Mauno Koivisto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mauno Koivisto
Illustration.
Mauno Koivisto en 1967.
Fonctions
Président de la République de Finlande

(12 ans, 1 mois et 2 jours)
Premier ministre Kalevi Sorsa
Harri Holkeri
Esko Aho
Prédécesseur Urho Kekkonen
Successeur Martti Ahtisaari
Premier ministre de Finlande

(2 ans et 8 mois)
Président Urho Kekkonen
Prédécesseur Kalevi Sorsa
Successeur Kalevi Sorsa

(2 ans, 2 mois et 11 jours)
Président Urho Kekkonen
Prédécesseur Rafael Paasio
Successeur Teuvo Aura
Biographie
Nom de naissance Mauno Henrik Koivisto
Date de naissance
Lieu de naissance Turku (Finlande)
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Helsinki (Finlande)
Nationalité finlandaise
Parti politique Parti social-démocrate
Conjoint Tellervo Kankaanranta
Religion luthéranisme

Signature de

Mauno Koivisto
Premiers ministres de Finlande
Présidents de la République de Finlande

Mauno Koivisto (/ˈmɑuno ˈkoiʋisto/; né le à Turku et mort le à Helsinki)[1] est un homme d'État finlandais[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né le à Turku d’un père Juho Koivisto menuisier et d’une mère Hymni Eskola ouvrière qui meurt quand Mauno a dix ans[3]. Mauno Koivisto travaille très tôt.

À l’âge de seize ans, il s’engage comme pompier volontaire dans l’armée pour défendre la Finlande dans la guerre d'Hiver.

Mauno Koivisto pendant la guerre de Continuation.

Pendant la guerre de Continuation, il sert d'abord comme volontaire dans une caserne de pompiers en Carélie orientale, qu'il quitte pour effectuer le service militaire à Hyrylä en février 1942. La formation a duré six mois, après quoi il s'installe à Karhumäki et en septembre intègre le régiment d'infanterie JR 35 à Poventsa. En février 1944, Koivisto a commencé le service dans le régiment d'infanterie dirigé par Lauri Törn[4]. Mauno Koivisto a le grade militaire de lieutenant[5]. De son expérience de guerre, Mauno Koivisto dira : « Une fois que vous avez été impliqué dans un jeu où votre propre vie est en jeu, tous les autres jeux sont petits après cette expérience. »[6].

Après les guerres[modifier | modifier le code]

C’est après les guerres d'Hiver et de Continuation qu’il s’engage en politique et devient en 1947, membre du Parti social-démocrate. Il participe à une lutte organisationnelle féroce dans les ports de Turku et d'Hanko. Mauno Koivisto est actif contre les communistes, notamment en tant que directeur du bureau du port de Turku nommé par le syndicat en 1948, lorsque la suprématie communiste s'est effondrée dans le port de Turku[7].

Après les guerres, Mauno Koivisto étudie dans une école du soir et obtient son baccalauréat en 1949. Il poursuit ensuite ses études à l'Université de Turku, obtenant une licence en 1953. Pendant ses études, il travaille comme manutentionnaire dans le port de Turku. Il rédige une thèse de doctorat en sociologie sous la direction du professeur Esko Aaltonen sur les relations sociales dans le port de Turku. Il obtient son doctorat en sociologie en 1956. Pendant ses études, Mauno Koivisto a aussi travaillé comme professeur d'école primaire à Eurajoki et Vahto en 1951–1953. De 1954 à 1957, il a travaillé comme conseiller d'orientation professionnelle pour la ville de Turku[8].

En 1957, Koivisto quitte la recherche universitaire et devient le directeur adjoint de la Banque d'épargne des travailleurs d'Helsinki. Il devient le directeur général de la banque en 1959 et y travaillera jusqu'en 1968[8]. À Helsinki, il rejoint aussi le groupe O des jeunes économistes[2]. Il est nommé gouverneur de la Banque de Finlande en 1968.

En ce qui concerne sa carrière politique, il s'engage après la guerre au Parti social-démocrate il est nommé ministre des Finances après la victoire du parti aux élections parlementaires de 1966 puis une seconde fois en 1970. Mauno Koivisto occupe le poste de Premier ministre de 1968 à 1970 (Gouvernement Koivisto I) puis de 1979 à 1982 (Gouvernement Koivisto II)[9].

En , après l'annonce de la démission du Président Urho Kekkonen, Koivisto, en vertu de son rôle de Premier ministre, prend les fonctions présidentielles en attendant les élections de . Il se présente comme candidat du Parti social-démocrate et élu neuvième président de la République en . Il est réélu pour un second mandat de 1988 à 1994.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Garde d'honneur de la tombe de Mauno Koivisto le .

Des funérailles nationale ont lieu pour l'enterrement du président Koivisto le 25 mai 2017. Le président de la République Sauli Niinistö a prononcé un discours commémoratif à la cathédrale luthérienne d'Helsinki[10],[6]. Mauno Koivisto a été enterré dans le carré militaire du cimetière de Hietaniemi, où se trouvent également les tombes d'Urho Kekkonen et de Risto Ryti[9].

Ses écrits[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fi) Hauvonen, Risto, Koivisto Kekkosta kaatamassa: Mauno Koiviston nousu valtion johtoon lehdistön, muistelmien ja historiankirjoituksen kuvaamana, Helsinki, Paasilinna, (ISBN 978-952-299-082-2)
  • (fi) Tellervo Koivisto, Seppo Lindblom, Jaakko Kalela, Olavi Arrakoski (ed.), Kyllä se siitä! Mauno Koiviston ensimmäiset kahdeksan vuosikymmentä, Tammi,, (ISBN 951-31-2829-6)
  • (fi) Nars, Kari, Mauno – Optimistinen pessimisti, Helsinki, Standpoint Oy, (ISBN 978-952-68782-0-1)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Parmi ses nombreuses distinctions[2]:

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fi) Mauno Koiviston terveys heikentyi alkuvuodesta – kaatuminen vei hoitokotiin Ilta-Sanomat 12 mai 2017
  2. a b et c (fi) Hannu Soikkanen, Koivisto, Mauno, Helsinki, Suomalaisen Kirjallisuuden Seura, coll. « Kansallisbiografia, Studia Biographica 4 », (ISSN 1799-4349, lire en ligne)
  3. Mauno Koivisto – koko kansan presidentti, toimittanut Heikki Kymäläinen, Tammi 1982
  4. Koulussa ja sodassa 1998
  5. (fi) « Presidentti Mauno Koivisto », Tasavallan presidentin kanslia (consulté le )
  6. a et b (fi) Jaakko Lyytinen, « Poikkeuksellinen elämäntarina teki Mauno Koivistosta viimeisen suurmiehen – näin presidentti saateltiin hautaan », Helsingin sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. (fi) « Pitkä mies tienposkessa », Helsingin Sanomat,‎
  8. a et b (fi) Kuka Kukin On, Otava, (ISBN 951-1-19577-8), p. 413–414
  9. a et b (fi) « Mauno Koivisto » (Ministres finlandais), Valtioneuvosto (consulté le )
  10. (fi) « Presidentti Koivistolle valtiolliset hautajaiset », Valtioneuvoston kanslia, (consulté le )
  11. (en) Liste des membres honoraires du Club de Rome

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :