Maurice Beaubourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Beaubourg
Naissance
Décès (à 83 ans)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Symbolisme

Maurice Beaubourg, né le et mort le , est un journaliste, romancier et dramaturge français, proche du symbolisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Beaubourg a été journaliste à l’Événement, à Gil Blas, à La Cocarde, au Figaro, à la Revue indépendante[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Contes pour les assassins, préface de Maurice Barrès, 1890 ; réédition Tohu-Bohu éditions, 2018
  • Les Nouvelles Passionnées, 1893
  • L'Image, 1894
  • La Vie muette, 1894
  • Une saison au bois de Boulogne, 1895 ; prix des Méconnus 1924[2]
  • Les Menottes, 1897
  • La Maison des chéries, 1898
  • Les Joueurs de boules de Saint-Mandé, 1899
  • La Rue amoureuse, 1903
  • La Crise de Madame Dudragon, 1904
  • Dieu ou pas Dieu, 1906
  • Les Colloques des squares, 1910
  • Monsieur Gretzili, professeur de philosophie, 1920
  • Madame Chicot, 1924
  • Le jeu de la "Madame malade", 1926

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dorothy Knowles, La réaction idéaliste au théâtre depuis 1890, Slatkine, 1972
  • Jean Jaurès, « Maurice Beaubourg : L'Image », Œuvres, tome 16: Critique littéraire et critique d'art, Fayard, 2000, p. 183-186
  • Célestin Pierre Cambiaire, « Poe and Maurice Beaubourg », The Influence of Edgar Allan Poe in France, New York, G. E. Stechert, 1927, p. 199-203
  • André Gide, « Lettres à Maurice Beaubourg », La Nouvelle Nouvelle Revue française, no 4, avril 1953, p. 185-193
  • Jacques des Gachons, « Maurice Beaubourg dramaturge », L'Ermitage, juin 1894 disponible sur Gallica
  • Legrand-Chabrier, « L'Individualisme ironique de Maurice Beaubourg », Mercure de France, 15 août 1920, p. 5-45 disponible sur Gallica

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]