Maurice Choury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Choury
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Parentèle
Danielle Casanova (belle-sœur)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Maurice Choury, né le à Nanterre, mort à Ivry-sur-Seine le , est un résistant, journaliste et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille ouvrière, Maurice Choury milite aux Jeunesses communistes, dont il devient un dirigeant en 1934, et au Parti communiste français. Il collabore à l'Avant-garde et à L'Humanité à partir de 1936[1].

Il est mobilisé en 1939 comme infirmier, fait prisonnier et rapatrié en tant que membre du corps sanitaire[2].

Il participe aux actions de Résistance à Paris, puis dans les Bouches-du-Rhône avant de partir en 1942 en Corse dont est originaire son épouse Emma Perini, sœur de Danielle Casanova[3]. Dans l'île il devient un des dirigeants du Front national et du Comité de libération d'Ajaccio, à majorité communiste. Jouant un rôle de premier plan lors de la libération de l'île, c'est lui qui lance l'ordre d'insurrection le . Membre du conseil de préfecture, il rédige les premiers arrêtés qui proclament le rattachement de la Corse à la France libre, signés par le préfet encore en place[2].

En juillet 1944, il s'engage dans l'armée et est cantonné à Sartène. En 1946, Maurice Choury devient chef de cabinet de Laurent Casanova, ministre des Anciens combattants et Victimes de guerre[2].

Après-guerre, il retrouve son métier de journaliste, notamment à L'Humanité, et crée L'Humanité Dimanche[3].

En 1956 il s'éloigne du journalisme, ouvre une galerie d'art et rédige des ouvrages historiques.

Il meurt à l'âge de 57 ans d'une crise cardiaque au cours d’une conférence qu'il donnait à la maison des jeunes d'Ivry-sur-Seine sur la Commune de Paris[3].

Hommage[modifier | modifier le code]

Le , la municipalité d’Ajaccio a donné le nom de Maurice Choury à une rue de la ville[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Tous bandits d’honneur - Éditions sociales, 1956 – Alain Piazzola, 2011
  • Les Origines de la Commune, Paris livré – Éditions sociales, 1960
  • Commune au quartier LatinAmis du livre progressiste, 1961
  • Eugène Pottier, auteur de l’Internationale – Amis de la Commune, 1966
  • La Commune au cœur de Paris – Éditions sociales, 1967
  • Les Grognards et NapoléonLibrairie académique Perrin, 1968
  • 1871, les damnés de la terreTchou, 1969
  • Bonjour, monsieur Courbet ! – Éditions sociales, 1969
  • Les Poètes de la CommuneÉditions Seghers, 1970
  • Les Cheminots dans la bataille du rail – Librairie académique Perrin, 1970
  • Le Paris communard – Librairie académique Perrin, 1970

Références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Olivesi, Claude Pennetier, « CHOURY Maurice. Pseudonyme : LECHAUD ou LECHAUX », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr.
  2. a b c et d Hélène Chaubin, « Maurice CHOURY », sur resistance-corse.asso.fr (consulté le 4 mars 2018).
  3. a b et c Isaline Amalric Choury, « Maurice Choury : biographie », sur tousbanditsdhonneur.fr (consulté le 4 mars 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]