Maurice Choury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maurice Choury
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Journaliste, historien du mouvement ouvrierVoir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Danielle Casanova (belle-sœur)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Maurice Choury, né le à Nanterre, mort à Ivry-sur-Seine le , est un résistant, journaliste et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille ouvrière, Maurice Choury milite aux Jeunesses communistes, dont il devient un dirigeant en 1934, et au Parti communiste français. Il collabore à l'Avant-garde et à L'Humanité à partir de 1936[1].

Il est mobilisé en 1939 comme infirmier, fait prisonnier et rapatrié en tant que membre du corps sanitaire[2].

Il participe aux actions de Résistance à Paris, puis dans les Bouches-du-Rhône avant de partir en 1942 en Corse dont est originaire son épouse Emma Perini, sœur de Danielle Casanova[3]. Dans l'île il devient un des dirigeants du Front national et du Comité de libération d'Ajaccio, à majorité communiste. Jouant un rôle de premier plan lors de la libération de l'île, c'est lui qui lance l'ordre d'insurrection le . Membre du conseil de préfecture[1], il rédige les premiers arrêtés qui proclament le rattachement de la Corse à la France libre, signés par le préfet encore en place[2].

En , il s'engage dans l'armée et est cantonné à Sartène. En 1946, Maurice Choury devient chef de cabinet de Laurent Casanova, ministre des Anciens combattants et Victimes de guerre[2].

Après-guerre, il retrouve son métier de journaliste, notamment à L'Humanité, et crée L'Humanité Dimanche[3].

En 1956 il s'éloigne du journalisme, ouvre une galerie d'art et rédige des ouvrages historiques.

Il meurt à l'âge de 57 ans d'une crise cardiaque au cours d’une conférence qu'il donnait à la maison des jeunes d'Ivry-sur-Seine sur la Commune de Paris[3].

Hommage[modifier | modifier le code]

Le , la municipalité d’Ajaccio a donné le nom de Maurice Choury à une rue de la ville[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Tous bandits d’honneur - Éditions sociales, 1956 – Alain Piazzola, 2011
  • Les Origines de la Commune, Paris livré – Éditions sociales, 1960
  • Commune au quartier LatinAmis du livre progressiste, 1961
  • Eugène Pottier, auteur de l’Internationale – Amis de la Commune, 1966
  • La Commune au cœur de Paris – Éditions sociales, 1967
  • Les Grognards et NapoléonLibrairie académique Perrin, 1968
  • 1871, les damnés de la terreTchou, 1969
  • Bonjour, monsieur Courbet ! – Éditions sociales, 1969
  • Les Poètes de la CommuneÉditions Seghers, 1970
  • Les Cheminots dans la bataille du rail – Librairie académique Perrin, 1970
  • Le Paris communard – Librairie académique Perrin, 1970

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Antoine Olivesi, Claude Pennetier, « CHOURY Maurice. Pseudonyme : LECHAUD ou LECHAUX », sur Le Maitron.
  2. a b c et d Hélène Chaubin, « Maurice CHOURY », sur resistance-corse.asso.fr (consulté le ).
  3. a b et c Isaline Amalric Choury, « Maurice Choury : biographie », sur tousbanditsdhonneur.fr (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]