Matthieu Blanchin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Matthieu Blanchin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité

Matthieu Blanchin, né en 1965 à La Tronche est auteur de bande dessinée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Matthieu Blanchin a grandi d'abord à Grenoble puis à Velanne (Isère). Il étudie à l'École Émile-Cohl et, par son professeur Yves Got, il s'intéresse au cinéma et à la danse contemporaine[1]. Arrivé à Paris, il crée des storyboard et commence une carrière d'illustrateur auprès d'éditeurs tels que Hachette, Flammarion, Nathan, Gallimard, Bayard Presse et J'ai lu. Il publie ses bandes dessinées dans Pilote et Charlie, Lapin[1], Fusée, Ego comme X. Il donne des cours à l'École Estienne à Paris.

En 2001 paraît Le val des ânes, récit autobiographique (éd. Ego comme X)[2]. L'ouvrage reçoit en 2002 le prix du meilleur premier album du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême[3]. En 2001 paraît également Accident du travail, autre narration autobiographique chez le même éditeur[4].

En 2005 il crée la collection Onomatopée aux Éditions Lito[5].

Entre 2007 et 2012 paraissent les trois tomes de Martha Jane Cannary , qu'il illustre sur un texte de Christian Perrissin (éd. Futuropolis), « fiction historique » retraçant la vie de Calamity Jane, qui reflète la qualité de la documentation historique sur la conquête de l'Ouest[6],[7]. Le premier volume reçoit le Prix Ouest-France / Quai des bulles festival de Saint-Malo 2008[8] et devient l'un des cinq albums lauréats du prix Essentiel au Festival d'Angoulême 2009[9]. Il fait aussi partie des cinq albums finalistes en 2008 pour le grand prix de la critique[10]. Le volume deux fait l'objet d'une exposition à Quai des bulles en 2009[11]. Le volume trois est remarqué dans La Croix[12]. En 2016, lors du festival BD à Bastia, les planches de Blanchin figurent dans une exposition collective Western For Ever[13].

En avril 2002, « victime d'une attaque cérébrale » en raison d'une tumeur, il passe dix jours dans un coma profond ; après une opération, il traverse une périodique de convalescence ponctuée de rechutes. Son psychiatre l'invite à écrire ses souvenirs[14]. Des années plus tard, l'artiste rédige l'ouvrage Quand vous pensiez que j'étais mort : Mon quotidien dans le coma, qui paraît en 2015 (Futuropolis). L'ouvrage reçoit un accueil critique favorable dans La Montagne[15], Télérama[14], Le Monde[16] et Le Soir[9]. Dans le sillage de l'œuvre a lieu une exposition à l'université Paris-XIII dans le cadre d'un atelier thématique : Soigné - soignant[17].

L'artiste admire beaucoup les travaux de l'illustrateur Gus Bofa[1].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  1. Les années 1852-1869, 2008 Sélection officielle du Festival d'Angoulême 2009 - Prix Essentiel au festival d'Angoulême 2009 - Prix Ouest-France / Quai des bulles au festival de St Malo 2008[8]
  2. Les années 1870-1876, 2009
  3. Les dernières années 1877-1903, 2012
  • Quand vous pensiez que j’étais mort - Mon quotidien dans le coma, éditions Futuropolis, janvier 2015 (ISBN 9782754808316)

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Laurence Le Saux 2015
  2. Olivier Ka, « Trois mômes », L'Humanité,‎
  3. La rédaction, « Angoulême planche sur l'avenir de ses bulles. Les Alph'arts remis par le jury », Le Monde,‎
  4. La rédaction, « Ça c'est du boulot! », L'Humanité,‎
  5. Eric Loret, « Onomatopée chez Lito », Libération, no 7688,‎
  6. Karin Soulard, « Calamity Jane rafle le Prix Ouest-France haut les mains », Ouest-France,‎
  7. Jean-Claude Loiseau, « Christian Perrissin et Matthieu Blanchin - Martha Jane Cannary », Télérama,‎
  8. a b et c Karin Soulard, « Calamity Jane rafle le Prix Ouest-France haut les mains », Ouest-France,‎
  9. a et b Daniel Couvreur, « Les Brèves. Roman graphique », Le Soir,‎
  10. La rédaction, « Prix de la critique: cinq albums en piste », Charente libre,‎
  11. Karin Soulard, « Calamity Jane revient en force à Saint-Malo », Ouest-France,‎
  12. Yaël Eckert, « Martha Jane Cannary, les dernières années 1877-1903 », La Croix,‎
  13. Sandra Carlotti, « Le Far West, terre fertile pour les auteurs de bande dessinée », Corse-Matin,‎
  14. a et b Jean-Claude Loiseau, « Quand vous pensiez que j'étais mort Matthieu Blanchin », Télérama,‎
  15. La rédaction, « Matthieu Blanchin présente Quand vous pensiez que j'étais mort », La Montagne,‎
  16. An. F., « Sortir du coma », Le Monde des Livres,‎
  17. Claire Guédon, « Médecins - patients, une relation dessinée. L'université Paris-XIII organise des rencontres et une exposition de planches de BD réalisées par l'illustrateur Matthieu Blanchin », Le Parisien,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Rime, « Au galop, à la découverte - des jupons de l'Ouest », 24 heures,‎
  • Michel Rime, « Le noir et blanc toujours vif », 24 heures,‎
  • An. F., « à la « une » Bandes dessinées, le choix du « Monde des livres » : Sortir du coma », Le Monde des Livres,‎
  • Martine Freneuil, « Autobiographies, témoignages, fictions : la médecine aux mains des écrivains », Le Quotidien du Médecin,‎

Interview[modifier | modifier le code]

  • Laurence Le Saux, « L'aventure intérieure d'un dessinateur : « Si je dessine un cheval, je suis le cheval » », Télérama,‎

Lien externe[modifier | modifier le code]