Maurice Dulac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maurice Dulac
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (81 ans)
Nom de naissance
Maurice Georges BenaïmVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Maurice Dulac, nom de scène et de plume de Maurice Georges Benaïm[1], est un chanteur et auteur-compositeur français, né le dans la Sarthe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès sa petite enfance, il a le désir de chanter, ce qu'il fait d’ailleurs de bon cœur dès que la possibilité lui en est donnée. Pour ses seize ans, il achète une guitare. Georges Brassens et Félix Leclerc qu’il côtoie, lui donnent envie d’apprendre à en jouer. Maurice rencontre des musiciens professionnels qui l’encouragent à persévérer. Il se produit dans un petit cabaret parisien.

Théo Légitimus l’accompagne à la guitare mais son épopée tourne court puisqu’en en automne 1959 il est appelé sous les drapeaux. Il part faire son service militaire, en Algérie, vingt-neuf mois dont douze au Sahara. Au retour, ne connaissant personne, il se faufile dans ce métier aidé par sa seule chance et son désir d’être un artiste et d’en faire son métier. Il compose ses premières chansons et les interprète dans les cabarets de la Contrescarpe et notamment à La Scala, chez Jacky, rue Lacépède.

Dans les années 1970, il connaît un assez joli succès avec ses chansons d'amour chantées en duo avec pour partenaire Marianne Mille. Par la suite, durant les années 1980, 1990 et 2000, il cogère un restaurant-cabaret (qui fermera ses portes en ) dans le quartier Saint-Germain-des-Prés, baptisé Aux Assassins, 40, rue Jacob, connu pour être une sorte de conservatoire des chansons paillardes et fréquenté notamment par de nombreux étudiants en médecine. Maurice Dulac anime de joyeuses soirées où il chante des versions détournées (et très « salées ») des succès de Michel Sardou ou de Joe Dassin (En chantant devenait En m' b...lant ...entre autres).

Quelques chansons[modifier | modifier le code]

  • Hugues Aufray "Des jonquilles aux derniers lilas", inspirée par l'air traditionnel andin "Paloma Hirpastay", avec Jean-Michel Rivat et Franck Thomas en 1968
  • Juliette Greco "Les feuilles de tabac" avec Boris Bergman en 1968
  • Emmanuel Booz "Jean et Jean" en 1969
  • Gilles Dreu "L'homme qui vola les étoiles" et "Emiliano ZAPATA" avec Jean-Michel Rivat et Franck Thomas
  • Michel Varenne "Le corboa" avec Boris Bergman et "l'autobus 26" avec Jean Michel RIVAT
  • Cristina "Automne et pervenches" (adapté d'un folklore) avec Boris Bergman
  • Tito Corona (pour la rose d'or d'Antibes) "Il y a bien des rêves"
  • Ania "Indigo" avec Boris Bergman
  • Mireille Darc “ Le pays des deux soleils“ avec Boris Bergman en 1969
  • Laura "La mandragore"
  • Maurice Dulac et Marianne Mille : "Dis à ton fils" (1970), chanson de Boris Bergman dont la musique est une reprise de l'air traditionnel andin "Quiaquenita"
  • Maurice Dulac et Marianne Mille : "Libertad" (1970), inspirée par l'air traditionnel andin « Vírgenes del Sol » de Jorge Bravo de Rueda (début du XXe siècle)
  • France Gall "Shakespeare et pire encore" en 1970 avec Boris Bergman
  • Nicoletta "Visage" avec Emmanuel BOOZ en 1971
  • Sophie "Madame à la faux" en 1975
  • Guy Marchand "L'époque du mambo" en 1976
  • Maria De Rossi : "Seul à Cherbourg" en 1978 avec Jean-Michel Rivat, "Fini, fini - i" en 1980 avec D. Dubois & Jean-Michel Rivat, et "Plaisir d'un jour"
  • Vincent Reichenauerd "La louve"
  • Françoise Verley "Suzy l'automne"
  • Vincenza "Au temps ou la mésange"
  • Luis "Luis" coauteur avec L. INGLEBERT et cocompositeur avec M.JULLIEN
  • Gisor "Le plan" avec Elie Zekri en 1981
  • Foto di Milton édouard 2010
  • Bugarach 2012, single de [1]: Paroles et musique: Milton Edouard et Maurice Dulac
  • Uriel, Milton Edouard 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]