Maurice Cullaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Cullaz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
Alby Cullaz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Maurice Cullaz, né en à Annecy et mort le à Paris, est un journaliste de jazz français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Président de l'Académie du jazz, puis reporter au magazine Jazz Hot – dont il est le cofondateur en 1935, il fut chroniqueur sur France Inter.

Un des rares à défendre le jazz, il contribua à faire découvrir les voix de grands noms d’aujourd’hui : Sonny Rollins, Duke Ellington, Billie Holiday, Charlie Parker, Miles Davis, Sarah Vaughan, James Brown ou encore Dee Dee Bridgewater qui lui a rendu un émouvant hommage en ouvrant la 17e édition du festival jazz en Touraine.

Pionnier de la découverte du gospel en Europe, il repère immédiatement en Liz McComb un renouveau de cette musique et c'est sous son impulsion, qu'elle fonde à Paris le quatuor « Psalms ».

Avec son épouse Yvonne Chalant[1], surnommée Vonette, il a écrit de nombreux livres (Guide des Disques, Gospel) et traduit des autobiographies (entre autres de Billie Holiday et Sidney Bechet), des essais (L’Aventure du jazz, de James Linton Collier) ou des textes de Chester Himes).

Dans Smoothie (1992), film que lui a consacré son ami Jean-Henri Meunier, le guitariste et chanteur George Benson dit au président : « Tu es ce qu'on appelle chez nous un street people (un homme de la rue) ».

James Brown a également témoigné avec passion : « Il a lutté pour nous quand ce n'était pas à la mode (…). Maurice, je t'aimerai toujours, beaucoup d'entre nous t'aiment, il n'y a rien de trop bon pour toi ».

Lors d'un récital Ray Charles, entendant un éclat de jubilation s'échapper des premiers rangs, lança affectueusement, entre deux accords : « Oh, Maurice is here ! ».

Père du guitariste Pierre Cullaz, il perd successivement deux autres de ses enfants, sa fille Catherine, puis son fils contrebassiste, Alby Cullaz, en 1998[2].

Maurice Cullaz apparaît dans le film documentaire de Julian Benedikt : Blue Note - A Story of Modern Jazz[3]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Henri Meunier, Smoothie : film sur et pour Maurice Cullaz, 1992 (77 minutes ; tourné de 1988 à 1992)
  • Julian Benedikt, Blue Note - A Story of Modern Jazz, 1997 (film TV)

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Ils se marient en 1934
  2. Brèves - Culture, « Mort du bassiste de jazz Alby Cullaz », Libération, 10 février 1998.
  3. Blue Note - A Story of Modern Jazz sur IMDb

Liens externes[modifier | modifier le code]