Mauprévoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mauprévoir
Mauprévoir
L'église Sainte-Impère.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Civray
Intercommunalité Communauté de communes Vienne et Gartempe
Maire
Mandat
Jean-Michel Faroux
2014-2020
Code postal 86460
Code commune 86152
Démographie
Population
municipale
615 hab. (2016 en diminution de 7,24 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 26″ nord, 0° 31′ 05″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 188 m
Superficie 48,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Mauprévoir

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Mauprévoir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mauprévoir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mauprévoir

Mauprévoir est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mauprévoir
Payroux Saint-Martin-l'Ars
Mauprévoir
Charroux Pleuville
(Charente)
Pressac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Mauprévoir présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées et de vallées et de bocages.

Le terroir se compose[1] :

  • de calcaires pour 4 % dans les vallées étroites et encaissées et sur les terrasses alluviales ;
  • de groies superficielles pour 15 % dans les plaines calcaires (Les groies sont des terres du sud-ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière mais elles s’assèchent vite) ;
  • d'argile à silex peu profonde pour 49 %, de Terres fortes pour 21 %, de bornais (ce sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse) pour 10 % et, enfin de Terres de brandes pour moins de 1 % sur les plateaux du seuil du Poitou.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par le Clain. La vallée du Clain débouche sur l'étang de Combourg (28 hectares) et d'un complexe d'étangs secondaires (Pressac, Charroux) définissant une zone remarquable pour son avifaune.

La commune est traversée par 23 km de cours d'eau dont le principal est le Clain sur une longueur de 6 km et sur une longueur de 8 km.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'après les travaux d'Auguste Longnon, Mauprévoir est la corruption du nom latin de la localité « Malo Presbytero » ou « Malum Presbyterum », ce qui après traduction donne littéralement « Mauvaise habitation de prêtre ». Toutefois « Malum » pris séparément peut aussi dire « ce qui est contraire au bien, à l'ordre, au devoir ... » d'où peut-être l'origine : « Presbytère mal tenu » ?

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte, peu avant 1937, de sarcophages mérovingiens, atteste de l’ancienneté de l’occupation du lieu.

Cependant, aucun document historique ne fournit de précision à propos de la naissance du village. Il est certain, toutefois, que la seigneurie de Mauprévoir existait en 1179, car à cette époque, un nommé Audebert, viguier et sa femme Flandrine, font don d'un préhenbier de froment dans leur terre de Mauprévoir, à l’abbaye de Montazai (commune de Savigné).

Mauprévoir accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires, comme le brûlement des titres féodaux le 24 novembre 1793[2].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ligne de démarcation traversait la commune[3], du 22 juin 1940 au 1er mars 1943, laissant le chef-lieu en zone libre avec la majeure partie du territoire de la commune. À la fin de la guerre, un planeur Airspeed Horsa de la Royal Air Force (RAF), tracté par un bombardier Short Stirling en route vers Istres pour participer à l’opération Molten, en Italie, rompt son élingue. Son pilote doit procéder à un atterrissage d’urgence, au cours duquel seule l’extrémité de l’aile droite est légèrement endommagée en heurtant un chêne[4]. Des personnels de la RAF débarquent fin octobre à Biard, puis se rendent à Mauprévoir. L’aile est retoilée, et une élingue neuve fixée au planeur. L’extrémité du cable, en forme de large boucle, est fixée au bout de grandes perches dressées vers le ciel. Un C-47 Dakota vient ensuite lentement, en plein vol, accrocher cette boucle, et fait décoller le planeur, opération rarissime de récupération durant la Seconde Guerre mondiale[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1995 Émile Bernard ... ...
1995 réélu 2001 et 2008 Jean-Michel Clément[6] PS député (depuis 2007)
2014   Jean-Michel Faroux ... ...

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « deux fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[7].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2016, la commune comptait 615 habitants[Note 1], en diminution de 7,24 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9961 0651 0601 1311 1461 2001 1771 2861 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3031 2631 2661 2561 2271 3421 3531 4001 353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3671 3891 3531 2151 2511 2321 1791 1741 110
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 036953796754740650652652652
2013 2016 - - - - - - -
634615-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 13 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France

Enseignement[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2013, l'école de Mauprévoir est en RPI avec l'école de Pressac. L'école de Mauprévoir est une école rurale comptant deux classes en 2014 : l'une regroupe les Grandes Sections et les CP, l'autre les CM1 et CM2.

Sports et activités[modifier | modifier le code]

Société de tir[modifier | modifier le code]

La commune de Mauprévoir a, dans ses associations, la plus vieille école de tir de Poitou-Charentes (créée en 1974). "La Patriote" est en effet la société de tir de Mauprévoir. Elle possède deux infrastructures : le stand de 10 m et le stand de 50 m.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[12], il n'y a plus que 36 exploitations agricoles en 2010 contre 40 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont toutefois augmenté de 7 % et sont passées de 3 817 hectares en 2000 à 4 094 hectares en 2010 dont 516 hectares sont irrigables[12]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[13].

40 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 16 % pour les oléagineux (colza et tournesol) , 33 % pour le fourrage et 6 % restent en herbes. En 2000, 3 hectares (0 en 2010) étaient consacrés à la vigne[12].

12 exploitations en 2010 (contre 13 en 2000) abritent un élevage de bovins (1 766 têtes en 2010 contre 1 341 têtes en 2000)[12]. C’est un des troupeaux de bovins les plus importants de la Vienne qui rassemblent 48 000 têtes en 2011[14].

16 exploitations en 2010 (contre 27 en 2000) abritent un élevage qui reste important d'ovins même s'il est en baisse (5 973 têtes en 2010 contre 7 859 têtes en 2000)[12]. Cette évolution est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[14]. En 2011, le nombre de têtes dans le département de la Vienne était de 214 300[15].

L'élevage de volailles a connu une très forte croissance et de vivrier, il est devenu industriel : 226 têtes en 2000 répartis sur sept fermes contre 20 664 têtes en 2010 répartis sur cinq fermes[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église romane Sainte-Impère. Cette sainte n’est connue que par le culte qui lui a été réservé à Mauprévoir. De l’église médiévale, il reste qu'une partie des murs de la nef, du clocher et du chœur. Le désaxement entre nef et chœur témoigne de plusieurs étapes de construction au cours des siècles. La partie la plus ancienne semble être le chœur qui est fort développé (une dizaine de mètres).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • 23 % de la surface communale est classé zone naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[16] : c'est la région de Pressac et de l'étang de Combourg.
  • Cette zone est aussi classée par la Directive oiseaux[17] qui assure la protection des oiseaux sauvages et de leurs biotopes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  2. Robert Petit, Les Arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers : Éditions CLEF 89/Fédération des œuvres laïques, 1989, p. 107
  3. Jean-Henri Calmon et Jean-Clément Martin (dir.), Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne en 30 questions, La Crèche, Geste éditions, coll. « 30 questions », (ISBN 2-910919-98-6), p. 63, carte p 5
  4. Christian Richard, 1939-1945 : la guerre aérienne dans la Vienne, Geste éditions, , 348 p. (ISBN 2-84561-203-6), p. 309-310
  5. Christian Richard, op. cit., p. 311
  6. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  7. Site des villes et villages fleuris, consulté le 24 décembre 2017.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. a b c d e et f Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  13. Agreste – Enquête Structure 2007
  14. a et b Agreste – Bulletin n°12 de Mai 2013
  15. Panorama de l’Agriculture en Vienne – Juin 2012 – Chambre d’Agriculture de la Vienne
  16. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011
  17. DREAL Poitou-Charentes / MNHN, 2013