Matthieu Bonafous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Matthieu Bonafous
Image dans Infobox.
Fonction
Député (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Abréviation en botanique
Bonaf.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Matthieu Bonafous, né à Lyon le [1] et mort à Paris le [2] , est un agronome français, connu surtout pour ses travaux sur la sériciculture et son Traité du maïs, qui contient de belles planches en couleurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième fils de Mathieu Frankin et Jeanne Augustine Verne, il appartenait à une famille de riches négociants piémontais, originaire de France, réfugiée en Piémont pendant les guerres religieuses[3]. Il étudia surtout les cultures répandues dans le midi de la France, le maïs, le riz, la vigne et la soie, sujets sur lesquels il écrivit en français et en italien. Il fonde des prix à l'encouragement de l'agriculture.

Il consacra sa fortune à des fondations philanthropiques et concourut à la création d'instituts agronomiques (Roville en 1826, Grignon en 1827) et de la colonie de Mettray. Il fut élu correspondant de l’Académie des sciences, dans la section d’économie rurale, en 1835.

Il est fait chevalier de la légion d'Honneur en 1833, il est alors directeur du jardin botanique de Turin.

En raison de ses différentes donations à la ville de Saint-Jean-de-Maurienne et la vallée de Maurienne, il est fait citoyen de la cité. Il devient membre agrégé de l'Académie de Savoie le [4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • De l'Éducation des vers à soie, d'après la méthode du comte Dandolo, 1821 Texte en ligne
  • De la Culture des mûriers, 1822
  • Note sur un moyen de préserver les champs de la cuscute, Paris, 1828 ; ouvrage couronné par la Société d'agriculture de France[3]
  • Coup d'œil sur l'agriculture et les instituteurs agricoles de quelques cantons de la Suisse, Paris, Mme Huzard, 1829, in-8°, 94 p.
  • Note sur une nouvelle espèce de maïs, Paris, 1829
  • Mémoire sur la fabrication du fromage du Mont-Cénis, Paris, Mme Huzard, 1833, in-8° avec fig. ; inséré dans les Mémoires de la Société royale et centrale d’agriculture, 1832, p. 223-241, et dans les Annales de l’agriculture française, 1832, 3e série, t. X, p. 5-16[5]
  • Traité du maïs, ou histoire naturelle et agricole de cette céréale[6] [imprimé par ordre de la Société royale et centrale d’agriculture], Paris, Mme Huzard, 1833, in-8° avec fig. ; nouvelle éd. (Histoire naturelle, agricole et économique du maïs), Paris, chez Mme Huzard, et Turin, chez J. Bocca, 1836, in-folio, 181 p. et 20 pl. en taille-douce ; inséré dans les Mémoires de la Société royale et centrale d’Agriculture, Paris, Mme Huzard, 1834, p. 153-334 avec des planches ; annonce dans les Annales de l’agriculture française, , 3e série, t. XVIII, p. 128, et analyse par A. de Candolle dans les mêmes Annales, jan. 1837, 3e série, t. XIX, p. 5-27[7]
  • Traité de l'éducation des vers à soie et de la culture du mûrier, suivi de divers mémoires sur l'art séricicole, 1840
  • Il donne plusieurs articles à la Revue encyclopédique, aux Annales de l'agriculture française, à la Maison rustique du dix-neuvième siècle ; il est aussi l'auteur d'une Notice historique sur P.-J. Redouté dans la Biographie universelle ancienne et moderne.
Traductions at annotations d'ouvrages
  • Marco Girolamo Vida : Le Ver à soie, poème de Marc Jérôme Vida, traduit en vers français, avec le texte latin en regard, 1840
  • Olivier de Serres : La Cueillette de la soye par la nourriture des vers qui la font. Échantillon du Théâtre d'agriculture d'Olivier de Serres. Édition annotée par M. Mathieu Bonafous, 1843
  • Uegaki Morikuni : Yosan-fi-rok. L'Art d'élever les vers à soie au Japon, par Ouekaki-Morikouni, annoté et publié par Matthieu Bonafous, ouvrage traduit du texte japonais par le Dr J. Hoffmann, 1848 Texte en ligne
  • Cesare Beccaria : Principes d'économie politique appliqués à l'agriculture, 1852

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Antoine Cap, Mathieu Bonafous, éloge couronné par l'Académie de Lyon, dans sa séance publique du [1]

Source partielle[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance Archives municipales de Lyon (p. 54/78)
  2. Acte de décès Paris, état civil reconstitué (p. 41/51)
  3. a et b Nouvelle Biographie générale, Paris, Didot, 1862, t. VI, c. 538
  4. « Etat des Membres de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Savoie depuis sa fondation (1820) jusqu'à 1909 », sur le site de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie et « Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques - cths.fr.
  5. Florian Reynaud, Les bêtes à cornes dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (12. 1833)
  6. Texte intégral.
  7. Florian Reynaud, Les bêtes à cornes dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (13.6. 1833)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bonaf. est l’abréviation botanique standard de Matthieu Bonafous.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI