Maurice Baskine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Baskine
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Maurice Baskine est un peintre français, né le à Kharkiv (Ukraine), et décédé à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille s'est installée à Paris en 1905. Il découvre l'occultisme, l'alchimie en 1933. Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1944, il s'évade du camp de l'organisation Todt à Martigues et prend le maquis. Il rejoint les rangs du F. F. I. le 24 juin 1944.

En 1945, il commence ses premières grandes expositions, dont le Salon des Surindépendants. Il adhère au groupe surréaliste en 1946, et participe à la grande exposition internationale du surréalisme de 1947, à la Galerie Maeght, où il réalise le 13e autel intitulé "l'athanor". En 1948, il organise l'exposition COMME des surréalistes, il y rencontre le peintre surréaliste cordais Francis Meunier. C'est en 1951 qu'il rompt avec les surréalistes, élaborant alors sa ligne alchimique : la Fantasophie.

À partir de 1951, Maurice Baskine poursuit une activité solitaire, de peintre brutiste, préoccupé uniquement d'alchimie fantasophique. Son grand triptyque "Fantasophe-Roc ou l'édification de la pierre de Fantasophopolis" est exposé en 1957 à la Galerie Furstenberg. On peut voir aujourd'hui ce grand tableau, de 5m × 2m, véritable résumé de l'enseignement philosophal, au Musée d'Art Moderne de Cordes-sur-Ciel. Le 24 novembre 1964, le deuxième chaîne de télévision diffuse un reportage sur Baskine, dans l'émission "Entre les Lignes".

Maurice Baskine meurt à Paris le 5 juillet 1968. Grâce à Monique et Jean Saucet, dépositaires des œuvres, de nombreuses expositions rendent hommage à Maurice Baskine après sa mort, en particulier la Biennale de Venise en 1986, ou la rétrospective organisée à Cahors en 1990, au Grenier du Chapitre. En 2003, une grande exposition rétrospective a lieu à Cordes-sur-Ciel, à la Maison Fonpeyrouse et à la Maison des Surréalistes. Depuis lors, l'essentiel des œuvres de Maurice Baskine, données à la Cité cordaise, sont visibles en son Musée d'Art Moderne et Contemporain. De nombreuses pièces appartiennent à des collections privées ; la "Mère Folle" est au Centre Pompidou, à Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Desvilles, Maurice Baskine, film de 45 min, Résonance, 2004. Ce film, très complet, trace une biographie poétique et alchimique du peintre. Jean-Gabriel Jonin, Paul Sanda, Jean et Monique Saucet racontent avec passion la démarche originale de Baskine, et des extraits de l'émission TV de 1964 complètent le portrait. Le DVD est disponible à la Maison des Surréalistes de Cordes-sur-Ciel.