Maurice Biraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biraud.
image illustrant un animateur de radio image illustrant un acteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un animateur de radio et un acteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les pratiques du projet Radio.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Maurice Biraud
Description de cette image, également commentée ci-après

Maurice Biraud en 1976 (photo Olivier Meyer)

Nom de naissance Maurice Eugène Biraud
Surnom Bibi
Naissance
Paris, France
Nationalité France Française
Décès (à 60 ans)
Paris, France
Profession Acteur, animateur de radio, humoriste
Films notables Un taxi pour Tobrouk, Le Cave se rebiffe, Mélodie en sous-sol

Maurice Biraud, né le à Paris, mort le à Paris, est un animateur de radio, humoriste et acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un employé de la Poste et d'une concierge, ses parents, ayant perdu plusieurs enfants à la naissance, décident de l'envoyer, alors qu'il n'a que 15 jours, en nourrice à Saint-Martin-sur-Ocre (Loiret) chez Louise Colbeau, mère de neuf enfants et ayant eu quarante-trois autres enfants en nourrice[1].

Il débute au cinéma en 1950, ses meilleurs rôles sont probablement dans Un taxi pour Tobrouk (1960), Le Cave se rebiffe (1961), où il interprète le « Cave », c'est-à-dire dans le langage des truands, un être ordinaire, crédule et ignorant des pratiques et des codes du Milieu, ou encore Mélodie en sous-sol (1963). Il est par ailleurs abonné aux seconds rôles mais est néanmoins populaire. On le surnomme affectueusement « Bibi ».

Il est présent sur les ondes d’Europe 1 où il interprète, entre autres, le rôle du commissaire Socrate et de Maurice la Grammaire (puis du Grand Babu suivant dans Le fils de Furax) dans le feuilleton « radio » Signé Furax et, en tant qu'animateur de la tranche « 9 h - 12 h » dans les années 1960, en compagnie de Micheline Francey puis d'Anne Perez et de « monsieur Brandu » (Jean-Marie Lamblat). On le voit aussi dans de nombreux films de cinéma. En 1962, il obtient le Prix Ondas du meilleur animateur mondial de radio et de télévision.[2]

Il apparaît également à la télévision où son sens de l'humour et ses reparties sont très appréciés.

En 1967, il chante La Petite en duo avec France Gall.

C'est aussi l’un des artistes les plus sollicités, après Jean Valton, pour réaliser des disques publicitaires, alors très en vogue. Il participa à plusieurs émissions de télévision et notamment aux Jeux de 20 heures, entre 1976 et 1981.

Maurice Biraud meurt alors qu'il est au volant à Paris et attend à un feu rouge Avenue Marceau. il ne redémarre pas, victime d’un malaise cardiaque ; son décès est constaté à l'hôpital Ambroise-Paré à Boulogne-Billancourt[3]. L'annonce de sa mort a été quelque peu éclipsée par celle de Louis Aragon, décédé le même jour.

Maurice Biraud, qui a beaucoup aimé Collonges-la-Rouge, repose dans le cimetière de cette petite commune de Corrèze, située à environ 20 km au sud de Brive.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 jours n°1180, semaine du 8 au 14 janvier 1983, page 112, article d'Alain Laville : "C'était Bibi".
  2. Télé 7 jours n°1180, semaine du 8 au 14 janvier 1983, page 112, article d'Alain Laville : "C'était Bibi".
  3. Liste de décès originaux de personnages célèbres

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvan Foucart: Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron, Éditions cinéma, 2008, 1 185 p., (ISBN 978-2-9531-1390-7).
  • Robert Duchâteau: Maurice Biraud, ses deux coups de cœur pour Collonges-la-Rouge, édité par Les Amis de Collonges, 2013, 40 p., (ISBN 978-2-7466-6330-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]