Maurice Larrouy (tir sportif)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurice Larrouy.
Maurice Larrouy
Image illustrative de l'article Maurice Larrouy (tir sportif)
L'entrée des champs de tir aux JO de 1900.
Contexte général
Sport Tir sportif
Biographie
Nationalité sportive française
Naissance
Lieu de naissance Toulouse
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 1 0 0

Le docteur Jean Félix Maurice Larrouy est un tireur sportif français né le à Toulouse et mort à une date inconnue.

En juin 1898, il détient le record de France de tir au révolver (modèle 1892), à 20 mètres, au stand de Toulouse avec 249 points[1].

Il est sacré champion olympique de tir dans l'épreuve de revolver d'ordonnance à 20 mètres, aux Jeux olympiques d'été de 1900 à Paris[2].

Il est aussi Champion de France au révolver d'ordonnance la même année, en août 1900[3].

En 1902, il participe au concours de tir international de Rome[4].

En juillet 1904, il gagne une médaille d'or au VIIIe concours national de Lyon[5].

En août 1904, il permet à la Société municipale de tir de Toulouse de se classer deuxième du concours international au révolver d'ordonnance, organisé à Lyon (derrière la Société mixte de Marseille)[6].

En 1905, il est deuxième du 9° concours régional de tir de la société municipale de Toulouse au fusil première classe ainsi qu'en excellence au fusil, et de plus vainqueur par délégations avec celle des "Francs-Tireurs" toulousains[7].

En août 1906, il est premier du concours de Toulouse, en catégorie 3 et en catégorie A[8].

En mai 1907, il est premier du XIVe concours National de tir (fête annuelle de l'Union des Sociétés de tir de France), à Pau, en catégorie 13 -révolvers et pistolets à 50 mètres-[9].

En 1909, il est l'un des membres administrateurs de l'Aéro Club du Sud-Ouest[10], faisant également partie en 1910 de la Ligue méridionale aérienne (Société régionale d'encouragement à la locomotion aérienne -Garonne et Pyrénées-)[11].

Il est le délégué de L'Union pour Toulouse, avant et pendant le premier conflit mondial, devenant Président de la Société municipale de tir de Toulouse au début des années 1920[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 16 juillet 1898, p.239.
  2. Stéphane Gachet, Le dictionnaire des Médaillés olympiques français, La Maison d'Éditions, , 416 p. (ISBN 9782360260263), p. 333
  3. evue du Cercle militaire : bulletin des réunions d'officiers des armées, 18 août 1900, n°33, p.496.
  4. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 26 juillet 1902, p.348.
  5. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 2 juillet 1904, p.326.
  6. Le Figaro, 30 août 1904, p.5.
  7. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 1905.
  8. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 18 août 1906, p.392.
  9. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 25 mai 1907, p.233.
  10. L'Aérophile, 1er janvier 1909, p.45.
  11. Annuaire des grands cercles : Cercle de l'Union, Jockey-Club, Cercle agricole..., 1910, p.412.
  12. Le Tir national : organe officiel de l'Union nationale des sociétés de tir, 25 décembre 1921, p.339.

Lien externe[modifier | modifier le code]