Maurice Faivre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maurice Faivre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 94 ans)
Paris 16e (France)
Nom de naissance
Maurice Joseph Marie FaivreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Formation
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit
Grade
Directeur de thèse
Distinction

Maurice Faivre, né le à Morteau dans le Doubs et décédé le à Paris[1], est un général et politologue français.

Docteur en science politique, il est surtout connu pour ses ouvrages publiés sur la guerre d'Algérie.

Il meurt des suites de la Covid-19[2].

Études[modifier | modifier le code]

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Peu après le , Maurice Faivre, arrive à Constantine où il constate la misère d'une partie de la population. À la tête d'un escadron de rappelés, il est chargé par le colonel Gribius (ancien chef du 3e bureau de Leclerc) de la construction, à 10 km de Constantine, d'un village destiné à reloger les habitants des bidonvilles. Plus tard, son escadron participe à la construction de maisons pour les ouvriers agricoles de Guettar-el-Aiech.

Lors de son deuxième séjour en Algérie, Maurice Faivre et son escadron organisent la protection de trois villages placés en autodéfense, villages dans lesquels Maurice Faivre recrute soixante harkis. Son épouse Monique Faivre, accompagnée d'une femme harkie, fait partie d'une équipe médico-sociale chargée de visiter les familles et de soigner femmes et enfants, suivant les prescriptions de l'Assistance médicale gratuite (AMG). En octobre 1960, tous les hommes d'un village important se rendent à son poste lui réclamer des armes, après l'assassinat d'un des leurs par un collecteur de fonds du FLN. Maurice Faivre crée alors une nouvelle autodéfense, une nouvelle école, ouvre une piste et recrute d'autres harkis.

En mai 1961, les habitants de l'oued Berd lui demandent d'organiser le pèlerinage traditionnel au marabout de Taftis. En , son régiment étant dissous, Maurice Faivre doit quitter la population avec laquelle il a établi des liens étroits.

De retour en métropole en 1963, Maurice Faivre est contacté par la préfecture de police de Paris qui le met en contact avec ses hommes harkis de l'oued Berd, dont il apprend qu'ils vivent à Choisy-le-Roi. Face à leur dénuement extrême, il les aide, notamment à rapatrier leurs familles restées au village, alors qu'ils avaient fui clandestinement l'Algérie sous la menace des représailles. Il ignore ainsi l'interdiction formelle de Roger Frey, alors ministre de l'Intérieur, de venir en aide aux membres des armées supplétives dont la vie est pourtant directement menacée, malgré les garanties officielles contenues dans le traité d'Évian. Ainsi cinquante familles survivantes sont regroupées à Dreux (Eure-et-Loir) où elles trouvent logement, travail et école. Aujourd'hui encore, ce village kabyle reconstitué entretient des liens étroits avec Maurice Faivre.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les nations armées , Économica, 1988
  • Un village de harkis , Éditions L'Harmattan, 1994
  • Les combattants musulmans de la guerre d'Algérie, Éditions L'Harmattan, 1995
  • L'Algérie, l'Otan, la bombe, Économica, 1998
  • Les archives inédites de la politique algérienne, Éditions L'Harmattan, mai 2000
  • Conflits d'autorité durant la guerre d'Algérie, Éditions L'Harmattan, 2004
  • Le Renseignement dans la guerre d'Algérie, Lavauzelle, 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décès du général Maurice Faivre, site legionetrangere.fr, 6 novembre 2020.
  2. compte twitter de Theo Moy, site twitter.com, 8 novembre 2020.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :