et sculpteurs – Maurice Brianchon, Marcel Damboise, etc. – et le comédien Jean-Louis Barrault. Il réalise de nombreux carnets de dessins. Son meilleur ami, le peintre Richard Maguet (1896-1940) qui l’avait encouragé à pratiquer la peinture à l’huile, meurt sous le bombardement du pont de Sully-sur-Loire. Maurice Mourlot sera démobilisé à Miramont-de-Quercy et reprend son travail de lithographe.

En 1941, sur les conseils d’un ami, le peintre-graveur Pierre-Eugène Clairin (1897-1980), il acquiert l’ancienne mairie-école de Saint-Loup-de-Naud près de Provins (Seine-et-Marne) et s’y installe avec Marcelline, sa compagne.

De 1947 à 1959, il effectue de brefs séjours au Maroc, aux Pays-Bas, en Algérie, en Angleterre, en Suisse.

En 1960, il est nommé chevalier de l’ordre des Arts et Lettres.

Dessinateur-lithographe, Maurice Mourlot est l’œil artistique de l’Imprimerie Mourlot[2] et il aide nombre de peintres à reporter leurs œuvres sur la pierre.

En 1953, avec son ami, Charles Sorlier – qui va devenir le lithographe attitré de Marc Chagall – il réalise la grande lithographie de La Fée Électricité pour Raoul Dufy[3].

À côté de son travail au service des peintres et écrivains, Maurice Mourlot commence, dans les années 1930, un œuvre personnel d’une grande diversité. Il ne cessera de peindre que trois jours avant sa mort.

On lui doit des tableaux à l’huile : paysages et cours de ferme, natures mortes, bouquets, scènes de marché, nus, autoportraits, animaux domestiques, oiseaux, animaux du jardin des Plantes, ainsi que des dessins et des lithographies en noir et blanc et en couleurs, des gravures sur bois.

Les lithographies et gravures sur bois de Maurice Mourlot ont été réalisées avec un très faible tirage : cinq, huit, vingt-cinq exemplaires au maximum.

Il signe ses premières toiles « Jean-Maurice Mourlot », puis simplement « Mourlot ». Il a vécu à l’écart de la vie publique, peu soucieux de succès et de reconnaissance.

Jusqu’en 1971, il travaille chez l’éditeur Pierre Bordas où il réalise, entre autres, la mise en page et l’iconographie des manuels de littérature française Lagarde et Michard.

À la mort de sa compagne, il s’installe en 1968 dans le petit atelier d’artiste rue de la Tombe-Issoire à Paris, où il meurt en 1983. Il repose à Paris au cimetière du Père-Lachaise.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'illustrateur[modifier | modifier le code]

Maurice Mourlot a illustré de lithographies en couleur originales les ouvrages :

Dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Des estampes et dessins de Maurice Mourlot se trouvent au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France à Paris, au musée de l'Albertina à Vienne (Autriche), des huiles, dessins et lithographies au Muséum national d'histoire naturelle, à Paris, ainsi qu’au musée des Années Trente à Boulogne-Billancourt.

Galerie[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Principales expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Paris, galerie Le Balcon, 1934
  • Paris, galerie André Maurice, 1950
  • Paris, galerie Dina Vierny, 1953
  • Normandie, château de Canisy, 1982
  • Provins, Hôtel de Savigny, 1988
  • Staufen, Allemagne, galerie Rombach-Scheuer, 1989
  • Pont-Aven, galerie L’Atelier d’Ernest, 1989
  • Honfleur, galerie Arts et tradition, 1990
  • Vienne, Autriche, Institut français, Palais Clam-Gallas, 1990
  • Heidelberg, Allemagne, galerie Melnikov, 1991
  • Cabourg, Calvados, galerie Art et passion, 1995
  • Göllheim, Allemagne, musée Uhlsches Haus, 1997
  • Charenton-le-Pont, musée Toffoli, 1999
  • Saint-Céré, Lot, Maison des consuls, 1999
  • Bad Mergentheim, Allemagne, galerie Forum, 2000
  • Paris, galerie du Montparnasse, 2003
  • Paris, galerie La Hune-Brenner, 2006
  • Lot, château de Castelnau-Bretenoux, musée national, 2007
  • Paris, cabinet d’histoire du Muséum national d'histoire naturelle, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À cette époque, les affiches des musées sont encore imprimées en lithographie.
  2. Qui voit passer de nombreux artistes comme Dérain, Bonnard, Matisse, Miró, Raoul Dufy, Léger, Braque, Maillol, Le Corbusier, Picasso, Pascin, Minaux, Guiramand, Dunoyer de Segonzac, François Desnoyers, Van Dongen, Marie Laurencin, Utrillo, Toffoli, Buffet, P.-E. Clairin, Cathelin, Brasilier, etc.
  3. À tous deux, Bernard Dorival a rendu hommage dans sa Belle Histoire de “La Fée Électricité” de Raoul Dufy, éditions La Palme, Paris, 1953.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres et articles
  • Jean-Pierre Hammer, Maurice Mourlot, préface de Charles Sorlier, éditions Hitzeroth, Marburg, 1987, 152 p., édition bilingue français-allemand (lire en ligne)
  • Jean-Pierre Hammer, « Maurice Mourlot, témoin de la vie rurale », dans Nouvelles de l’Estampe, n° 139 (1995), pp. 21-26
  • Jean-Pierre Hammer, « Maurice Mourlot, le Catalogue raisonné des estampes », dans Nouvelles de l’Estampe, n° 190 (2003), pp. 83-87
  • Jean-Pierre Hammer, Maurice Mourlot au Maroc et en Algérie (1938). Aquarelles et pastels, Paris, Karthala, 2015, 68 p.
Catalogue raisonné des estampes
  • Jean-Pierre Hammer, Maurice Mourlot, Catalogue raisonné des estampes, avant-propos de Michel Melot, ancien directeur du département des estampes de la bibliothèque nationale, Ibis Press, Paris, 2003, 128 p., édition bilingue français-allemand
Catalogues de vente
  • Atelier Maurice Mourlot 1906-1983. Lithographies, dessins, huiles animaux, scènes de ferme, paysages, fleurs, natures mortes, vente aux enchères publiques, Drouot Richelieu, salle 3, 23 octobre 1989, Labat & Thierry, 22 p.
  • L’Art de Maurice Mourlot ou le dessin fondateur. Tableaux, lithographies, bois gravés, dessins, texte de présentation de Jean-Pierre Hammer, vente aux enchères publiques, hôtel des ventes Favart, 19 novembre 2009, Françoise Caste-Deburaux, 34 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]