Maurice Dayan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maurice Dayan
Image dans Infobox.
Maurice Dayan en 2016.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Maurice Dayan, né le à Paris et mort le au Kremlin-Bicêtre[1], est un psychanalyste et universitaire français. Auteur de plusieurs essais psychanalytiques, il a été professeur de psychopathologie à l'université Paris-VII.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Dayan est le fils d'un facteur[2]. Il achète à quatorze ans des livres de Descartes, Spinoza, Kant, Bergson, Louis Lavelle ou encore Sartre[2]. Il est élève au lycée Turgot à Paris et lauréat du 1er prix de philosophie au concours général de 1953[3]. Il est reçu à l'école normale supérieure de Saint-Cloud[4], puis à l'agrégation de philosophie en 1959[4]. Il soutient une thèse de doctorat d'État intitulée Inconscient et réalité, en 1983, à l'université Paris-VII[5].

Activités professionnelles et institutionnelles[modifier | modifier le code]

Maurice Dayan enseigne la psychologie à l'université de Montpellier puis à l'université Paris-V. Il est nommé professeur de psychopathologie à l'université Paris-XIII, puis à l'université Paris-VII, avec Jean Laplanche, François Gantheret et Pierre Fedida[6]. À l'université Paris-VII, il participe à la mise en place d'un enseignement de la psychanalyse « hors les murs », selon l'expression de Jean Laplanche : en effet, jusque-là, l'enseignement de la psychanalyse à l'université était accueilli dans des disciplines connexes, notamment la psychologie, tandis que les sociétés de psychanalyse dispensaient leurs propres enseignements destinés à leurs candidats[7]. Il s'agit alors d'affranchir la psychanalyse à l'égard des institutions psychanalytiques et de la constituer, au sein de l'université, comme « champ épistémologique indépendant et de plein droit »[8],[9]. Maurice Dayan dirige de 1995 à 2000 le Laboratoire de psychanalyse et de psychopathologie créé par Jean Laplanche en 1970 à l'université Paris-VII[7]. Il est également membre, dès l'origine, du comité de rédaction de la revue Psychanalyse à l'université (1975-1994), revue créée par Jean Laplanche, qui accompagne le développement de la psychanalyse à l'université et la création de l'UFR des sciences humaines cliniques à l'université Paris-VII[8]. Il y publie plusieurs articles[10].

Philosophe de formation, Maurice Dayan publie en 1971 Existence et dialectique, des textes choisis de Merleau-Ponty[11].

Il est psychanalyste, proche de la psychanalyste Piera Aulagnier[11],[12].

Il meurt le [13],[14].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Arbre des styles, Paris, Aubier-Montaigne, coll. « La Psychanalyse prise au mot », , 237 p. (ISBN 2-7007-0195-X).
  • Inconscient et réalité, Paris, PUF, coll. « Bibliothèque de psychanalyse », , 480 p. (ISBN 2130389988).
  • Les Relations au réel dans la psychose : critique de l'héritage freudien, Paris, PUF, , 261 p. (ISBN 2-13-039100-1).
  • (dir.) Trauma et devenir psychique, Paris, PUF, , 240 p. (ISBN 2130468780)[15].
  • Le Rêve nous pense-t-il, Paris, PUF, coll. « Bibliothèque de psychanalyse », , 336 p. (ISBN 2-13-053971-8), rééd. Paris, Ithaque, 2012, (ISBN 2916120262) [lire en ligne].
  • Dire et devenir : une exploration des effets du langage dans la temporalité de l'analyse, Paris, Ithaque, coll. « Psychanalyse », , 142 p. (ISBN 978-2-916120-47-8)[16].

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • Préface à Piera Aulagnier, Un interprète en quête de sens, Paris, Ramsay, 1986.

Articles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • « Représentation, délire, histoire », Psychanalyse à l'université, vol. 1, no 1,‎ , p. 189-211.
  • « Freud en Cacanie: de quelques prémisses historiques de la psychanalyse », Psychanalyse à l'université, vol. 2, no 6,‎ , p. 259-281.
  • « Le fantasme et l'événement », Psychanalyse à l'université, vol. 4, no 13,‎ , p. 5-58
  • « Le rêve nous pense-t-il ? Reprise d’une interrogation », Le Coq-Héron, no 225,‎ , p. 47-54 (lire en ligne, consulté le 5 mai 2020)

Édition scientifique[modifier | modifier le code]

  • Maurice Merleau-Ponty, Existence et dialectique. Textes choisis, PUF, 1971, coll. « Les grands textes » 228 p..

Références[modifier | modifier le code]

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. a et b « Un fils de facteur premier prix de philosophie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2020).
  3. « L'homme peut-il reconnaître en lui quelque chose de divin? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2020).
  4. a et b André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », sur http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  5. « Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot, notice du Sudoc », sur sudoc.abes.fr, (consulté le 4 mai 2020).
  6. Alain de Mijolla, La France et Freud T.2 1954-1964, PUF, 2012 (ISBN 978-2-13-060787-8), p. 732.
  7. a et b Danièle Brun, « L'enseignement de la psychanalyse à l'université », dans Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse, Calmann-Lévy, , p. 1789-1790.
  8. a et b Jean Laplanche, « Pour la psychanalyse à l'Université », Recherches en psychanalyse, vol. 1, no 1,‎ , p. 9-13 (lire en ligne, consulté le 6 mai 2020).
  9. Roland Gori, « Paradoxes et enjeux de la psychanalyse à l'université », Études freudiennes, vol. 37,‎ , p. 29-48.
  10. « Le fantasme et l'événement » (1978), « La Relation à l'infantile » (1978), « La Causalité psychique: introduction critique à quelques apories freudiennes » (1981), « La Causalité psychique: introduction à quelques apories freudiennes (suite et fin) » (1982), « Déni de la mort et passage du temps » (1990).
  11. a et b Eva Landa, « Maurice Dayan », Le Coq-Héron, no 241,‎ , p. 157 (lire en ligne, consulté le 15 juin 2020).
  12. Cf. Nouvelles perspectives en psychanalyse à partir de l’œuvre de Piera Aulagnier, Acte 7, (Journées du Quatrième Groupe, 4-5 mars 2017), éditions In-Press, 2018, 194 p. (ISBN 978-2-84835-451-4).
  13. Laurent Le Vaguerèse, « Décès de Maurice Dayan », sur oedipe.org, (consulté le 5 mai 2020).
  14. [hommage] Ana de Staal, « Maurice Dayan (1935-2020), un psychanalyste au sommet », sur ithaque-editions.fr, (consulté le 6 juillet 2020).
  15. [compte rendu] R. Doron, « Dayan M. 1995 Trauma et devenir psychique », L'Année psychologique, vol. 97, no 2,‎ , p. 374 (lire en ligne, consulté le 4 mai 2020).
  16. [compte rendu] Eva Landa, « Maurice Dayan, Dire et devenir. Une exploration des effets de langage dans la temporalité de l’analyse, Paris, Éditions d’Ithaque, 2014, 143 p », Les Lettres de la SPF, vol. 33,‎ , p. 241-244 (lire en ligne, consulté le 6 mai 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]