Maurice Chapelan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maurice Chapelan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Deuil-la-BarreVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
AristideVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Liste détaillée

Maurice Chapelan est un journaliste, essayiste et scénariste français, né le à Valence (Drôme) et mort le à son domicile à Coye-la-Forêt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'est installé à Paris en 1930.

Il est surtout connu pour ses chroniques paraissant tous les lundis dans Le Figaro Littéraire, sous le pseudonyme d'Aristide, dans la rubrique « Usage et grammaire. » Il défendait la langue française, sans laxisme, mais aussi sans purisme excessif.

L’Académie française lui décerne le prix Broquette-Gonin de philosophie en 1960 pour ses Maximes et le prix de la critique en 1974 pour l’ensemble de son oeuvre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Anthologie du poème en prose (René Julliard, 1946)
  • Anthologie du journal intime (Robert Laffont, 1947), prix Lange de l’Académie française en 1950
  • Main courante (Grasset, 1957)
  • Lire et écrire (Grasset, 1960)
  • Amoralités familières (Grasset, 1964)
  • Amours amour (Grasset, 1967)
  • 142 Robaï, d'Omar Khayyâm (Grasset, 1969)
  • Mémoires d'un voyou (Grasset, 1972)
  • Rien n’est jamais fini (Grasset, 1977)
  • Amante en abîme - symphonie poétique (Grasset, 1988), prix d’Académie de l’Académie française en 1989
  • La langue française dans tous ses débats (Bourin, 1989)
  • Amoroso (Le Cherche Midi, 1990).

Scénariste[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]